Membre de la nation abénaquise, Alanis Obomsawin est l’une des plus éminentes documentaristes du Canada. D’abord chanteuse, auteure et conteuse, elle se lance dans le cinéma en 1967. Depuis plus de quarante ans, elle réalise à l’Office national du film du Canada des films qui relatent la vie et les préoccupations des Premières nations et donne la parole aux membres des différentes communautés autochtones. Photo : La Presse canadienne/Frank Gunn

8 mars : un sondage révèle qu’une majorité de Canadiens sont incapables de parler de « Canadiennes d’exception »!

Share

Un sondage récent dont les résultats sont rendus publics en cette veille du 8 mars, Journée internationale des femmes, nous montre qu’il reste beaucoup de chemin à faire quand vient le temps de parler d’une d’entre elles.

Marcelle Ferron
Artiste peintre Automatiste et verrier, spécialisée dans le vitrail. Figure dominante de l’art contemporain au Québec. Associée très tôt au mouvement des Automatistes, fondé par Paul-Émile Borduas, elle signe le manifeste Refus global, en 1948. Ce document symbolise un moment décisif de l’histoire culturelle du Québec à l’époque nommée de « La Grande Noirceur », sous le régime de Maurice Duplessis, dans les décennies 1940 et 1950.
(© Pierre Longtin. Photo libérée par l’agente autorisée Babalou Hamelin. Reproduction autorisée par Pierre Longtin.
nlc-4293)

Le sondage en ligne a été réalisé par la société Ipsos pour le compte de Historica Canada. Et souvent, des points d’interrogation s’inscrivent dans le visage des gens sondés – de façon imagée, on s’entend – quand on leur demande de nous parler d’Emily Carr ou encore de Lucy Maud Montgomery.

Disons que le sondage a été réalisé auprès de la population anglophone canadienne, mais nous pourrions affirmer arriver à de mêmes résultats chez les francophones avec des noms tels que Thérèse Casgrain, Anne Hébert ou Germaine Guèvremont.

Lucy Maud Montgomery (Parcs Canada)

De tristes résultats

Seulement 37 % des répondants ont pu parler d’Emily Carr et de ses immenses réalisations en tant que peintre; ils n’étaient que 27 % à pouvoir identifier Lucy Maud Montgomery comme étant l’auteure du classique Anne of Green Gables (Anne... la maison aux pignons verts).

Pire, quand on parle de femmes autochtones, les résultats deviennent tout simplement abyssins, oscillant entre 1 % et 3 %.

Ce sondage proposait une liste de quinze femmes choisies parmi des artistes, des politiciennes et des militantes des droits civiques.

Autre donnée désolante : le nombre de répondants n’ayant jamais entendu parler de l’une ou l’autre de ces quinze femmes dépassait largement le total de ceux et celles qui en connaissaient au moins une.

Kenojuak Asheva, figure majeure de l’art inuit

 #moiaussi – # MeToo

On demandait également aux personnes sondées de commenter le mot-clic #moiaussi – #MeToo. Près de 50 % ont affirmé que le Canada réussissait à rendre les lieux de travail en particulier et la société en général plutôt sécuritaires pour les femmes.

Emily Carr,(PC)

1001 Canadiens ont été sondés entre le 23 et le 26 février. Comme il s’agit d’un sondage en ligne, on ne peut lui attribuer de marge d’erreur et il ne peut pas être vu comme étant un reflet juste de la population.

Le thème de l’édition 2018 de la Journée internationale des femmes est «  Féministes tant qu’il le faudra! ».

RCI, PC, Encyclopédie canadienne, Musée des Grands Québécois

Plus :

À la québécoise : portraits de femmes d’exception (Encyclopédie canadienne)

Explorez plus de 75 grands Québécois (Musée des Grands Québécois, une autre forme de mémoire)

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*