Les travaux du docteur Vladimir Hachinski ont transformé la compréhension, le diagnostic et la prévention de la démence et de l’accident vasculaire cérébral. Istock.

Six médecins font leur entrée au Temple de la renommée médicale canadienne

Share

Il s’agit de personnes qui ont ouvert des voies nouvelles dans l’univers médical et qui se sont distinguées par le caractère original et avant-gardiste de leurs travaux, permettant d’améliorer considérablement la santé humaine.

Des parcours exaltants et des contributions originales à la médecine

Les médecins canadiens, Philip B. Berger, B. Brett Finlay, Vladimir Hachinski, Balfour M. Mount, Cheryl Rockman-Creenberg et la regrettée Emily Stowe sont les six nouveaux membres  du Temple de la renommée médicale canadienne (TRMC).

Ils ont reçu les hommages du président du Conseil national du Temple, Bryce Taylor. Ce dernier a souligné la qualité de leurs travaux ainsi que leur apport dans les soins de santé à la population canadienne et mondiale.

 « Leur passion et leur leadership visionnaires ont contribué à l’amélioration de la santé au pays et dans le monde entier. Chacune de ces personnes exceptionnelles a mérité de prendre place aux côtés des 125 lauréats actuels du Temple de la renommée médicale canadienne. »  Bryce Taylor, président du Conseil national du TRMC.

Les médecins à l’honneur ont un parcours captivant et des expériences multiples dans l’univers de la médecine. Ils interviennent dans des domaines de pointe et proposent des innovations majeures dans l’offre des soins.

La santé des réfugiés, des populations autochtones, des personnes âgées, entre autres groupes sociaux, a bénéficié des retombées immédiates des découvertes de ces scientifiques.

À PROPOS DU TEMPLE DE LA RENOMMÉE MÉDICALE CANADIENNE
Créé en 1994, le Temple de la renommée médicale canadienne est un organisme de bienfaisance national qui favorise l’émergence de futures générations de professionnels de la santé en célébrant la riche histoire médicale du Canada, en décernant des bourses d’études, et en offrant un programme de prix aux étudiants en médecine ainsi que des programmes éducatifs pour les jeunes, à l’échelle locale et nationale. Chaque année, jusqu’à six personnes sont reconnues pour leur extraordinaire contribution à l’amélioration de la santé des Canadiens et des gens du monde entier.

Des spécialités axées en priorité sur la santé des plus vulnérables

La plupart des médecins qui se sont distingués sont issus des provinces majoritairement anglophones du pays. Il en est ainsi de Philip B. Berger, Vladimir Hachinsky et de la regrettée Emily Stowe. Ils ont exercé, ou exercent en Ontario.

Philip B. Berger s’est démarqué dans les soins et le soutien à la santé des réfugiés. Il a coordonné partout au pays des manifestations de médecins opposés aux compressions des budgets des soins aux réfugiés. 

Grâce aux travaux de Vladimir Hachinski sur les deux principales maladies du cerveau, une meilleure compréhension de l’accident vasculaire cérébral a été possible, facilitant le diagnostic et le traitement. L’échelle d’ischémie de Hachinski (HIS) a été reconnue comme norme d’identification des éléments traitables de la démence.

Emily Stowe, de regrettée mémoire, qui s’était vue refuser l’admission aux études de médecine au Canada, apparaît comme la toute première femme à exercer la médecine au pays. Elle a fini par recevoir son permis d’exercer au Collège des médecins et chirurgiens de l’Ontario en 1880. Elle a fondé et dirigé la fondation Woman’s Medical College. Elle a aussi contribué à la création de la Guilde littéraire des femmes de Toronto, le premier groupe de suffragettes du Canada.

Brett Finlay vit à Vancouver et est le titulaire de la Chaire Peter Wall à l’Université de la Colombie-Britannique. Ses recherches en microbiologie cellulaire ont permis la découverte de vaccins et de traitements contre les infections résistantes aux médicaments. Il a aussi mis en évidence, dans un livre, les dangers reliés à la propreté excessive dans le milieu de vie des enfants.

Cheryl Rockman-Greenberg, de Winnipeg, a mis au point des tests de diagnostic, des programmes de dépistage et des traitements pour des maladies autrefois mal comprises. Cela a permis d’améliorer considérablement la vie des enfants et des familles au sein des communautés autochtones.

Balfour M. Mount vient de Montréal. C’est lui qui a créé l’expression « soins palliatifs », après avoir pris conscience de la nécessité de prodiguer des soins spéciaux aux patients mourants, dans le but de soulager leurs souffrances et de préserver leur dignité.

Grâce à lui, les familles et les patients sont mieux entourés et reçoivent toute l’aide et toute l’attention dont ils ont besoin dans l’épreuve de la maladie.

La cérémonie d’intronisation de ces médecins est coparrainée au siège du Temple de la renommée médicale canadienne, à London, par l’École Schulich de médecine et d’art dentaire de l’Université Western, présentée comme le berceau de la médecine familiale au Canada.

RCI avec des informations du Temple de la renommée médicale canadienne

Lire aussi : 

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*