La côte est nord-américaine se prépare a être frappée par l’ouragan Florence qui gagne en vitesse

Share

De tempête tropicale à ouragan de catégorie 4 en quelques heures, Florence tourne maintenant à une vitesse folle, avec des vents maintenant parfois supérieurs à 220 km/h et les experts affirment que cette toupie destructrice pourrait être le plus puissant ouragan depuis des décennies.

L’ouragan Florence élevé au rang de catégorie 4 sur l’échelle de Saffir-Simpson. Photp : NASA

Alors que l’est des États-Unis se prépare à l’arrivée de l’ouragan, les météorologues prévoient qu’il pourrait s’intensifier plus tard aujourd’hui.

L’Agence fédérale de gestion des situations d’urgence (FEMA) a quant à elle annoncé lundi soir que Florence « va causer une hausse du niveau de la mer potentiellement mortelle, des inondations à l’intérieur des terres et des vents destructeurs ».

L’ouragan Florence vu depuis la station spatiale internationale lundi alors qu’il menace la côte est des États-Unis. (NASA / Associated Press)

La côte est canadienne pourrait être elle aussi touchée par des pluies diluviennes, bien que la trajectoire de Florence soit loin d’être fixée.

Pour l’heure, quatre États américains déclarent l’état d’urgence, soit la Caroline du Sud, la Caroline du Nord, la Virginie et le Maryland. Un ordre d’évacuation obligatoire touche au moins un million et demi d’habitants. En tout, les citoyens habitant le long d’une bande littorale de 320 kilomètres de longueur sont visés.

«Mes équipes viennent juste de m’informer que c’est l’une des pires tempêtes à frapper la côte est depuis de nombreuses années. Aussi, ça se profile comme une frappe directe sur la Caroline du Nord, la Caroline du Sud et la Virginie», a tweeté lundi soir le président américain Donald Trump.

«S’il vous plaît, préparez-vous, soyez prudents et restez en SÉCURITÉ», a-t-il ajouté, précisant qu’il venait de s’entretenir par téléphone avec les gouverneurs de trois États dans la ligne de mire de Florence.

Ouragan Florence : 1,5 million de personnes évacuées aux États-Unis

Une trajectoire incertaine mais meurtrière

Se déplaçant à une vitesse de 20 km/h en direction du nord-ouest, l’ouragan Florence devrait passer mardi et mercredi entre les Bahamas et les Bermudes et pourrait atteindre jeudi les côtes américaines.

Il est prévu que Florence se renforce encore et qu’il soit jusqu’à jeudi un ouragan majeur de catégorie 5, extrêmement dangereux.

Le vaste État de Virginie, en bordure de la capitale fédérale, Washington, a demandé à sa population de se préparer eux aussi à ce qui pourrait être l’ouragan le plus puissant à le frapper « depuis des décennies ».

Davantage que les vents, les autorités craignent les inondations provoquées par les précipitations accompagnant l’ouragan.

La marine américaine a ordonné lundi à trente navires de guerre de sa principale base navale de la côte est, à Norfolk en Virginie, de prendre la mer pour pouvoir mieux braver l’ouragan. «Nos bateaux peuvent mieux affronter des ouragans de cette envergure quand ils sont en mouvement», souligne l’amiral Christopher Grady, commandant des forces navales américaines.

Entre août et septembre 2017, trois puissants ouragans, Harvey, Irma et Maria avaient causé la mort de milliers de personnes et provoqué des milliards de dollars de dégâts dans les Caraïbes et le sud-est des États-Unis.

Des vacanciers en croisière redirigés vers le Canada

Le navire Norwegian Dawn dans le port d’Halifax – Photo : Gary Cameron/Reuters

Des vacanciers qui se dirigeaient vers les Bermudes ont dû trouver de quoi s’habiller plus chaudement alors que leur bateau de croisière accostait à Halifax dimanche matin, leurs plans de voyage ayant été contrariés par l’ouragan Florence.

Le Norwegian Dawn, qui a une capacité d’accueil de 2 300 passagers, était censé passer sept jours à Boston dans le cadre d’un aller-retour entre Boston et les Bermudes, mais il est arrivé à Halifax dimanche pour son premier arrêt dans les Maritimes.

Le navire visitera également Sydney en Nouvelle-Écosse, la ville de Saint John au Nouveau-Brunswick et Bar Harbor dans l’état américain du Maine, avant de retourner à Boston. Des passagers ont demandé un remboursement partiel, mais Norwegian Cruise Line a déclaré que ses passagers ne seraient pas indemnisés. Une croisière au Canada et en Nouvelle-Angleterre coûte plusieurs centaines de dollars de moins que celle aux Bermudes.

La compagnie de croisières a également modifié l’itinéraire d’un autre navire qui devait initialement voyager entre New York et les Bermudes. Le Norwegian Escape accostera plutôt en Floride et aux Bahamas.

Le navire Norwegian Dawn – Photo : Gary Cameron/Reuters

RCI avec La Presse canadienne, l’Agence France-Presse et la contribution d’Annie Desrocher, Claude Bernatchez, Myriam Fimbry, Catherine Perrin et Sopĥie-André Blondin de Radio-Canada

En complément

Évacuation de 1 million de personnes en raison de l’ouragan Florence aux États-Unis – Radio-Canada 

Premières évacuations en vue de l’arrivée de l’ouragan Florence aux États-Unis – Radio-Canada 

Évacuation de 1 million de personnes en raison de l’ouragan Florence aux États-Unis – Radio-Canada 

Share
Mots-clés : , , , , , ,
Publié dans : Environnement, International, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*