Ce jeune a tué un béluga : la belle prise de l’Inuit de 16 ans soulève une foule de critiques et enflamme la toile

Albert Netser a tweeté cette photo de son fils de 16 ans, Nangaat, debout sur un rocher à Rankin Inlet, au Nunavut, avec son premier béluga récolté lundi. Netser dit qu'il ne s'attendait pas à être au centre d'une controverse. La Presse canadienne/Albert Netser

Ce jeune a tué un béluga : la belle prise de l’Inuit de 16 ans soulève une foule de critiques et enflamme la toile

Share

Le père de ce jeune Inuit de 16 ans a partagé la photo de la belle prise de son fils sur les réseaux sociaux pour souligner son exploit : celui d’avoir tué sa première baleine. Un geste important pour sa communauté, qui a pourtant suscité une pluie de critiques de la part de certains internautes. Ils ont été nombreux à dénoncer un acte inapproprié puisque la population des baleines, notamment celle des bélugas, est en déclin.

RCI avec La Presse canadienne, Twitter et des informations de Pêches et Océans Canada
Une culture et un mode de vie autochtones remis en question?

Chez les Inuits du Canada, la tradition veut qu’un jeune de 16 ans puisse chasser et rapporter du gibier pour toute sa famille, voire pour toute sa communauté.

C’est ce qu’a fait le garçon qui a réussi à tuer tout un béluga, à tout juste 16 ans. Un geste que son père, Albert Netser, a tenu à souligner à sa juste valeur.

Il croyait bien faire et s’attendait peut-être à une salve d’applaudissements lorsqu’il a publié les photos de l’exploit de son fils sur les réseaux sociaux. Mais le public a diversement apprécié l’image du garçon debout sur un rocher à Rankin Inlet avec sa prise tout près de lui.

Pris d’assaut par des critiques soulignant l’importance de continuer à préserver cette espèce de baleine qui est inscrite sur la liste des espèces menacées de disparition au Canada depuis 2005, le père a été obligé de retirer la photo.

Ses explications sur la culture et le mode de vie inuits n’auront convaincu qu’une partie des personnes qui l’ont assailli de questions sur son téléphone cellulaire.

Carcasse de béluga femelle Photo : David Michaud

Au sujet du béluga

Le béluga (Delphinapterus leucas) est une baleine à dents appartenant à la famille des monodontidés. Son nom vient du mot russe belukha, qui signifie blanc. Il est également connu sous le nom de baleine blanche, de qilalugaq dans les dialectes inuktitut, inuvialuktan et inuinactun, et de siqsuaq dans le dialecte inupiat.

Les bélugas sont surnommés « baleines blanches », en raison de leur couleur, mais seuls les adultes sont blancs, tandis que les nouveau-nés sont bruns ou gris foncé et pâlissent pour devenir progressivement blancs vers six et huit ans.

Les bélugas sont bien adaptés aux eaux glaciales de l’Arctique canadien. Dans la nature, ils peuvent vivre jusqu’à 75 ans. Les mâles atteignent la maturité sexuelle à 12 ou 14 ans, tandis que chez les femelles, cela se fait entre 8 et 14 ans. Ils s’accouplent tous les trois ans, d’avril à juin, et la période de gestation dure 14,5 mois.

Les bélugas sont reconnaissables par leur taille forte, un cou non soudé et une petite tête qui est disproportionnée par rapport au reste de leur corps. Leur taille varie de trois à cinq mètres et leur poids oscille entre 500 et 1500 kg.

Les bélugas sont une espèce menacée d’extinction, et les scientifiques espèrent que le nouveau simulateur permettra de mieux les protéger. Photo : Radio-Canada

Le Canada compte sept populations distinctes de bélugas :

  • Les populations de l’est du Haut-Arctique et de la baie de Baffin
  • De la baie Cumberland
  • De la baie D’Ungava
  • Du fleuve Saint-Laurent
  • De l’ouest de la baie d’Hudson
  • De la mer de Beaufort
  • De l’océan arctique

Le Comité sur la désignation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a désigné toutes ces populations de bélugas en tant qu’espèces menacées, en voie de disparition ou préoccupantes.

Le béluga du fleuve Saint-Laurent a été inscrit à l’annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril en tant qu’espèce menacée et l’inscription d’autres populations est envisagée.

Établie comme la principale cause de la chute draconienne de la population des bélugas, la chasse de cette espèce est proscrite depuis 1979.

La modification des habitats, la construction de barrages sur la rivière, la pollution sonore causée par les navires et les embarcations de plaisance figurent aussi parmi les facteurs à l’origine du déclin de cette espèce.

À lire aussi :

Share
Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : Autochtones, Environnement, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Ce jeune a tué un béluga : la belle prise de l’Inuit de 16 ans soulève une foule de critiques et enflamme la toile
  1. Dupuis, Marie-Josée dit :

    Je suis très abasourdie par cet mort d’un béluga de surcroît une femelle. Depuis des années le Canada fait tout ce qu’il peut pour la protection des bélugas, au point d’interdire les bateaux de circuler à proximité de ces baleines. Je respecte les autochtones, mais là c’est la  »goutte qui fait déborder le vase ». Vous baissez dans mon estime. Au nom de votre tradition vous vous permettez de transgresser des règles environnementales qui font consensus pour tous. Le reste de la populations a aussi des traditions, et elle sont inscrite dans des règles. C’est pour moi un scandale une telle transgression. Votre culture doit aussi évoluée, s’adapter à de nouvelles réalités fondées sur le présent, la modernité.

  2. Serge dit :

    Faut laisser tomber les traditions meurtrières!