Drapeaux du Canada, des États-Unis et du Mexique - Photo Istock

ALENA avec le Mexique : Trump peut-il vraiment rayer le Canada?

Share

Seul le Congrès américain aurait au bout du compte le pouvoir de trancher. Après tout, si l’ALENA est en vigueur aux États-Unis, c’est bien parce qu’en 1993 le Congrès a adopté une loi qui a autorisé sa mise en oeuvre.

ALENA: Trump maintient la ligne dure envers le Canada. PHOTO EVAN VUCCI, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

À la base, le Congrès américain a donc un mot à dire décisif en matière de commerce international, car le texte de la Constitution américaine affirme clairement que le Congrès doit avoir le pouvoir de réguler le commerce avec des nations étrangères.

Ainsi, Donald Trump n’aurait pas le pouvoir constitutionnel ultime d’exclure le Canada d’un accord économique renouvelé avec les États-Unis et le Mexique.

Bien qu’une décision unilatérale de sa part puisse créer une crise constitutionnelle et des poursuites en justice, cela reste évidemment dans le domaine du possible, car un président américain dispose lui aussi de certains pouvoirs exécutifs dans le domaine du commerce international.

S’il pouvait par exemple déclarer sur un coup de tête que les États-Unis se retirent de l’accord, la version initiale de l’ALENA, qui a fait tomber les barrières tarifaires entre les trois pays, resterait en vigueur jusqu’à un vote du Congrès.

En attendant, Donald Trump pourrait causer toute une tempête économique et politique au Canada. Cela pourrait même devenir un enjeu électoral canadien l’an prochain.

Le président des États-Unis, Donald Trump, estimait dans un discours, il y a un an exactement, qu’il fallait purement et simplement déchirer l’ALENA, mettant directement en cause le Canada et le Mexique qu’il jugeait « trop capricieux ». Photo Credit: Reteurs / Kevin Lamarque

Trump peut-il forcer le Canada à signer une version indésirable pour les Canadiens?

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, s’adresse à la presse lors d’une pause dans les négociations sur l’ALENA la semaine dernière à Washington. [JACQUELYN MARTIN – AP]

C’est cette question qui pèse le plus lourd en ce moment sur les épaules des négociateurs canadiens. Plusieurs estiment que le Canada est devant le fait accompli quant à l’entente entre les États-Unis et le Mexique et à leur version renégociée de l’ALENA, qui exclut quelques exigences fondamentales du Canada.

Le Mexique et les États-Unis ont laissé tomber par exemple le chapitre 19  de l’ALENA qui permettait la résolution de conflits entre pays devant un panel indépendant de cinq arbitres. Les États-Unis affirmaient que ce sont les tribunaux américains qui doivent arbitrer les conflits lorsque ça se passe sur leur territoire.

Cette concession mexicaine place le Canada, qui refuse l’abandon du chapitre 19 que les négociateurs canadiens jugent essentiel, dans une position difficile.

La gestion de l’offre sera-t-elle sacrifiée?

Le Canada considère également comme primordial de conserver son système de la gestion de l’offre dans le secteur laitier, notamment. Le marché laitier du Canada est en bonne santé parce que les producteurs limitent leur production aux besoins des consommateurs. Il n’y a pas de surproduction, contrairement à ce qui se produit aux États-Unis.

Toutefois, l’absence de la clause de temporisation dans l’entente États-Unis–Mexique est encourageante pour le Canada. Les États-Unis et le Mexique proposent une entente de 16 ans avec une révision des enjeux problématiques tous les 6 ans. Même s’il y avait mésentente sur un point au bout de 6 ans, l’accord serait ainsi toujours en vigueur.

C’est une avancée majeure, puisque les Américains préconisaient la fin automatique de l’entente après 5 ans à moins d’un nouvel accord entre les parties. Le Mexique s’y opposait, tout comme le Canada, en raison de l’incertitude qu’une telle clause allait créer pour les investisseurs.

Le secrétaire mexicain de l’Économie, Ildefonso Guajardo Villareal, la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, et le secrétaire américain au Commerce, Robert Lighthizer lors de la sixième ronde de négociation de l’ALENA, en janvier dernier. Photo : La Presse canadienne/Graham Hughes

RCI avec La Presse canadienne et la contribution d’Alain Gravel, Philippe Marcoux, Philippe-Vincent Foisy, Raphaël Bouvier-Auclair, Gérald Fillion et Michel Désaultels de Radio-Canada

En complément

Négociations sur l’ALENA : « Le Canada est en rattrapage », selon Charest – Radio-Canada 

Mexique-États-Unis : la pression est forte sur le Canada – Radio-Canada 

Trump avise le Congrès de ne pas se mêler des négociations sur l’ALENA – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Économie, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*