temoins-de-jehovah

Le royaume des Témoins de Jéhovah
Photo Credit: ICI Radio-Canada

Témoins de Jéhovah : des victimes d’agressions sexuelles au sein du groupe au Québec demandent que justice soit rendue

Share

Agressée sexuellement par son frère à son plus jeune âge, Lisa Blais est la « voix des sans voix » dans le cadre de l’action collective qu’elle a lancée au nom de toutes les victimes québécoises d’agressions sexuelles présumées de membres des Témoins de Jéhovah auquel elle et sa famille ont appartenu.

RCI avec Radio-Canada, La Presse, RDI via You Tube et le site Internet des Témoins de Jéhovah

Un groupe religieux accusé d’avoir abandonné les victimes d’agression sexuelle et de protéger les agresseurs

À en croire celle qui se considère aujourd’hui comme une ancienne adepte du groupe religieux, les victimes d’agressions sexuelles sont contraintes au silence.

Un musellement qui serait voulu par l’autorité centrale qui aurait mis sur pieds des « règles internes strictes, contre toute forme de dénonciation » susceptible de nuire à la réputation du groupe.

Du coup, les victimes, dont la plupart étaient des mineurs au moment des faits, se retrouveraient abandonnées à elles-mêmes, sans recours possible ni protection. Et elles se sont tournées vers les tribunaux.

Ils sont polis et cognent à votre porte le samedi matin. Mais on en connaît peu sur les témoins de Jéhovah.
Ils sont polis et cognent à votre porte le samedi matin. Mais on en connaît peu sur les témoins de Jéhovah.     Photo : iStock

250 000 $ réclamés pour dommages moraux

La demande de réparation des victimes, qui se compteraient en millier, s’adresse aussi bien au groupe des Témoins de Jéhovah du Canada qu’à ceux de la maison mère aux États-Unis où sont prises l’ensemble des décisions transmises aux adeptes dans le monde.

Les avocats des Témoins de Jéhovah sont mobilisés depuis plusieurs semaines pour défendre le groupe religieux. Ils remettent en question l’idée que l’action de la justice québécoise puisse s’étendre aux décisions de la communauté aux États-Unis.

Le tribunal continuera le 18 décembre à entendre l’action qui est demandée depuis plusieurs semaines.

Les plaignants estiment que le système de justice parallèle interne du groupe sous forme de « Comités judiciaires » ne protège pas suffisamment les victimes contre les risques de récidive de leurs agresseurs.

L’illustration visible de l’inefficacité de tels comités, selon Mme Blais, est que son frère qui l’a agressée alors qu’elle n’avait que 16 ans est resté impuni, malgré ses dénonciations tant auprès de sa famille que de sa communauté religieuse.

Écoutez ces grands reportages de RDI (Radio-Canada) sur la pédophilie chez les Témoins de Jéhovah

Plusieurs précédents ailleurs dans le monde

Ce n’est pas la première fois que les Témoins de Jéhovah se retrouvent ainsi montrés du doigt.

Après le Québec où plusieurs cas d’attouchements et de contacts sexuels sur des mineurs ont été dénoncés, d’autres victimes en Ontario sont sorties du « silence, de la peur et de la soumission », dit Sarah Pilote, avocate qui défend l’action collective contre l’organisation au Québec, et ont vivement dénoncé leurs bourreaux.

Il y a deux ans à Terre-Neuve, une jeune femme avait porté plainte contre son père et son frère qui avaient comparu en cour pour agression et exploitation sexuelles.

Plusieurs plaintes de victimes d’agressions sexuelles ont également été enregistrées aux États-Unis.

Cet immeuble de New York abritait la société Watchtower, quartier général des Témoins de Jéhovah

Il y a deux ans, cet immeuble de New York abritait la société Watchtower, quartier général des Témoins de Jéhovah Photo : iStock/Andrey Krav

En Californie, la cour avait ordonné à la société Watchtower de remettre sa liste de pédophiles, construite à partir des documents détenus par la société. Depuis 1997, la direction des Témoins exige que chaque dénonciation d’un fidèle soupçonné de pédophilie soit envoyée au quartier général.

En Australie, plus de 1000 cas d’agressions sexuelles présumées ont été rapportés au comité des anciens, sans qu’aucun soit véritablement redirigé vers la police ou vers la protection de l’enfance.

Il faut préciser que c’est le comité des anciens, auxquels tous doivent une certaine allégeance, qui élabore les politiques internes et s’occupe de rendre justice en cas d’agression ou de tout autre problème rapporté par les fidèles. 

Selon plusieurs articles issus de publications du groupe des Témoins de Jéhovah, ces derniers ont toujours mis de l’avant l’idée de protéger les jeunes et les enfants victimes d’agressions sexuelles. L’organisation se défend ainsi de protéger les pédophiles au détriment de leurs victimes et recommande aux parents ou à toute autre personne au courant des faits d’agression sexuelle de dénoncer le coupable aux autorités. Sur son site Internet, le groupe a publié une Ligne de conduite biblique sur la protection des enfants qui expose sa politique sur les questions relatives à la protection des mineurs.

On peut y lire ceci :
Un abus sexuel sur enfant est une perversion. Il s’agit, en règle générale, d’un ou plusieurs des actes suivants : rapport sexuel avec un enfant; relations bucco-génitales ou sodomie avec un enfant; caresses sur les organes génitaux, les seins ou les fesses d’un enfant; voyeurisme envers un enfant; exhibitionnisme devant un enfant; propositions sexuelles à un enfant. Il peut également s’agir d’envoyer des sextos ou de montrer de la pornographie à un mineur.

Comment ça se passe au sein des témoins de Jéhovah
La Ligne de conduite biblique des témoins de Jéhovah sur la protection des enfants s’appuie sur les versets bibliques comme c’est le cas dans les lignes qui suivent.

Dans ce document, lorsqu’il est question des parents, cela s’applique également aux tuteurs légaux ou aux autres détenteurs de l’autorité parentale. Les anciens cherchent à établir les faits d’un point de vue biblique. Il s’agit d’une procédure strictement religieuse conduite par les anciens en harmonie avec les instructions bibliques. Son but est uniquement de déterminer si l’individu concerné peut ou non rester Témoin de Jéhovah.

Si un membre de l’assemblée a commis un abus sur enfant et ne s’en repent pas, il est excommunié et n’est plus considéré comme Témoin de Jéhovah (1 Corinthiens 5:13). Le traitement d’une accusation d’abus sur enfant par les anciens ne se substitue pas au traitement de l’affaire par les autorités publiques.

.

En complément :

Share
Mots-clés : , , , , , , , ,
Publié dans : Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*