Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg.

Facebook : le cauchemar de Mark Zuckerberg

Share

Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a été sur le grill devant les sénateurs et les membres du Congrès américain pour répondre des manquements du réseau social dans la protection des données personnelles de ses membres. Il en est sorti sans dommages punitifs et, pourtant, il est hanté par une menace multiforme qui s’est dessinée tranquillement après l’affaire Cambridge Analytica et que les projecteurs des politiciens amplifient.

Perte de confiance : des sondages et des études réalisés avant même les aveux de Christopher Wylie, de la compagnie Cambridge Analytica, ont montré que les internautes font de moins en moins confiance à Facebook. Selon CanTrust Index, un baromètre annuel qui mesure la confiance que les Canadiens accordent à des marques connues, la confiance des Canadiens envers Facebook est en chute libre. Elle a baissé de 51 % en 2017 à 34 % en 2018. Leur confiance est particulièrement basse pour les nouvelles (News Feed) publiées sur le mur Facebook. Seulement 18 % des répondants, qui étaient évalués à 31 % deux ans auparavant, considèrent que ces nouvelles sont fiables.

Le refroidissement social : le « social cooling », ainsi baptisé par des sociologues qui ont étudié le comportement des internautes sur les réseaux sociaux, est le décrochage progressif des utilisateurs du réseau social Facebook, qui ont eu le sentiment que leurs moindres faits et gestes ont été épiés et analysés. Ces décrocheurs craignent entre autres un vol d’identité ou une réputation en ligne entachée qui pourrait avoir un impact négatif sur leur carrière ou encore violer leur vie privée. Des mouvements et des appels tels que #deletefacebook illustrent ce mouvement de « désamour » envers Facebook.

Le patron de Facebook, Mark Zuckerberg a été sur le grill devant les sénateurs et les membres du Congrès américain pour répondre des manquements du réseau social dans la protection des données personnelles de ses membres.

Une réglementation contraignante : l’Union européenne appliquera le 25 mai 2018 un nouveau Règlement général sur la protection des données (RGPD) accumulées par la GAFAM, acronyme constitué des géants les plus connus (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), qui régira le traitement des données personnelles par les entreprises.

Certains députés européens ont demandé à Facebook de configurer par défaut le profil d’un membre pour qu’il ne soit pas partageable.

Des sénateurs américains ainsi que celui qui a été le président de la Federal Communications Commission (FCC) jusqu’en 2017, Tom Wheeler, ont invité l’instance de régulation américaine à s’inspirer des Européens.

Cette régulation, qui rendra plus ardu l’accès à cette marée de données de millions de membres de Facebook, menace le lucratif modèle économique du réseau social, basé sur le matraquage publicitaire.

Donald Trump et les républicains qui contrôlent le Congrès et le Sénat américain, qui ne portent pas la GAFAM dans leur coeur, pourront accélérer l’adoption de telles mesures. Curieusement, le président Trump était le bénéficiaire des données siphonnées de Facebook par la firme Cambridge Analytica.

Écoutez

Zoubeir Jazi
column-banner-zoubeir

Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Internet et technologies

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*