Pauvreté endémique chez les enfants des Premières Nations au Canada

Pauvreté endémique chez les enfants des Premières Nations au Canada
Photo Credit: PC / DARRYL DYCK

La moitié des enfants amérindiens vivent sous le seuil de la pauvreté au Canada

Share

En cette journée nationale des Premières Nations au Canada, cette nouvelle jette une douche d’eau froide en mettant en lumière, de façon crue, une réalité trop souvent occultée.

Selon un rapport rendu public cette semaine, la moitié des enfants des Premières Nations au Canada vivent dans la pauvreté, et cette proportion passe aux deux tiers en Saskatchewan et au Manitoba.

« Le taux de pauvreté est sidérant. Un taux de 50% est unique au Canada, même au sien des autres groupes les plus laissés pour compte. C’est vraiment la pire des situations » affirme David Macdonald, économiste sénior  Centre canadien de politiques alternatives et co-auteur du rapport.

Publiée conjointement par le Centre canadien de politiques alternatives et par l’ONG Save the Children/Aide à l’enfance, l’étude souligne que le taux de pauvreté chez les enfants possédant le statut d’indien et vivant dans une réserve était le triple de celui des autres enfants au pays.

 Enfants amérindiens
Enfants amérindiens

Au Manitoba et en Saskatchewan 62 et 64% des enfants amérindiens  possédant le statut d’indien vivent sous le seuil de la pauvreté alors que ce taux est respectivement de 15 et de 16% pour les autres enfants de ces provinces de l’Ouest. Les différents taux de pauvreté des enfants amérindiens sont  systématiquement supérieurs à tous les autres partout au pays.

Daniel Wilson, ex-diplomate, consultant en dossiers amérindiens et co-auteur de l’étude ajoute: «  L’intensité, la profondeur de la pauvreté ne sont pas reflétées par les taux. Elles sont pires que ne le soulignent les chiffres. »

« Essayez d’imaginer un enfant typique, membre d’une Première Nation et vivant sur une réserve au pays. Il s’éveille dans une maison surpeuplée dont les murs et la toiture pourraient contenir de l’amiante, assurément de la moisissure, en grands besoins de réparations et sans eau potable. De plus, cet enfant n’a pas d’école où aller. »

L’étude dont il est question se base sur les données recueillies lors du recensement de 2006, où l’on trouve les données les plus récentes sur la pauvreté au Canada du moins d’ici à ce que les résultats du recensement de 2011 soient divulgués. Les données recueillies annuellement sur les dynamiques de travail et de revenu au pays servent habituellement à établir les taux de pauvreté au Canada. Par contre, ces données ne sont pas recueillies sus les réserves, nom donné aux communautés réservées aux Premières Nations.

Le rapport souligne également que les enfants amérindiens vivant en réserves, donc sous juridiction fédérale, ont des conditions de vies bien pires que celles que connaissent les autres enfants amérindiens – Métis, Inuit ou Amérindiens sans statut – qui vivent sous juridiction provinciale. Chez ces derniers, le taux de pauvreté est de 27%, ce qui est quand même le double de celui de la population non-autochtone.

Ce taux s’aligne avec celui retrouvé chez les immigrants de première génération et chez les réfugiés, 33%, ou encore avec celui des minorités visibles, 22%.

 La dure réalité de la Loi sur les Indiens au Canada
La dure réalité de la Loi sur les Indiens au Canada

Un financement totalement dépassé par la croissance de la population

On note également que les transferts de paiements du gouvernement fédéral vers les communautés autochtones vivant en réserves ont été limités à 2% d’augmentation annuellement depuis 1996, sans tenir compte de la croissance de la population ou des besoins spécifiques.

Des désavantages tenaces grèvent encore et toujours les Premières Nations au Canada qu’il s’agisse d’éducation, de santé ou d’habitation. Ces réalités sont très connues, très documentées. Par contre, le rapport souligne à traits rouges que la pauvreté tenace des enfants amérindiens au Canada est évitable et pourrait être éradiquée, ou du moins contenue.

Pour sortir les enfants amérindiens de la pauvreté endémique, il en coûterait un milliards de dollars; il n’en coûterait que 580 millions si l’on ne parle que des 120 000 enfants détenteurs du statut d’indien.

Il y aurait 426 00 enfants amérindiens – tous statuts confondus – vivant au Canada. La grande majorité d’entre eux se retrouve en Saskatchewan, au Manitoba, en Alberta, en Colombie-Britannique et en Ontario. La population amérindienne est celle qui connaît le plus haut taux de croissance au Canada.

Share
Catégories : Autochtones, Économie, Politique, Santé, Société
Mots-clés :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*