Sondos Lamrhari se fait prendre en photo avec l'article du Journal de Montréal qui parle de sa détermination de garder le hijab lorsqu'elle exercera son métier de policière. © Radio-Canada

Première aspirante policière voilée, Sondos Lamrhari en est fière!

Share

À 17 ans, Sondos Lamrhari a de grandes aspirations. Étudiante en techniques policières à Montréal, où elle est née, cette jeune femme a un cheminement semblable à celui de bien d’autres. Mais Sondos n’est pas comme les autres.

Elle est la première aspirante policière à porter le hijab, un foulard couvrant la tête et laissant le visage à découvert, que des femmes musulmanes portent comme symbole de modestie et d’intimité. Lorsqu’elle obtiendra son diplôme, Sondos deviendra, par défaut, la première policière portant le voile à Montréal. En entrevue au Téléjournal de Radio-Canada, elle explique ses raisons de porter le voile :

Extrait d'un reportage du Téléjournal présenté sur ICI Radio-Canada Télé le jeudi 12 avril 2018.

Ce qui pour Sondos semble banal. puisqu’elle considère le hijab comme étant partie de son identité, a causé des remous dans la classe politique québécoise. Dans l’opposition à l’Assemblée nationale, à Québec, l’éventuel port du voile par Sondos lorsqu’elle deviendra policière représenterait une atteinte aux droits des citoyens de recevoir des services neutres de la part des policiers ainsi qu’à la laïcité. 

Au Collègue Ahunstic, les compagnons de classe de Sondos Lamrhari ne voient pas en quoi le port du hijab pourrait nuire au travail de leur amie.

Extrait d'un reportage du Téléjournal présenté sur ICI Radio-Canada Télé le jeudi 12 avril 2018.
Contexte

Au cours de dernières années, le Québec a été aux prises avec un débat politique autour du port des signes religieux par des employés de la fonction publique. Sans aller plus loin, le 10 avril dernier, le débat sur le hijab a refait surface avec l’arrivée d’une candidate voilée aux élections québécoises.

Ailleurs au Canada, la situation des fonctionnaires portant des signes religieux est différente. Les agents de la police fédérale, la Gendarmerie royale du Canada, peuvent porter des turbans, kippas, kirpans et voiles sans que cela pose problème. Pour sa part, le premier ministre canadien croit, au contraire, que c’est un « atout » à leur travail. Le 6 avril dernier, le journal Le Devoir a cité Justin Trudeau comme suit :

« Ça fait des années que la GRC permet ça, et ça permet d’avoir une force policière qui ressemble un peu plus à la communauté qu’elle sert. C’est un atout, je crois, pour la GRC. »M. Trudeau à Québec lors d’une réunion préparatoire du G7.
Mais cela n’a pas toujours été accepté.
Baltej Singh Dhillon est maintenant un vétéran de la GRC. Mais lorsqu’il a présenté une demande d’adhésion à la GRC en 1988, il a dû se battre pour obtenir le droit de porter une barbe et un turban. (Canada : The Story of Us, CBC)

En 1991, après deux années d’intenses débats, Baltej Singh Dhillon est devenu le premier membre de la GRC à être autorisé à porter le turban au lieu du chapeau ou du stetson traditionnel des membres de la GRC. 

En 1989, M. Dhillon a fait appel au commissaire de la GRC pour qu’il recommande au gouvernement fédéral de lever l’interdiction des barbes et des turbans. L’uniforme a subi des changements dans le passé – notamment en 1974, lorsque les jupes et les talons des femmes ont été acceptés – mais ce changement proposé a provoqué de l’acrimonie dans tout le pays.

À Québec, en 2018, la porte-parole sur les questions de laïcité, la députée Agnès Maltais du Parti québécois, qui rejette aussi le port des signes religieux pour les employés de l’État en position d’autorité coercitive, a dit qu’on devait être « du côté des victimes potentielles », laissant entendre que certaines femmes pouvaient être contraintes de se voiler.

Par respect pour des victimes potentielles, elle doit soit abandonner cette idée de porter le hijab, soit se diriger vers la GRC. Agnès Maltais, porte-parole du Parti québécois en matière de laïcité

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a défendu vigoureusement jeudi le droit de tous de porter des signes religieux, y compris les personnes en autorité comme les policiers. Il a qualifié de geste de bravoure le choix de Sondos Lamrhari, qui veut devenir policière tout en continuant à porter fièrement le hijab.

Radio Canada International avec la Presse canadienne, Radio-Canada, CBC News et Le Devoir. 
Share
Mots-clés : ,
Publié dans :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

3 comments on “Première aspirante policière voilée, Sondos Lamrhari en est fière!
  1. etienne dery dit :

    un turban ce n’est pas un casque, c’est scandaleux, nous somme moue j’ai honte du canada et du quebec. tout ça pour des votes…

  2. Je suis totalement contre le port du voile au Québec parce qu’on est déjà un pays DÉMOCRATIQUE et que le port du voile islamique va à l’encontre de la Charte québécoise.

    • Laurie dit :

      La démocratie n’a, il me semble, aucun lien avec le port du voile? J’ajouterais que le port du voile ne va pas du tout à l’encontre de la Charte québécoise des droits et libertés; au contraire, celle-ci stipule que «Toute personne a droit à la reconnaissance et à l’exercice, en pleine égalité, des droits et libertés de la personne, SANS DISTINCTION, EXCLUSION OU PRÉFÉRENCE fondée sur la race, la couleur, le sexe, l’identité ou l’expression de genre, la grossesse, l’orientation sexuelle, l’état civil, l’âge sauf dans la mesure prévue par la loi, la RELIGION, les convictions politiques, la langue, l’origine ethnique ou nationale, la condition sociale, le handicap ou l’utilisation d’un moyen pour pallier ce handicap». Au contraire, la Charte protège cette jeune femme et lui offre la liberté de porter le voile.