©iStock/KatarzynaBialasiewicz

La moitié des pédiatres canadiens a de jeunes patients qui consomment du cannabis

Share

Une étude menée auprès des pédiatres canadiens par le Programme canadien de surveillance pédiatrique (PCSP) indique que 419 des 835 répondants ont eu affaire à un jeune patient ayant consommé du cannabis obtenu légalement ou illégalement afin de remédier à un problème de santé.

Le sondage publié jeudi ne fournit pas de détails sur le nombre de cas avec de la marijuana obtenue illégalement, la nature des problèmes traités et l’âge des patients. Mais le chercheur principal, Richard Bélanger, a déclaré avoir été surpris par le nombre de jeunes consommateurs de cannabis et a affirmé que cette découverte soulignait l’importance de donner davantage de renseignements à ce sujet aux médecins, aux parents et aux patients.

Nous pensions que c’était moins que cela. Le message le plus important ici, c’est que le cannabis n’est pas seulement un enjeu chez les adultes, que ce soit pour l’usage récréatif ou médical. Parfois, lorsque nous considérons ce traitement, nous avons tendance à oublier les enfants et ça ne devrait pas être le cas.Richard Bélanger

La question à laquelle les instigateurs de l’étude voulaient répondre :


Principales conclusions de l'étude
©iStock/KatarzynaBialasiewicz

• Dans l’année qui a précédé le sondage, la moitié des répondants (50 %) a rencontré des patients qui avaient consommé du cannabis à des fins médicales, obtenu par une filière autorisée ou non autorisée.

• La majorité des répondants ayant rencontré un enfant ou un adolescent qui avait consommé du cannabis à des fins médicales dans l’année précédente a déclaré avoir vu cinq cas ou moins.

• Des répondants qui avaient déclaré avoir vu des patients de 12 ans et plus qui avaient consommé du cannabis à des fins médicales obtenu par une filière non autorisée au cours de l’année précédente, un pourcentage important (22 %) avaient vu plus de cinq cas.

• Parmi les répondants qui avaient rencontré des patients pédiatriques ayant consommé du cannabis à des fins médicales au cours de l’année précédente, 68 % (218 sur 321) ont indiqué que moins de la moitié de leurs patients avaient profité de son utilisation, et 15 % (47 sur 318) que la majorité de leurs patients avaient souffert d’effets indésirables.

• Plus du tiers des répondants (38 %, 316 sur 835) s’était fait demander par un parent ou un patient adolescent d’autoriser une consommation de cannabis à des fins médicales au cours de l’année précédente. • Seulement 34 répondants ont indiqué avoir autorisé la consommation de cannabis par un enfant ou un adolescent au cours de l’année précédente.

L’étude a été effectuée au printemps 2017 dans le cadre d’une enquête plus vaste du PCSP sur une série de questions délicates, dont la maladie de Lyme, le virus Zika et les troubles alimentaires.

Selon M. Bélanger, les chercheurs ont été étonnés de voir qu’autant d’enfants et d’adolescents semblaient consommer de la marijuana pour des raisons médicales. Il dit soupçonner que les enfants autorisés par leur médecin à consommer de la marijuana souffraient de diverses maladies, dont l’épilepsie réfractaire, la paralysie cérébrale et la douleur chronique, alors que les adolescents consommaient probablement du cannabis obtenu illégalement pour traiter d’autres problèmes comme l’anxiété et la dépression. Cependant, il émet des réserves.

C’est un sujet brûlant. Il y a largement de la place pour que la Société canadienne de pédiatrie ou d’autres associations ou autorités fournissent plus de renseignements sur les possibles avantages et les effets néfastes probables pouvant être associés à l’utilisation du cannabis pour des raisons médicales.Richard Bélanger, chercheur principal

Rappelons qu’au Canada, la marijuana médicinale est disponible depuis 2001 et qu’au mois de juin la légalisation du cannabis a été confirmée après l’adoption du projet de loi par la Chambre haute du Canada. Cela ouvre la voie à sa production et à sa consommation dès le 17 octobre 2018. 

Share
Mots-clés : , ,
Publié dans : Politique, Santé, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*