© REUTERS/Jennifer Szymaszek

Pourquoi les Canadiens devraient-ils s’intéresser au Mexique cet hiver ? La réponse n’est pas « ses plages » !

Share

Les Canadiens savent que le Mexique est une destination idéale lorsqu’on recherche du soleil, de la courtoisie et une gastronomie diversifiée. En effet, près de deux millions de Canadiens se rendent au Mexique chaque année et bon nombre, particulièrement des personnes à la retraite, ont acheté des propriétés dans ce pays et ils y font un séjour prolongé. De plus, le Canada et le Mexique sont l’un pour l’autre le troisième partenaire commercial en importance et un nombre important d’entreprises canadiennes ont des liens d’affaires, commerciaux et d’investissement au Mexique.

Cependant, selon le Centre international de solidarité ouvrière (CISO), ces échanges commerciaux devraient intéresser davantage les Canadiens puisque les négociations de l’Accord de Libre-Échange (ALENA) s’intensifieront durant la sixième ronde des pourparlers qui se tiendra à Montréal à la fin de ce mois de janvier.

Le CISO, qui est basé à Montréal, réalise un séjour d’observation syndicale dans un pays donné tous les deux ans. En 2017, c’est le Mexique qui a été choisi et une délégation s’y est rendue au mois de décembre. La coordonnatrice de ce conglomérat de syndicats québécois, Amélie Nguyen, nous parle des quatre constats faits par la délégation des 10 représentants de 9 syndicats de la province ayant visité les villes mexicaines de Mexico et de Puebla du 3 au 14 décembre.

Premier constat

Selon les observations de la délégation de CISO au Mexique, contrairement à ce qui est dit par les négociateurs des nouvelles conditions de l’ALENA, cet accord a eu un impact assez négatif sur les populations mexicaines, particulièrement celles qui dépendent économiquement de l’agriculture.

Une activiste avec son visage peint pour ressembler à la célèbre figure mexicaine « La Catrina » tient une croix alors qu’elle participe à une marche contre le féminicide lors de la Journée des morts à Mexico, Mexique, le 1er novembre 2017. Le mot sur la croix : « Aucune autre » ®REUTERS/Carlos Jasso
Deuxième constat

Il existe une grave crise de sécurité et d’administration de la justice au Mexique. Les chiffres qu’Amélie Nguyen du CISO avance sont ahurissants : 120 000 personnes assassinées et 30 000 personnes disparues depuis les 10 dernières années.

Troisième constat

Ce constat touche le syndicalisme et les droits de travailleurs et travailleuses au Mexique. Nguyen parle d’un système de corruption à l’intérieur de certains syndicats mexicains.

Quatrième constat

Il concerne le rôle du gouvernement du Canada dans tout ce qui a trait à la présence des mines de capital canadien sur le territoire mexicain. En effet, selon les données offcielles du ministère des Ressources naturelles Canada, en 2010, le Mexique occupait le premier rang en Amérique latine et le troisième rang mondial des pays où les sociétés canadiennes entreprennent le plus d’activités d’exploration minérale. Quarante-six grandes sociétés canadiennes prévoyaient y effectuer des programmes d’exploration et envisageaient d’y dépenser, au total, plus de 308 M$US, ce qui représente 56 % du marché des grandes sociétés dans ce pays.

Mais concrètement, pourquoi les Canadiens devraient-ils s’intéresser au Mexique et aux défis des Mexicains dans le cadre des négociations de l’ALÉNA ? Amélie Nguyen du Centre international de solidarité ouvrière croit que les travailleuses et travailleurs canadiens pourraient tirer des leçons de l’expérience mexicaine en ce qui concerne la défense de leurs droits. Elle dit même qu’ils ont une longueur d’avance :

Pour écouter l’entièreté de l’entrevue qu’Amélie Nguyen a accordée à RCI, cliquez ci-bas :

Écoutez
Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*