Des enfants font de la luge Photo : iStock/CEFutcher

Des enfants font de la luge Photo : iStock/CEFutcher

Une récréation énergique réduit l’appétit des petits pour les calories

Share

Faire bouger vigoureusement les enfants en bas-âge avant le dîner à la garderie ou au primaire plutôt qu’après le repas réduit la quantité de calories qu’ils consomment au point de représenter 8 livres, ou plus de trois kilos, de poids pondéral de moins au bout d’une seule année.

Marie-Ève Mathieu CRÉDIT : AMÉLIE PHILIBERT

Marie-Ève Mathieu
CRÉDIT : AMÉLIE PHILIBERT

Voilà la conclusion d’une étude canadienne menée auprès d’une vingtaine d’enfants dans une maternelle québécoise par la professeur Marie-Ève Mathieu du Département de kinésiologie de l’Université de Montréal et chercheuse au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine de l’Université de Montréal.

Elle vient de démontrer, pour la première fois dans le monde, qu’un changement tout simple – soit bouger avant le repas du midi – plutôt qu’après a des effets coupe-faim à court terme de 30 a 60 minutes suivant l’activité physique suffisamment importants pour prévenir ou traiter la surcharge pondérale chez les enfants. « Une hormone stimulant l’appétit, la ghréline, baisse beaucoup pendant l’effort. L’idée, c’est d’en profiter », explique Marie-Ève Mathieu.

L’étude actuelle est unique compte tenu de son intérêt envers une très jeune population d’enfants. Elle révèle pour la première fois qu’il semble possible de tirer profit de l’effet anorexigène de l’exercice dans des situations réelles chez les jeunes enfants au sein d’une structure scolaire, sans avoir à effectuer de grands bouleversements à leurs horaires.

Écoutez
L’interdiction de la malbouffe dans les cafétérias scolaires entraîne aussi des effets positifs sur la santé des élèves, concluait une étude récente de l’Université du Nouveau-Brunswick. On a constaté que les élèves qui n’ont pas consommé de malbouffe à l’école pendant au moins cinq ans pesaient en moyenne près de 1 kg (2 livres) de moins que les élèves qui ont eu accès à ce type de nourriture.

L’interdiction de la malbouffe dans les cafétérias scolaires entraîne aussi des effets positifs sur la santé des élèves, concluait une étude récente de l’Université du Nouveau-Brunswick. On a constaté que les élèves qui n’ont pas consommé de malbouffe à l’école pendant au moins cinq ans pesaient en moyenne près de 1 kg (2 livres) de moins que les élèves qui ont eu accès à ce type de nourriture.

Méthodologie de la recherche montréalaise

On a demandé à 13 fillettes et 8 garçons de cinq et six ans terminant leur classe à 11 h 15, de porter un podomètre avant de les soumettre à trois scénarios.

Dans le premier, ils dînaient puis allaient jouer dehors pendant 40 minutes. Dans le deuxième, la séquence était inversée : les enfants jouaient d’abord, puis ils allaient manger. Enfin, dans le troisième scénario, les enfants effectuaient uniquement des activités de relaxation pendant 40 minutes, avant le repas.

« Les résultats indiquent qu’après la relaxation les enfants ont consommé 76 calories de plus que lorsqu’ils mangeaient après avoir été actifs physiquement », précise Marie-Ève Mathieu.

Le saviez-vous?
– En 2015 la prévalence de l’obésité chez les jeunes Canadiens était de 14,5 % chez les garçons et de 9,5 % chez les filles.
– Parmi les enfants de cinq à neuf ans, 8,5 % étaient obèses au pays.

Comparer nos enfants à ceux des autres pays : désolant

Seuls 9 % des enfants canadiens font au moins une heure d’exercice physique modéré ou intense chaque jour, constate l’organisme ParticipACTION dans son rapport 2016. De plus, notent les chercheurs, le Canada est à la traîne par rapport aux jeunes de 37 autres pays.

Le Canada obtient ainsi une note de « D- » pour « l’activité physique globale » des enfants âgés de 5 à 17 ans. Il reçoit un « D+ » pour les jeux actifs des enfants et un « F » pour leur comportement sédentaire.

Par contre, d’autres pays, notamment la Slovénie, la Nouvelle-Zélande et le Zimbabwe, ont des enfants qui bougent beaucoup plus fréquemment. « [Leur] activité physique est menée par des pratiques culturelles omniprésentes. Être actif n’est pas juste un choix, mais une façon de vivre », note ParticipACTION.

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Patrick Masbourian de Radio-Canada

En complément

Laisser les enfants jouer, même en garderie – Radio-Canada

Montréal est l’hôte du 19e Forum mondial de la nutrition des enfants – RCI

Les jeunes Canadiens s’alimentent mal à l’école, les petits Québécois font mieux – RCI

Share
Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*