Un employé d'Hydro-Québec installe un compteur intelligent.

Un employé d'Hydro-Québec installe un compteur intelligent.
Photo Credit: Hydro-Québec

Aller à coutre-courant pour arrêter l’arrivée de compteurs électriques intelligents

Share

Le courant passe mal entre la compagnie Hydro-Québec et des citoyens

L’entreprise nationale de l’électricité du Québec est aux prises avec des citoyens mécontents à Laval, troisième ville du Québec qui est situé directement au nord de la ville de Montréal.

Ces résidents de Laval pensaient qu’un refus signifié par écrit allait empêcher l’installation chez eux d’un compteur électrique intelligent d’Hydro-Québec. Mais il viennent d’apprendre que leur démarche n’aura pas d’effet puisqu’elle n’a pas été faite selon les normes établies par la compagnie. « Il y a une marche à suivre », réplique Patrice Lavoie, porte-parole d’Hydro-Québec.

Hydro-Québec rappelle que ceux qui préfèrent ne pas se faire installer un compteur intelligent doivent appeler au 1 866 332-6779 et signifier leur intention. Hydro-Québec exigera des frais d’installation de 90 $ ainsi que des frais annuels supplémentaires de relève de 206 $.

« C’est insultant », rétorque Ginette Auclair, chez qui deux compteurs émetteurs de radiofréquences ont été installés. Selon le mouvement « Laval refuse », au moins une dizaine de citoyens se trouveraient dans la même situation que Ginette Auclair. « Nous leur suggérons d’envoyer une lettre recommandée et d’apposer un avis écrit pour signifier aux installateurs qu’ils ne veulent pas de compteur intelligent. Selon Francine Lajoie, cofondatrice de Laval refuse, les nouveaux compteurs émettent des radiations, ils sont donc des « contaminants »!. Or, la loi stipule qu’on ne peut installer un contaminant chez quelqu’un sans son consentement. »

Un projet électrique intelligent à grande échelle

Hydro-Québec amorce l’installation de nouveaux compteurs intelligents au nord de Montréal en ce moment. Mais l’opposition de plus en plus vive s’organise dans plusieurs villes visées par le plan de modernisation des équipements. Des opposants distribuent des tracts, organisent des soirées d’information et tentent de convaincre leurs concitoyens de ne pas installer chez eux de compteurs. Le problème en serait un de transmission d’ondes radio. Ces ondes pourraient, selon les opposants, être nocives pour la santé.

On veut s’assurer que ces ondes radios n’ont pas d’impact sur la santé avant d’installer des compteurs intelligents partout. On souhaite l’installation de compteurs qui n’émettent pas de radiofréquences.

Hydro-Québec prévoit remplacer ses 3,8 millions de compteurs électromécaniques par des compteurs intelligents d’ici 2017

Hydro-Québec procède depuis quelques semaines à l'installation de ses compteurs-émetteurs de radiofréquences à Laval.
Hydro-Québec procède depuis quelques semaines à l’installation de ses compteurs-émetteurs de radiofréquences à Laval. © Francis Labbé

Débats sur les effets sur la santé

Selon Hydro-Québec, il n’y a aucune inquiétude à avoir quant à l’impact de ces compteurs sur la santé humaine. « Ils émettent beaucoup moins de radiofréquences qu’un micro-ondes, et encore moins qu’un téléphone cellulaire, par exemple », explique Patrice Lavoie, porte-parole d’Hydro-Québec. « C’est 120 000 fois inférieur aux normes canadiennes. »
Selon Patrice Lavoie, toute personne qui préfère se faire installer un compteur qui n’émet pas de radiofréquences, peut le faire, moyennant des frais d’installation de 98 $ ainsi que des frais annuels de relève de données de 206 $.

Selon Stéphane Bélainsky cependant, expert en mesure d’ondes électromagnétiques dans les milieux résidentiels, avec 3,8 millions de compteurs, les personnes qui sont électrosensibles risquent d’être affectées par les ondes émises par les compteurs de leurs voisins. »
Les problèmes des gens sensibles aux radiofréquences vont du trouble du sommeil aux maux de tête en passant par l’arythmie cardiaque, par exemple. Il n’existe cependant pas de consensus scientifique autour de la question de l’électrosensibilité.

Ailleurs, le monde se branche aux compteurs intelligents

Dans plusieurs nations développées et tout juste à côté du Québec, dans la province de l’Ontario des programmes géants de conversion vers des réseaux de compteurs électriques se sont déroulés sans grands heurts et connaissent un véritable succès.

Dans le monde entier en fait, gouvernements et distributeurs d’électricité se sont emparés de la question, emboîtant le pas à l’Italie, premier grand pays à être intégralement doté de cette génération de compteurs.

En septembre 2009, l’Union européenne a fixé aux États membres un objectif de déploiement des compteurs intelligents dans 80 % des foyers européens d’ici à 2020, et 100 % d’ici à 2022.

L’exemple de la province de l’Ontario
L’Ontario Energy Board a terminé l’an dernier l’installation de compteurs intelligents dans presque tous les foyers et habitations de la province.

L’Ontario a introduit des compteurs intelligents – ainsi qu’une structure tarifaire basée selon l’heure de la consommation – pour permettre aux consommateurs de gérer leurs coûts d’électricité tout en aidant l’Ontario à mettre sur pied un système électrique plus efficace et écologique.

À gauche : le compteur intelligent qu'Hydro-Québec compte installer partout d'ici 4 ans. À droite : les anciens compteurs hydroliques qui disparaîtront.
À gauche : le compteur intelligent qu’Hydro-Québec compte installer partout d’ici 4 ans. À droite : les anciens compteurs hydroliques qui disparaîtront. © Francis Labbé

Le saviez-vous?

  • Un compteur « intelligent » est un compteur disposant de technologies avancées qui identifient de manière plus détaillée et précise, et éventuellement en temps réel la consommation énergétique d’un foyer, d’un bâtiment ou d’une entreprise, et la transmettent, par téléphone ou courants porteurs en ligne (CPL), à la compagnie d’électricité.
  • Les compteurs « intelligents » peuvent notamment établir des factures en temps réel et repérer les postes qui coûtent le plus au client. Ils peuvent éventuellement l’informer de microcoupures ou de pertes sur le réseau électrique. Du point de vue de l’entreprise, ils permettent des gains de productivité important via la suppression des emplois de personnels chargés du relevé des compteurs.
  • Lorsque le compteur est en plus programmable à distance et équipé d’un appareil de coupure à distance, il est dit AMM (Advanced Meter Management). Cette deuxième qualité est capitale, car elle va bien au-delà du simple relevé à distance et ouvre l’ensemble du réseau de distribution d’électricité à des évolutions profondes génériquement connues sous le nom de « réseau intelligent ».
Share
Catégories : Économie, International, Internet et technologies, Santé
Mots-clés :

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*