De gauche à droite : Alejandro Adem, Ghalia Baki, Erin Goldberg, Natacha Mainville (au nom de Calvin Cheng), Alli Murugesan, Roger Mah, Maxim Bergeron et Mathieu Kirouac. (Groupe CNW/Mitacs Inc.)

Les innovations de ces chercheurs canadiens vont révolutionner certaines pratiques à l’échelle du monde

Share

Ils sont cinq chercheurs issus du milieu universitaire qui se sont distingués grâce à leurs travaux en sciences, en santé et en environnement qui vont influencer différents secteurs de la vie. Ils ont reçu des distinctions de Mitacs, une structure qui sert d’interface entre l’univers de la recherché et le monde professionnel.

Des contributions qui s’annoncent révolutionnaires et profitables

C’est surtout le secteur privé au Canada et ailleurs dans le monde qui sera le grand gagnant des trouvailles de ces chercheurs primés par Mitacs.

Ils sont engagés dans la recherche et ont lancé leurs propres unités de travail. Ils avancent à pas de géant, relève Jesse Vincent Herscovici, le vice-président intérimaire au développement des affaires pour Mitacs.

Jesse Vincent Herscovici, le vice-président intérimaire au développement des affaires pour Mitacs. Crédit : Mitacs

La structure qui sert de courroie de transmission entre ces chercheurs et les différents secteurs susceptibles de profiter de leurs innovations a tenu à les encourager, en mettant à leur disposition la somme de 25 000 $ pour les accompagner dans le démarrage de leur entreprise.

Une initiative citoyenne loin d’être banale, malgré la modicité de la somme allouée en soutien.

Selon M. Herscovici, ces anciens stagiaires, chercheurs postdoctoraux et participants aux formations Mitacs sont de véritables chefs de file dans leurs domaines respectifs, au regard de leurs connaissances et de leur engagement à défendre l’excellence dans la recherche et l’innovation.

Écoutez

Maxim Bergeron, un étudiant au doctorat à l’Université Laval, et Mathieu Kerouac, un étudiant au doctorat de l’Université de Sherbrooke, d’anciens stagiaires de Mitacs et cofondateurs de Glacies Technologies de Québec. Crédit : Mitacs

Sur le même sujet : 

Est-ce vraiment canadien? Les inventions canadiennes

.

Des profils différents et des innovations diversifiées

Entrepreneurs écologiques : Maxim Bergeron, un étudiant au doctorat à l’Université Laval, et Mathieu Kerouac, cofondateurs de Glacies Technologies de Québec, qui développe un système écoénergétique pour entreposer la glace et la neige pour les industries de la réfrigération commerciale et du ski. La technologie, composée à 95 % de plastique de polystyrène recyclé, permettra de conserver la neige ou la glace pendant plusieurs mois.

Entrepreneur remarquable : Calvin Cheng, issu de l’Université de Toronto et cofondateur d’Edgehog, entreprise montréalaise spécialisée en surfaces antireflet. Cette technologie permet aux usagers de lire facilement les écrans électroniques tels que les téléphones intelligents et les montres directement sous le soleil ou dans d’autres conditions de forte luminosité tout en diminuant la consommation de batterie.

Entrepreneure sociale : Erin Goldberg, chercheur postdoctoral au centre de recherche Albrechtsen de l’hôpital de Saint-Boniface et cofondatrice de ViTal Functional Foods de Winnipeg. Cette entreprise change la façon dont les hôpitaux canadiens approchent la nutrition avec le lancement d’une boisson nutritionnelle faite de plantes. Une option plus santé, avec un meilleur goût aux boissons de remplacement de repas remplies de sucre. Cette boisson, nommée Thrive, ne contient aucun des principaux allergènes, est faible en sucre et a une haute teneur en énergie et en fibre.

La technologie antireflet permet d’assurer la longévité des appareils électroniques. Crédit : iStock/Kwangmoozaa

À impact mondialAlli Murugesan, une ancienne chercheuse postdoctorale de Mitacs et actuellement principale scientifique au laboratoire de recherche oncologique Reiman de l’Université du Nouveau-Brunswick et fondatrice de BioHuntress Therapeutics de Saint-Jean. Cette entreprise coupe le temps entre la recherche et la commercialisation des médicaments en créant un incubateur en milieu universitaire pour encourager et soutenir les chercheurs pour la commercialisation des découvertes. Le premier produit à être développé est un traitement innovateur pour les cancers du sang qui s’est avéré capable de cibler et de tuer les cellules cancéreuses, y compris les cellules qui sont devenues résistantes à la chimiothérapie.

Entrepreneur agent de changement : Roger Mah, ancien chercheur postdoctoral de Mitacs aux CMC Research Institutes et cofondateur de ZoraMat Solutions de Calgary. Cette entreprise change la façon dont l’industrie canadienne approche le captage de dioxyde de carbone (CO2) en lançant un matériau qui fonctionne comme une éponge moléculaire pour « absorber » le CO2 plutôt que d’autres gaz dans un échappement industriel, une cheminée ou un courant de gaz naturel. Le produit innovateur est une évolution de la technologie traditionnelle de lavage aux solvants vers des systèmes de captages solides qui requièrent moins d’énergie et de capitaux et qui éliminent le besoin de transporter des composés toxiques volatils.

Mention honorable : Ghalia Baki, issue de l’Université McGill à Montréal et cofondatrice de Lumbrick située à Toronto. L’entreprise développe une solution innovatrice de charbon vert pour les communautés en Afrique et ailleurs où le charbon de bois pose de sérieux problèmes de santé qui mènent à plus de quatre millions de décès chaque année. La solution viable et abordable de l’entreprise repose sur des machines solaires hors circuit afin de faire sécher des déchets alimentaires organiques et les compacter en briquettes qui n’émettent aucune fumée lorsqu’elles brûlent.

RCI avec des informations de Mitacs.

Lire aussi :

Culture, science et innovation sociale : 13 personnalités recevront les Prix du Québec

Un nouveau centre de recherche en médecine pédiatrique à Montréal

Investissement dans la recherche en santé mentale
Share
Mots-clés : , , , , , , , , , ,
Publié dans : Environnement, Internet et technologies, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*