Le premier ministre Stephen Harper arrive à Cali, en Colombie, le 22 mai 2013.

Le premier ministre Stephen Harper arrive à Cali, en Colombie, le 22 mai 2013.
Photo Credit: PC/Sean Kilpatrick

Le scandale impliquant son bras droit talonne le premier ministre jusqu’au Pérou

Share

Comme des bottes de sept lieues, l’affaire Duffy-Wright talonnait hier le premier ministre canadien Stephen Harper jusqu’au Pérou, la première étape d’un long voyage qu’il fait cette semaine en Amérique Latine.

Lors d’un point de presse à la suite d’un entretien avec le premier ministre péruvien, Ollanta Humala Tasso, M. Harper a dû répondre à une question sur cette crise au Sénat canadien provenant d’un média péruvien.

M. Harper a affirmé qu’il ne savait rien de l’histoire des 90 000 $ donnés par son bras droit Nigel. Wright au sénateur Mike Duffy, pour le remboursement d’allocations auxquelles il n’avait pas droit, avant que ces informations soient révélées par les médias, la semaine dernière.

Rappel des évènements

Rappelons que le bras droit du premier ministre Stephen Harper vient de démissionner le week-end dernier. Nigel Wright a été foudroyé par la très très vive controverse autour d’un chèque personnel de 90 000 $ qu’il a remis au sénateur conservateur Mike Duffy pour rembourser des sommes illégitimement perçues. Le sénateur Duffy, un ancien journaliste, aurait enfreint plusieurs règles parlementaires en faisant de fausses déclarations lors de réclamations financières pour frais de déplacements et d’hébergement.

L’affaire Duffy-Wright est maintenant la plus importante crise politique à servir au Canada depuis la réélection de l’actuel gouvernement conservateur. Elle a amené la démission le week-end dernier du chef de cabinet de Stephen Harper, Nigel Wright.

Le premier ministre martèle qu’il ne savait rien et qu’il est lui-même en colère contre son ancien bras droit : « On ne m’a pas demandé mon opinion. On n’a pas demandé mon appui. Si on a fait ça, ma position aurait été contre ça. Évidemment, pour ma part, je suis désolé, je suis bien frustré, je suis bien fâché. J’ai toute la gamme des émotions. Mais nous étions déterminés de nous intéresser à cette situation et nous l’avons fait ».

Nigel Wright, photographié en 2010 lors d'un comité sur l'accès à l'information.
Nigel Wright, photographié en 2010 lors d’un comité sur l’accès à l’information. © Presse Canadienne

Du Pérou à la Colombie
Si le scandale des dépenses au Sénat a dominé jusqu’ici le voyage en Amérique du Sud de Stephen Harper, celui-ci devait d’abord et avant tout être dominé par le commerce.
En fin de journée mercredi, Stephen Harper a quitté le Pérou pour se rendre à Cali, en Colombie, où il participe pour la première fois à titre d’observateur au Sommet des dirigeants de l’Alliance du Pacifique. Ce groupe est composé de la Colombie, du Pérou, du Chili et du Mexique.

L’Alliance du Pacifique a vu le jour en 2011 pour faciliter la libre circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes entre les pays membres, ainsi que pour renforcer leurs liens en matière de commerce et d’investissement avec l’Asie.

Le saviez-vous?

  • La Colombie est la troisième destination en importance pour les exportations canadiennes de marchandise dans cette région, qui ont atteint 761 millions de dollars en 2011. Le Canada exporte surtout des céréales, de la machinerie, du papier et du carton, des engrais et des machines électriques. Les importations canadiennes en provenance de la Colombie comprennent les huiles et les combustibles minéraux (y compris le charbon), le café, les fruits et les noix, les plantes (notamment les fleurs) et le sucre.
  • Le Pérou est le deuxième partenaire commercial du Canada en Amérique latine et dans les Caraïbes (à l’exclusion du Mexique), et la troisième destination de l’investissement direct du Canada en Amérique du Sud et en Amérique centrale. Des débouchés existent dans des secteurs prioritaires tels que l’exploitation minière (projets d’extraction d’or, d’argent, de cuivre et de métaux.

 

 

Share
Mots-clés : , , ,
Publié dans : Économie, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*