L'une des installations américaines d'Amazon. Photo : Reuters/Brian Snyder

Amazon annonce plus de 600 emplois à Ottawa : manège pour faire oublier l’idée de taxer ses ventes?

Share

Les nouveaux emplois annoncés par le géant du commerce en ligne seront principalement dans son nouveau centre d’expédition à Orléans, dans la périphérie est d’Ottawa, en Ontario. L’ouverture de ce nouveau centre porte à cinq le nombre de centres d’expédition de produits commandés en ligne vers le client en Ontario. Des emplois sont créés alors que les Canadiens gardent toujours au travers de la gorge la décision d’Ottawa de ne pas taxer les ventes d’Amazon, comme celles des autres géants du commerce en ligne que sont : Google, Apple, Netflix, etc.

Ontario : la plaque tournante des affaires au Canada

Si l’Ontario demeure le lieu d’investissements de rêve pour les opérateurs économiques, c’est parce qu’elle est considérée comme le poumon économique du pays. La ville de Toronto, la plus grande ville du pays, la quatrième en importance en Amérique du Nord, à elle toute seule, a généré le cinquième du PIB du Canada entre 2009 et 2013.

En 2013, soit la dernière année pour laquelle Statistique Canada a analysé les données, Toronto a contribué pour plus de 330 milliards de dollars à l’économie du pays. C’est presque l’équivalent du produit intérieur brut (PIB) de la province de l’Alberta.

Le centre-ville de Toronto vu des bureaux de la compagnie dans la métropole canadienne choisie parmi 238 candidatures pour abriter le 2e siège social d’Amazon. Photo : Radio-Canada/Claudine Brûlé

Amazon semble avoir saisi l’importance stratégique de la province, d’où l’ouverture de quatre magasins, notamment à Brampton, Mississauga, Milton, et l’annonce d’un cinquième à Orléans.

« Pour Amazon, l’Ontario demeure un excellent endroit où faire des affaires et nous nous réjouissons d’ajouter un centre d’expédition dans la région de la capitale nationale . Notre capacité de croître en Ontario et de créer plus de 600 nouveaux emplois résulte de deux choses : une clientèle incroyable et une main-d’œuvre exceptionnelle. Amazon est résolue à offrir d’excellentes possibilités d’emploi ainsi qu’à générer des retombées économiques positives dans cette région. » – » Glenn Sommerville, directeur des opérations canadiennes d’Amazon.

Le géant américain de la vente sur Internet est en train de quadriller les provinces stratégiques du pays, à travers ses investissements qui ciblent, en plus de l’Ontario, le Québec, la Colombie-Britannique et l’Alberta. Les 600 nouveaux emplois, qui seront créés à la suite de l’ouverture de son centre d’Orléans, viendront s’ajouter aux 2000 qui existent déjà dans ses installations de Brampton, Mississauga et Milton. C’est une nouvelle réjouissante pour le tout nouveau premier ministre de l’Ontario Doug Ford, qui vient de prendre les rênes de cette province en proie à plusieurs difficultés d’ordre économique.

« Nous félicitons Amazon d’avoir réalisé cet investissement et nous nous réjouissons d’apporter notre contribution pour aider d’autres employeurs de choix à créer et à maintenir de bons emplois dans notre province. L’Ontario est prêt à faire des affaires » –Doug Ford, premier ministre de l’Ontario.

Une boîte d’Amazon Photo : Radio-Canada/François Joly

Des emplois et des promesses d’avantages sociaux : assez pour faire avaler la pilule amère de la non-taxation des ventes d’Amazon aux Canadiens?

Au Canada, Amazon compte plus de 6000 employés dans des bureaux, des centres de développement et d’autres installations. La compagnie promet des salaires horaires compétitifs, la couverture pour les soins médicaux, dentaires et oculaires, un Régime enregistré d’épargne retraite collectif, un régime d’attribution d’actions et de primes de rendement dès le premier jour de travail de ses employés.

Bien plus, Amazon va jusqu’à promettre de soutenir d’anciens membres des Forces armées qui font la transition de la vie militaire à la vie civile, à la fois au sein de l’entreprise et de la collectivité. L’entreprise a fait du recrutement d’anciens membres de l’armée un objectif avec une équipe d’anciens militaires ayant pour tâche principale de recruter d’anciens soldats pour poursuivre leur carrière dans ses centres.

En bref, Amazon offre de bonnes et généreuses perspectives d’investissements et d’emplois salariés au Canada, pour un chiffre d’affaires qui s’annonce colossal pour ce géant sur le sol canadien. Pourtant, en retour, la part fiscale du pays sur ses ventes demeure à zéro.

Pour le moment, Ottawa traîne toujours les pieds en ce qui a trait à la taxation du géant du numérique, alors que l’Union européenne ne veut laisser de côté aucune possibilité de tirer profit d’une taxation équitable des multinationales en ligne.

À titre d’exemple, Amazon a été contrainte de conclure il y a quelques mois une entente avec les administrations fiscales française et italienne pour payer rétroactivement et de manière progressive ses arriérés de taxes pouvant couvrir jusqu’à cinq années. Ce qui représente une source de revenus substantiels pour ces deux pays.

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly Photo : La Presse canadienne/Ben Nelms

Pour ce qui est du Canada, le gouvernement a fait savoir à maintes reprises qu’il ne souhaitait pas imposer une hausse des taxes à la classe moyenne canadienne, d’où l’idée de concéder un avantage fiscal aux multinationales d’Internet. Une idée qui est reçue avec un grain de sel par une bonne partie de la population qui considère que « le gouvernement entretient une injustice commerciale et une iniquité fiscale en permettant aux géants américains du web de faire des affaires au Canada sans exiger de taxes ».

Certains vont même jusqu’à soupçonner le gouvernement Trudeau d’entretenir des relations opaques avec les multinationales en ligne qui lui ouvrent toutes sortes de possibilités pour ses publicités politiques sur Internet, alors que pendant ce temps l’Europe met la main à la pâte pour établir la justice fiscale avec ces grosses compagnies commerciales.

De plus en plus de Canadiens achètent en ligne. En 2014, ils étaient 80 % à privilégier le commerce sur Internet . Photo : Radio-Canada

De son côté, Amazon a toujours considéré que l’idée selon laquelle elle ne paie pas de taxe au Canada est fausse, car c’est à travers son site que la plupart des achats en ligne des Canadiens à l’étranger sont effectués. L’entreprise dit déclarer toutes ces transactions au gouvernement et rembourser toutes les taxes de vente perçues.

Malgré tout, les Canadiens ne sont pas dupes, car ils estiment que si le gouvernement fédéral a conclu une entente secrète avec certains des géants du web à l’instar de Netflix, et que si l’essentiel de ses communications avec les géants du web est dissimulé, c’est parce qu’il y a anguille sous roche, un mystère que bon nombre d’entre eux veulent percer.

RCI avec Amazon et Radio-Canada

Lire aussi : 

Géants du web : inaction à Ottawa, mode attaque en Europe

Mélanie Joly et Netflix : l’iniquité persiste (analyse)

Un virus nommé taxe (analyse)

Experts déçus de l’entente avec Netflix : « Est-ce qu’on était juste des potiches? »
Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*