Les Roumains manifestent contre un projet minier canadien.

Les Roumains manifestent contre un projet minier canadien.
Photo Credit: AFP/File Daniel Mihailescu

Mine d’or, cyanure et feuille d’érable : un mélange explosif en Roumanie

Share

Les Roumains toujours mobilisés contre un projet de mine d’or canadienne

Des milliers de manifestants ont bloqué une importante artère du centre de la capitale de la Roumanie, dimanche, pour protester contre la création de ce qui pourrait être la plus grande mine d’or en Europe, un projet mené par une société minière canadienne.

Les opposants au projet critiquent l’utilisation de cyanure dans le processus d’extraction, tandis que d’autres estiment que la Roumanie n’a pas assez à gagner avec cette mine.

L’entreprise minière canadienne Gabriel Resources tente depuis 14 ans d’obtenir les permis nécessaires pour exploiter l’or à Rosia Montana, en Transylvanie, dans le nord-ouest de la Roumanie.

Les manifestants ont marché devant les bureaux du gouvernement en scandant « Votre trahison se mesure en or! ».

Manifestation à Bucarest contre un projet de mine d'or
Manifestation à Bucarest contre un projet de mine d’or © AFP/DANIEL MIHAILESCU

Un lieu historique et au patrimoine riche

Des rassemblements ont aussi eu lieu dans d’autres villes de la Roumanie, notamment à Cluj, où des milliers de personnes ont réclamé que le lieu historique, où la mine à ciel ouvert sera exploitée, soit inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

L’or de la région est exploité depuis l’époque romaine, voire avant, mais les activités minières y ont cessé depuis quelques années. Les techniques de l’entreprise canadienne seraient beaucoup plus efficaces que celles utilisées précédemment, mais nécessiteraient de détruire quatre montagnes.

null
. © Radio-Canada

Un mélange d’or et d’argent d’une richesse exceptionnelle

La mine contiendrait 314 tonnes d’or et 1500 tonnes d’argent. Le projet de Gabriel Resources permettrait d’extraire tout l’or et l’argent de la région en quelques décennies.

Les manifestations ont commencé quand le gouvernement a présenté un projet de loi au Parlement le 27 août, appelant les députés à donner leur appui à ce projet controversé. Un vote est attendu dans les prochaines semaines.

Les partisans du projet font valoir qu’il permettra de créer des emplois pour les mineurs au chômage et de fournir des investissements étrangers vitaux dans cette région défavorisée.

La minière canadienne a promis de protéger l’environnement et les monuments historiques de Rosia Montana.

Perspectives : Le Canada est un acteur mondial incontournable dans le monde minier

  • Plus de 75 % des sociétés mondiales d’exploration ou d’exploitation minière ont leur siège social au Canada.
  • Elles y sont attirées par de généreux congés fiscaux – et par des contrôles réglementaires minimaux.
  • Ces compagnies exploitent 4000 installations réparties dans plus de 100 pays, principalement en Amérique latine et en Afrique.
  • La ruée vers les minerais toutefois, les pousse à exploiter des mines dans des pays pauvres, où la police est corrompue et les droits de la personne, pas toujours respectés.
  • Trop souvent, la réputation du Canada en souffre. Dans certains pays, la feuille d’érable est même devenue synonyme de négligence et de violation de droits.
  • Des organisations telles que l’ONU, Amnistie Internationale Canada, Mining Watch, Global Witness ou Rights and Accountability in Development ont dénoncé la complicité de compagnies minières canadiennes dans la perpétration de violations des droits aussi fondamentaux que le droit à la vie et à l’intégrité physique.
  • Certaines compagnies extractives canadiennes font appel à des groupes armés ou agences de sécurité pour assurer leur protection. Ce fut le cas d’Anvil Mining et Talisman Energy qui ont fait l’objet de poursuites parce qu’entre autres choses leurs biens matériels avaient été utilisés par des groupes armés qui avaient commis des violations des droits de la personne.
Des élèves du secondaire manifestent devant le palais législatif du Manitoba à Winnipeg pour s'opposer à l'exploitation du coltan par des minières canadiennes en République démocratique du Congo, le 22 avril 2013.
Des élèves du secondaire ont manifesté devant le palais législatif du Manitoba à Winnipeg pour s’opposer à l’exploitation du coltan par des minières canadiennes en République démocratique du Congo, où le contrôle du coltan est source de conflits. © Patricia Sauzède-Bilodeau
Share
Catégories : Économie, Environnement, International
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*