Des tampons gratuits au Collège Centennial de Toronto

Share

Le Centennial College et son association étudiante ont lancé une campagne conjointe pour rendre les produits d’hygiène féminine disponibles gratuitement dans les toilettes des femmes sur les campus de Toronto dans le cadre de l’initiative nord-américaine Free the Tampons. Centennial semblerait être le premier collège public à fournir ces produits sans frais, tandis que quelques universités canadiennes ont commencé à fournir des produits sanitaires gratuits au cours des dernières années.

Le changement de politique de Centennial s’attaque à un problème d’équité de longue date entre les sexes : les hommes peuvent trouver tout ce dont ils ont besoin pour satisfaire à leurs besoins hygiéniques de base dans les toilettes publiques – papier hygiénique gratuit, savon, serviettes en papier – alors que les femmes sont censées payer pour un produit hygiénique dont elles ont besoin.

© Centennial Collègue

Les origines du mouvement au Collège

Tout a commencé avec Lyle Williams, spécialiste des technologies d’adaptation du Collège Centennial, et Keri Banka, technicienne adjointe aux personnes handicapées, qui travaillent au Centre for Students with Disabilities de l’institution. Elles ont remarqué le problème, puis se sont lancées dans une quête pour le résoudre.

Le projet Free the Tampon a été soumis au Fonds d’action sociale (SAF) du Collège pour « accroître la sensibilisation à l’iniquité de l’hygiène des toilettes » et pour demander que les fonds aide au financement de distributeurs de produits menstruels féminins dans les toilettes des femmes. Malheureusement, le SAF a estimé que ce projet dépassait la portée de son mandat. Cependant, reconnaissant « l’importance de cette initiative » le SAF a suggéré qu’il soit financé par une autre méthode au sein du Collège.

C’est à ce moment-là que la deuxième initiative visant à étendre l’accès gratuit aux produits menstruels dans tous les espaces du Collège Centennial a commencé avec le Fonds Transformer le futur (TTF) de l’Association étudiante.

Les instigateurs du projet arguent que fournir gratuitement des tampons et des serviettes hygiéniques dans les toilettes du campus répond également à un besoin économique. Le coût d’achat de produits d’hygiène féminine sur le campus pouvant être lourd pour certaines étudiantes.

Résultat? Les produits, qui coûtaient auparavant 25 ¢ chacun, sont maintenant distribués gratuitement,grâce à la décision du Collège de payer les produits à même le budget de ses installations.

© iStock

Le mouvement Free the Tampons

C’est une campagne née au Canada et aux États-Unis qui vise à rendre les produits féminins accessibles gratuitement dans toutes les toilettes. Le processus pour ce faire est en marche depuis quelques années dans les deux pays.

Par ailleurs, en réponse à la pression de la société civile, le Canada est devenu le premier grand pays à cesser de taxer la vente de produits d’hygiène féminine en 2015, après qu’une pétition a recueilli près de 75 000 signatures. Cette mesure a incité le Royaume-Uni, l’Australie et plusieurs gouvernements d’États américains à mettre en œuvre des mesures similaires.

Le changement de cap au pays est parti du groupe The Canadian Menstruators qui, argumentant qu’en 2014 les Canadiennes âgées de 12 à 49 ans ont dépensé environ 519 976 976 963 $ pour des produits d’hygiène, a invité le gouvernement à ne plus taxer les femmes pour des produits de première nécessité.

Radio Canada International avec Centennial College, The Canadian Menstruators, Free the Tampons. 
Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : International, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*