Logo de BlackBerry

Photo Credit: PC / AP Photo/Lefteris Pitarakis

BlackBerry, à ses clients : « Vous pouvez compter sur nous »

Share

La compagnie canadienne demande à ses clients de la soutenir malgré ses problèmes

BlackBerry lance un appel à sa clientèle, afin de la convaincre de continuer à la soutenir alors qu’elle procède à la restructuration de ses activités.

Dans une lettre ouverte publiée sur son compte Twitter et dans des quotidiens mardi, l’entreprise établie à Waterloo, en Ontario, a assuré ses « clients, partenaires et admirateurs » qu’ils pouvaient toujours compter sur elle.

BlackBerry compte toujours 70 millions d’abonnés dans le monde, mais la plupart d’entre eux utilisent de vieux modèles de téléphones, tandis que les modèles plus récents utilisant la plateforme opérationnelle BlackBerry 10 peinent à trouver leur public.

Le mois dernier, l’entreprise a annoncé qu’elle allait licencier 4.500 personnes, un tiers de ses effectifs mondiaux, après avoir perdu 965 millions de dollars au dernier trimestre alors que ses ventes s’effondraient.

Dévoilement du BlackBerry 10 à New York en janvier dernier. Le mois dernier, l'entreprise a annoncé qu'elle allait licencier 4.500 personnes, un tiers de ses effectifs mondiaux, après avoir perdu 965 millions de dollars au dernier trimestre alors que ses ventes s'effondraient.
Dévoilement du BlackBerry 10 à New York en janvier dernier. Le mois dernier, l’entreprise a annoncé qu’elle allait licencier 4.500 personnes, un tiers de ses effectifs mondiaux, après avoir perdu 965 millions de dollars au dernier trimestre alors que ses ventes s’effondraient. © PC/AP Photo/Mark Lennihan

La compagnie BlackBerry est assise sur une montagne d’argent

L’entreprise canadienne souligne à ses abonnés qu’elle dispose de beaucoup de liquidités, qu’elle affiche un bilan équilibré libre de toute dette et qu’elle effectue actuellement une restructuration ayant pour objectif de couper ses dépenses de moitié.

BlackBerry dit aussi être conscient de la situation délicate qui est la sienne et affirme avoir fait des choix difficiles, comme réduire de 40 % ses effectifs à travers le monde, dans un effort pour surmonter ses problèmes financiers.

La lettre vante les mesures de sécurité de BlackBerry et souligne que ses systèmes fonctionnent également avec les appareils Apple et Android, en plus de faire l’éloge du BlackBerry 10.

Le BlackBerry 10 avec clavier présenté en janvier dernier par le PDG de l'entreprise, Thorsten Heins.
Le BlackBerry 10 avec clavier présenté en janvier dernier par le PDG de l’entreprise, Thorsten Heins. © AFP/MARIO TAMA

Ventes décevantes et distribution chancelante

L’entreprise a connu des difficultés cette année alors que les ventes pour ses derniers modèles de téléphones intelligents n’ont pas atteint les sommets escomptés et que certains fournisseurs ont refusé de vendre son nouvel appareil Z30.

La compagnie de téléphonie canadienne Rogers est revenu cependant sur sa décision de ne pas offrir le Z30 à sa clientèle la semaine dernière après que des consommateurs se furent plaints dans des forums de discussions et sur Twitter.

Fairfax Financial, le plus important actionnaire de BlackBerry, a fait une offre d’achat conditionnelle équivalente à 9 $ US par action et estime la valeur de la compagnie à 4,7 milliards de dollars américains.

Le consortium doit compléter son contrôle préalable avant le 4 novembre. D’ici là, BlackBerry a le droit de solliciter des offres ou d’évaluer d’autres propositions.

Un peu d’histoire récente
Les déboires les plus récents de BlackBerry
Il y a quelques jours, le fabricant canadien de téléphones intelligents BlackBerry a annoncé qu’il supprimait près de 40 % de ses effectifs d’ici la fin de l’année, soit environ 4500 personnes.
La chute de BlackBerry s’est accélérée cette année malgré le lancement des modèles Z10 et Q10.
En 2009, un téléphone sur cinq était un BlackBerry. Aujourd’hui, l’entreprise canadienne n’a plus que 2,9 % du marché mondial.

Share
Catégories : Économie, Internet et technologies
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*