Philippe et son épouse Mathilde sont devenus les souverains de Belgique en juillet 2013. Photo : AFP/Virginie Lefour

Le roi et la reine de Belgique entament une visite officielle au Canada

Share

Le roi Philippe et sa Majesté Mathilde de Belgique sont arrivés à Ottawa dimanche pour une visite d’environ une semaine au Canada. Voici cinq choses à savoir sur la monarchie belge et sur leur visite royale.

Un texte de Simon Deschamps/Radio-Canada Gatineau

La deuxième visite royale belge

Il s’agit de la deuxième visite royale au Canada. La dernière avait eu lieu il y a 41 ans, lorsque le roi Baudouin avait rencontré le premier ministre Pierre Elliott Trudeau.

Philippe et son épouse ont été accueillis par la gouverneure générale Julie Payette à Rideau Hall. Le couple royal restera à Ottawa jusqu’à mardi, où il participera à plusieurs activités. Il se dirigera ensuite vers Toronto et Montréal, où ils rencontreront notamment le premier ministre du Québec Philippe Couillard.

Le roi et la reine de Belgique, Philippe et Mathilde, ont posé pour un photographe en Suisse, le 12 février 2018, lors du voyage familial annuel de ski. Photo : Associated Press/Yves Herman

Une visite dans un objectif de coopération

Au cours du voyage, on veut souligner la coopération culturelle et les liens entre les deux pays notamment sur le plan économique, académique et pour commémorer la fin de la Deuxième Guerre mondiale, lors de laquelle le Canada a aidé à libérer la Belgique.

Une délégation de 200 personnes font partie du voyage, parmi lesquelles se trouvent des gens d’affaires ainsi que des recteurs d’universités belges.

« On souhaite exprimer notre gratitude au Canada, parce que le Canada a toujours été présent lorsque la Belgique avait besoin dans des situations de guerre. On veut aussi dire à nos amis canadiens que, avec eux, on veut défendre certains nombres de valeurs qui nous sont chères, comme le libre-échange », a déclaré l’ambassadeur de Belgique au Canada, Raoul Delcorde.

« On regarde vers l’avenir, c’est pourquoi on veut que les jeunes belges et canadiens travaillent et étudient ensemble et ainsi préparer les générations futures », a-t-il poursuivi.

Des liens historiques forts entre la Belgique et le Canada

L’année 2018 marque le 100e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Le Canada a aidé à la libération de la Belgique.

« On retrouve encore aujourd’hui cette extraordinaire reconnaissance, après les deux Guerres mondiales, pour la libération de la Belgique. On parle du passé, qui est toujours actualisé […] même si les jeunes générations n’ont pas beaucoup de connaissances de ce qui s’est passé. En Belgique, c’est toujours célébré », a affirmé Ferry de Kerckhove, ancien diplomate canadien d’origine belge et professeur à l’École supérieure d’affaires publiques et internationale à l’Université d’Ottawa.

Ferry de Kerckhove, ancien diplomate canadien et collaborateur à l’École supérieure d’Affaires publiques et internationales de l’Université d’Ottawa Photo : Radio-Canada/Vanessa Costa

Le roi rendra hommage aux vétérans canadiens durant sa visite.

Depuis, le Canada a ouvert ses bras à l’immigration belge.

« L’immigration belge a laissé des traces au Canada. On estime qu’il y a environ 180 000 à 200 000 Canadiens d’origine belge au Canada », précise l’ambassadeur de Belgique au Canada. Par exemple, dit-il, des Belges ont participé à la création écoles HEC et Polytechnique à Montréal.

Très différente de la monarchie britannique

a reine Élisabeth II rencontre ses sujets lors d’une promenade à Windsor, en Angleterre, le 21 avril 2016, jour de son 90e anniversaire. Photo : Getty Images/John Stillwell

La monarchie britannique et la monarchie belge sont bien différentes. M. Ferry de Kerckhove indique que la monarchie belge n’a pas de rôle religieux, tandis que la reine de la monarchie britannique occupe aussi le rôle de chef religieux de l’église anglicane.

Le roi belge a un rôle important à jouer dans l’évolution du système politique belge, plus complexe et fragmentaire que le système britannique. Il a plus d’influence que la reine d’Angleterre sur la politique de son pays.

« Le roi a un devoir et une obligation d’information et de formation en matière de gouvernement. Le roi convoque très facilement des ministres pour être mis à jour de dossiers et quand il s’agit de former un gouvernement, il nomme un informateur qui permet au roi de déterminer si c’est le chef du plus gros parti [qui gouvernera] ou s’il faut donner la main à quelqu’un qui serait plus unificateur dans le contexte de la dissidence et de la disparité des partis politiques belges », explique M. de Kerckhove.

Un rôle unificateur pour les Belges

Des partisans de la monarchie belge ont participé à un rassemblement à Liège le 19 juillet 2013 lorsque le roi Albert II a remis le trône à son fils Philippe. Photo : Associated Press/Geert Vanden Wijngaert

Share
Publié dans : Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*