Défense nationale

Défense nationale

Au tour de l’Armée de se pencher sur les impacts de la légalisation du cannabis

Share

L’Armée canadienne envisage d’imposer aux militaires une limite de temps entre l’instant où ils consommeraient de la drogue et le moment où ils pourraient réintégrer les rangs actifs.

Le général Jonathan Vance - Photo: La Presse canadienne

Le général Jonathan Vance – Photo: La Presse canadienne

Le chef d’état-major de la Défense, le général Jonathan Vance, promet d’adopter une approche « intelligente », puisque les militaires effectuent un travail « sérieux » et « risqué » pour leur pays.

Il s’exprimait de la sorte, lundi, devant le comité sénatorial de la défense, où il a répondu à un ensemble de questions sur des éléments aussi divers que le système d’approvisionnement militaire que la lutte contre l’inconduite sexuelle dans l’armée.

Le général Vance affirme qu’il va prendre des décisions très bientôt sur la consommation de cannabis dans l’Armée, qui serait proscrite « à un moment particulier dans le temps », précise-t-il. S’il semble exclure l’interdiction complète du cannabis, il compte adopter une approche sensée qui suivra en parallèle la loi dans le reste du pays.

Aide-mémoire…
– Le gouvernement Trudeau espérait que le cannabis à des fins récréatives soit légalisé en juillet, mais il semble que les Canadiens devront attendre en août ou en septembre.
– L’Armée n’est pas la seule à réfléchir à toutes ces questions. Les transporteurs aériens et les forces policières s’interrogent aussi sur les techniques de détection au travail ou sur la route.

La médecine appelée en renfort

Le brigadier-général Hugh Colin MacKay est le médecin général des Forces armées canadiennes.(MDN)

Le brigadier-général Hugh Colin MacKay est le médecin général des Forces armées canadiennes. (MDN)

Selon le général Vance, le médecin général des Forces armées canadiennes tente de mieux comprendre les effets de la drogue, notamment sa durée d’action. Il veut s’assurer que l’Armée a les informations nécessaires pour prendre les bonnes décisions.

L’Armée de terre (blindés, artillerie, fantassins), l’Aviation royale (chasseurs, transporteurs) et la Marine royale (destroyer, frégates, sous-marins, navires de ravitaillement) n’ont que bien peu en commun avec les emplois civils.

«S’il est illégal de piloter un avion au Canada en ayant consommé du cannabis dans une certaine période de temps, ce sera probablement illégal dans les Forces armées aussi […] Je n’ai pas les réponses encore, mais c’est le genre de choses que nous examinons», précise le général.

Le général Vance se dit optimiste à l’idée de trouver un bon équilibre. « Je n’anticipe pas que ce soit un problème important pour nous. Nous voulons le comprendre. Nous voulons prendre des décisions selon les preuves », a-t-il indiqué.

La police militaire sera aux aguets

Lieutenant-général Chuck Lamarre (Défense nationale)

Lieutenant-général Chuck Lamarre (Défense nationale)

Dans ce contexte, le lieutenant-général Chuck Lamarre, commandant du Commandement du personnel militaire au sein des Forces canadiennes, affirmait le mois dernier qu’il était prêt à prendre des mesures restrictives, qu’il s’agisse d’interdire la consommation selon certaines affectations, ou encore de modifier le choix des militaires avant le déploiement.

Plusieurs déploiements militaires canadiens en mission à l’étranger sont de type « dry camp ». Ainsi, l’alcool était formellement interdit lors des missions de la FORPRONU (ONU), de l’I-FOR (OTAN) en ex-Yougoslavie et dans le théâtre opérationnel d’Afghanistan.

Le saviez-vous
– Selon le département du Travail américain, l’alcool et les drogues seraient responsables de 47 % des blessures en milieu industriel.
– Pour le moment, la majorité des incidents liés à la conduite avec les facultés affaiblies sont causés au Canada par l’alcool. Seulement 3 % sont attribuables à la drogue.
– Des études et des sondages suggèrent cependant que le nombre de signalements liés à la drogue au travail ou au volant est inférieur à la réalité.

RCI avec La Presse canadienne et Radio-Canada

En complément

Cannabis et amélioration de la conduite automobile : la fantaisie qui déroute la jeunesse – RCI

Cannabis médical : une étude albertaine invite à la prudence – RCI

Des milliers de travailleurs recherchés dans le secteur bourgeonnant du cannabis – RCI

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : International, Politique, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*