Steven Mnuchin, secrétaire américain au Trésor, et le président du Conseil national de l'économie Gary Cohn et le secrétaire au commerce, Wilbur Ross, à Washington le 24 janvier dernier - Photo: Carlos Barria/Reuters

Steven Mnuchin, secrétaire américain au Trésor, et le président du Conseil national de l'économie Gary Cohn et le secrétaire au commerce, Wilbur Ross, à Washington le 24 janvier dernier - Photo: Carlos Barria/Reuters

Guerre de l’acier : le principal conseiller économique de Trump, Gary Cohn, démissionne

Share

Les pays, dont le Canada, qui tentent de contrer les intentions de Donald Trump d’imposer des tarifs sur l’aluminium et l’acier importés de l’étranger viennent de recevoir un appui de plus avec la démission du banquier de Wall Street qui était devenu l’architecte de la réforme fiscale de l’occupant de la Maison-Blanche.

Le principal conseiller économique du président s’opposait à l’imposition des tarifs sur l’acier et l’aluminium, mais ce n’était pas le seul facteur de friction entre les deux hommes.

« Ce fut un honneur de servir mon pays et de mettre en place des politiques pro-croissance favorables aux Américains, avec en particulier le vote d’une réforme fiscale historique », a déclaré Gary Cohn dans un communiqué laconique.

La guerre qui se dessine entre pays… amis!

Le Canada, premier fournisseur d’acier et d’aluminium des États-Unis, a déjà fait savoir qu’il prendrait des mesures contre des intérêts américains si les importations d’acier et d’aluminium canadiens étaient visées.

L’Union européenne (UE) a déjà prévenu lundi que des mesures de rétorsion rapides sur des entreprises américaines étaient prêtes si le président Trump mettait son plan à exécution. L’UE envisage également de saisir l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Le Mexique a menacé mardi les États-Unis de taxer les produits américains les plus « sensibles politiquement » en cas d’instauration par Washington de ces taxes.

Écoutez

Une marche arrière de l’éléphant?

L'éléphant, symbole du parti républicain. DonkeyHotey

L’éléphant, symbole du Parti républicain. DonkeyHotey

Une vive opposition au sein des représentants du Parti républicain semble avoir pris forme aux États-Unis. Les représentants au Congrès notamment craignent les répercussions inflationnistes de la politique protectionniste de Trump.

Le chef des républicains à la Chambre des représentants, Paul Ryan, a notamment mis en garde contre les « conséquences inattendues » d’une éventuelle guerre commerciale.

Le président de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a déclaré que « les sénateurs républicains craignent que cela ne dégénère en une guerre commerciale plus vaste. Beaucoup de nos membres en discutent avec l’administration », a-t-il affirmé.

Donald Trump semblait montrer plus d’ouverture mardi, et même faire marche arrière. Il semblait à tout le moins jongler avec l’idée d’exempter le Canada et le Mexique de la liste des pays qui seraient visés par les tarifs.

Dans un message relayé lundi sur Twitter, M. Trump a affirmé que les tarifs proposés sur les importations d’acier et d’aluminium en provenance du Canada ne seraient levés que si une nouvelle version de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) était signée : « Si nous sommes en mesure de signer un accord avec le Canada et le Mexique, nous n’aurons aucune raison de leur imposer des tarifs. Mais pour les autres pays, nous n’aurons pas le choix », a-t-il déclaré.

Il a réaffirmé son intention de taxer les importations d’acier et d’aluminium de l’Union européenne en déclarant que celle-ci n’avait « pas bien traité les États-Unis ».

L’industrie canadienne de l’aluminium demande à Ottawa de tenir tête à Trump

L’industrie canadienne de l’aluminium exhorte le gouvernement fédéral à demeurer ferme dans ses négociations avec les États-Unis et à ne pas se laisser influencer par les plus récentes tactiques du président américain Donald Trump.

Le chef de la direction de l’Association de l’aluminium du Canada (AAC), Jean Simard, a affirmé qu’après avoir vu le message du président Trump, il avait indiqué au gouvernement fédéral que l’industrie ne s’attendait pas à devoir faire des concessions en regard de cette dernière menace et qu’elle s’attendait à ce qu’il reste ferme dans ses prises de position.

Selon M. Simard, seulement les entreprises et les politiciens américains pourront faire changer d’idée M. Trump – et non les gouvernements étrangers – en lui exposant les conséquences négatives pour l’économie qui pourraient découler de sa décision de ne pas exempter le Canada de tarifs de 25 % sur l’acier et de 10 % sur l’aluminium.

Des chiffres…
– le Canada a exporté l’an dernier environ 9,3 milliards de dollars d’aluminium aux États-Unis et environ 5,5 milliards de dollars d’acier;
– pour les États-Unis, l’acier canadien représente un peu plus de 15 % de toutes les importations;
– pour le Canada, les États-Unis jouent un rôle crucial dans le paysage des exportations — près de 90 % des exportations canadiennes d’acier sont destinées au sud de la frontière.

Photo Credit: IS

Photo Credit: IS

RCI avec La Presse canadienne, l’Agence France-Presse, Reuters et la contribution de Michel Désautel, Gérald Fillion et Michel Plourde de Radio-Canada

En complément

Trudeau téléphone à Trump dans l’affaire des tarifs sur l’acier et l’aluminium – RCI 

Trump fait son nid : les droits douaniers sur l’aluminium et l’acier s’abattront sur le Canada – RCI 

Bras de fer qui se dessine au Canada contre les taxes américaines sur l’acier et l’aluminium – RCI 

Share
Mots-clés : , , , , , , ,
Publié dans : Économie, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*