Ottawa injecte encore des millions pour multiplier le nombre d’immigrants francophones s’établissant hors du Québec

Share

Les immigrants d’expression française, notamment ceux d’Afrique, des Caraïbes ou d’Europe qui préféreraient immigrer dans les provinces canadiennes à majorité anglophone, auront accès bientôt à des services plus étendus d’intégration en français avant même d’arriver au Canada.

Le ministre canadien de l’Immigration, Ahmed Hussen, a annoncé mercredi l’ajout de 11 millions de dollars sur une période de cinq ans pour faire de la Cité collégiale, qui se trouve dans la capitale canadienne, le principal centre de services aux nouveaux arrivants francophones hors Québec.

De plus, quatre autres organismes régionaux en Nouvelle-Écosse, en Ontario, au Manitoba et en Colombie-Britannique auront aussi pour mandat de fournir de l’information aux futurs nouveaux arrivants sur leur province d’accueil.

Un besoin criant de nouveaux francophones

Ahmed Hussen est né à Mogadiscio en Somalie. Il a fui la guerre civile avec sa famille à l’âge de 15 ans. Après deux ans au Kenya, ses parents l’ont envoyé rejoindre un cousin au Canada. Photo : PC

Le gouvernement fédéral s’est fixé pour objectif d’attirer 4,4 % d’immigrants francophones à l’extérieur du Québec en 2023. Selon Statistique Canada, les francophones hors Québec représenteraient 3,8 % de la population canadienne.

Pour éviter une chute du nombre qui pourrait passer à 3 % d’ici 2036, Ottawa s’est doté en mars dernier d’un Plan d’action sur les langues officielles de 40,8 millions dollars prévoyant l’augmentation à 4,4 % d’immigrants francophones pour les cinq prochaines années.

Un montant de 36,6 millions sur cinq ans annoncé précédemment sert déjà à améliorer cet accès aux services en français pour futurs immigrants.

L’octroi de 11 millions de dollars, dévoilé mercredi, s’ajoute donc aux sommes précédemment promises.

Les futurs immigrants auront des informations sur place avant de partir pour le Canada

Photo : Twitter

« Ces centres pourront ouvrir des bureaux et embaucher du personnel à l’extérieur du Canada, dans des pays francophones comme le Maroc ou la Tunisie », a expliqué le ministre.

Les immigrants déjà sélectionnés par le Canada auront ainsi un « contact personnel » avec quelqu’un qui pourra répondre à leurs questions avant leur arrivée.

M. Hussen a donné l’exemple d’un ingénieur marocain sélectionné par le ministère de l’Immigration. Celui-ci aurait d’abord un premier contact avec la Cité collégiale d’Ottawa, qui ensuite le référerait à l’Ordre des ingénieurs de la province où il compte s’installer. Cette personne pourrait ainsi commencer les procédures de reconnaissance de diplôme avant son arrivée en sol canadien.

Le saviez-vous?
– Il existe maintenant un service d’accueil en français pour les immigrants francophones qui arrivent à l’aéroport Pearson à Toronto.
– Environ 2100 nouveaux résidents permanents francophones arrivent à Pearson chaque année.
– En plus d’aider les personnes à prendre leur vol de correspondance vers leur destination finale, l’organisme mandaté informe les immigrants afin de leur faciliter l’entrée en Ontario.

Aéroport Pearson de Toronto (Photo: Reuters/Andrew Wallace)

Annonce bien accueillie par la francophonie hors Québec

Selon la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA), la nouvelle structure d’information et d’intégration proposée par le gouvernement canadien vient corriger des lacunes existantes dans l’accueil des immigrants francophones qui pourront maintenant recevoir des services en français à toutes les étapes de leur intégration.

« L’immigrant francophone avait de la misère à se retrouver dans cette panoplie de services où il y a une offre en anglais qui est beaucoup plus volumineuse qu’en français », a constaté son directeur général, Alain Dupuis.

« Est-ce qu’on va avoir tous les services de A à Z avec cet investissement-là? Non. Ce n’est pas assez, il va en falloir plus, mais c’est une bonne première étape pour commencer à s’assurer qu’on ait un continuum de services en français dans toutes les régions du pays. »

Découvrez pourquoi au Québec, contrairement au reste du Canada, les immigrants francophones sont en baisse...

Salon de l’Immigration et de l’intégration au Québec, au Palais des congrès, à Montréal, 31 mai et 1er juin 2017. Photo Credit: Marie-Claude Simard

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

L’Ontario a besoin d’immigrants francophones – RCI

Les francophones du Canada célèbrent leurs immigrants – RCI

Ottawa annonce la création d’un centre pour mieux soutenir l’immigration francophone hors Québec – RCI

Share
Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

Un commentaire pour «Ottawa injecte encore des millions pour multiplier le nombre d’immigrants francophones s’établissant hors du Québec»
  1. Ahmed Karimi dit :

    L’immigration en famille est il possible