(Photo: iStock)

Armes à feu : Le Canada veut en resserrer l’accès

Share

« Vivre aux côtés des États-Unis, c’est comme être au lit avec un éléphant » disait le premier ministre Pierre Elliott Trudeau au cours des années ’70.

Rien n’est plus vrai que dans le monde des armes à feu.

Après les terribles événements de Polytechnique à Montréal où, le 6 décembre 1989, un homme que je me suis toujours refusé de nommer en testes comme en ondes a fait feu sur des étudiants et en a tué quatorze, le gouvernement canadien avait pris quelques années pour mettre sur pied un registre des armes à feu.

Créé en 1995 par les Libéraux de Jean Chrétien et aboli en 2012 par les Conservateurs de Stephen Harper, c’était une base de sonnées qui avait pour raison d’être de connaître les diverses informations relatives aux armes à feu en circulation au Canada.

Des survivantes de la tuerie de l’École polytechnique de Montréal et de nombreux citoyens ont milité pour la création de ce registre et ont poursuivi après l’abolition du registre en 2012 leur réclamation de préserver la portion québécoise du registre.

Le 10 avril 2015, la Cour suprême du Canada a tranché la question en autorisant le gouvernement fédéral à procéder à sa destruction.

Des fusils d’assaut semi-automatiques AR-15 avec des garde-mains de couleur sont exposés pour la vente aux États-Unis. Certains pro-armes voudraient voir la même chose au Canada. Photo : Reuters/Joshua Roberts

Le permis d’obtention d’une arme à feu

Au Canada, quiconque désire se procurer une arme à feu doit d’abord obtenir un permis de possession d’armes à feu.

Le permis implique des frais de 60 $ pour un permis sans restriction et 80 $ pour un permis avec restriction.

Le permis est renouvelable aux cinq ans.

La date d’expiration est déterminée par l’anniversaire du détenteur du permis après l’expiration du premier permis.

Rappel de 2006

Aux élections de cette année-là, les Conservateurs prennent le pouvoir et annoncent une amnistie au bénéfice des propriétaires de fusils et fusils de chasse qui feraient face aux poursuites pour avoir omis d’enregistrer leurs armes à feu, assortie d’une amnistie prolongée qui devait se terminer le 16 mai 2011.

Octobre 2015 : retour au pouvoir des Libéraux. Mars 2018 : retour à l’avant-scène du registre

Avec les terribles événements que connaissent nos voisins du sud, songez à la plus récente tuerie dans une école secondaire de Floride, à l’arrogance de Wayne LaPierre, président de la National Rifle Association (NRA), au mouvement de conscientisation sociale lancé par les élèves d’un peu partout aux États-Unis et la « Marche pour nos vies », qui aura lieu le 24 mars à Washington et dans d’autres villes du pays, est-ce qu’un retour du registre pancanadien serait à l’horizon?

Selon une note interne obtenue par la Presse canadienne en vertu de la Loi d’accès à l’information, le Canada étudierait une série de mesures pour resserrer l’accès aux armes à feu au pays.

Projet de loi présenté sous peu

(Sean Kilpatrick/ PC)

Les changements dont il est question permettraient notamment aux autorités – policières ou judiciaires – d’identifier plus rapidement ceux qui ne devraient pas posséder d’armes, notamment en raison d’une maladie mentale ou d’un comportement violent.

Le gouvernement libéral présentera bientôt un projet de loi afin de respecter ses promesses électorales en ce qui concerne l’accès aux armes, y compris une vérification plus approfondie des antécédents de ceux qui souhaitent se procurer une arme de poing ou une autre arme restreinte.

Sommet national à Ottawa

Rappelons que l’accès aux armes à feu est au cœur des discussions d’un sommet national sur la violence liée aux armes à feu et aux gangs, sommet qui se tient aujourd’hui mercredi à Ottawa et qui réunit des députés, des membres des forces policières, des chercheurs, des maires de grandes villes canadiennes et des travailleurs communautaires.

Le sommet sera présidé par le ministre canadien de la Sécurité publique, Ralph Goodale.

Quelques données troublantes

Le nombre de meurtres commis avec des armes à feu a connu une hausse de 44% entre 2015 et 2016 – 223 morts. C’était la troisième hausse annuelle consécutive.

On a recensé 141 meurtres associés aux gangs en 2016, soit 45 de plus que l’année précédente.

2 223 permis d’armes à feu ont été révoqués en 2016.

RCI, PC, SRC, CBC

Plus :

Les armes à feu : comparaison avec les États-Unis (Radio- Canada)

Contrôle des armes à feu : les manifestants pro-armes se réuniront près de Québec (Radio Canada International)

Tuerie de Polytechnique : des pro-armes Canadiens s’inspirent de la NRA (Radio Canada International)

« Laissez vos armes à la maison », ordonnent les douaniers canadiens aux touristes américains (Radio Canada International)

La délivrance du permis de port d’arme au Canada (Gendarmerie royale du Canada)

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*