Le ministre des Sports et des Personnes handicapées, Kent Hehr. PHOTO CHRIS WATTIE, ARCHIVES REUTERS

Le ministre des Sports et des Personnes handicapées, Kent Hehr. PHOTO CHRIS WATTIE, ARCHIVES REUTERS

Démission du ministre canadien des Sports dans une autre affaire d’inconduite sexuelle

Share

À deux semaines de la tenue des Jeux olympiques d’hiver, le ministre responsable des Sports et des Personnes handicapées au Canada, Kent Hehr, a démissionné jeudi sous les pressions exercées par le premier ministre Justin Trudeau.

SEAN KILPATRICK / THE CANADIAN PRESS

SEAN KILPATRICK / THE CANADIAN PRESS

Peu de temps avant que son avion ne décolle de Davos en Suisse, en direction d’Ottawa, le premier ministre a publié un communiqué pour sceller le sort de son ministre qui est lui-même un paraplégique.

Il se déplace en fauteuil roulant électrique depuis qu’il a été atteint, en 1991, par la balle d’un tireur qui passait en voiture.

« J’ai accepté la démission de l’honorable Kent Hehr du cabinet, en attendant le résultat de l’enquête. Durant son absence, ses fonctions ministérielles seront exercées par l’honorable Kirsty Duncan, qui agira à titre de ministre des Sports et des Personnes handicapées, en plus d’être ministre des Sciences », peut-on lire dans le communiqué.

Le ministre déchu se défend dans un communiqué. « Tout au long de ma carrière, j’ai toujours essayé de traiter les autres avec respect, et je suis conscient que tout ce qui est le plus important est comment chaque personne se sent, a-t-il déclaré. J’ai été informé qu’une enquête a été ouverte sur ces allégations et j’encourage et respecte le processus. »

Dénonciation sur Twitter

Dénonciation sur Twitter

Une histoire de prétendue inconduite dévoilée sur les réseaux sociaux

 Kristin Raworth sur la gauche de l'image - Twitter


Kristin Raworth à la gauche de l’image – Twitter

Kristin Raworth, une ancienne employée de l’Assemblée législative de l’Alberta, affirme que durant le mandat de M. Hehr dans cette institution, il y a une dizaine d’années, des femmes avaient été prévenues de ne pas se retrouver seules avec lui.

L’ex-employée soutient que M. Hehr lui avait dit qu’elle était « délicieuse » et qu’il lui aurait fait d’autres remarques similaires à l’occasion d’autres rencontres.

Après avoir discuté avec une collègue de sa mauvaise expérience avec Kent Hehr, Mme Raworth a dit avoir réalisé qu’elle n’était pas la seule femme à avoir subi un pareil traitement. Elle a alors fait état de cette expérience sur les réseaux sociaux mercredi soir.

L’avocate Christine Thomlison a été engagée pour mener une enquête indépendante pour le gouvernement.

Aide-mémoire…
La sortie de Mme Raworth survient un jour après que deux jeunes femmes eurent accusé le chef du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario, Patrick Brown, d’inconduite sexuelle lorsqu’il était député fédéral. Ce dernier a nié les faits, mais a néanmoins démissionné de son poste.LISEZ LA SUITE…

Patrick Brown - Photo : AARON VINCENT ELKAIM, PC

Patrick Brown – Photo : AARON VINCENT ELKAIM, PC

En complément

Agressions sexuelles : Gilbert Rozon ne veut pas d’un recours collectif – RCI 

Multiples accusations notamment d’agressions sexuelles contre l’ex-otage canadien en Afghanistan Joshua Boyle – RCI 

Le mouvement de fond contre le harcèlement sexuel analysé par Yolande Cohen – RCI 

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*