De nouveaux membres de la police irakienne lors d'une démonstration au cours de cérémonies de graduation.

De nouveaux membres de la police irakienne lors d'une démonstration au cours de cérémonies de graduation.
Photo Credit: AFP / AHMAD AL-RUBAYE

L’armement canadien beaucoup plus populaire de l’Irak au Mexique

Share

Des pays en proie à la violence reçoivent plus d’armes canadiennes

Selon une analyse de La Presse Canadienne, les exportations canadiennes d’armes sont en très forte augmentation dans des pays ébranlés par des crises internes ou des conflits militaires.

Ces exportation en 2012 sont parfois le double de ce qu’elles étaient tout juste un an plus tôt tel qu’à Bahreïn, en Algérie et en Irak, des pays aux performances parfois discutables en matière de respect des droits de la personne.

Durant la même période, les exportations d’armes canadiennes ont également augmenté de 98 % au Pakistan, de 93 % au Mexique et de 83 % en Égypte.

L'augmentation des exportations d'armes canadiennes vers certains pays soulève des doutes sur le niveau d'engagement du Canada envers les droits de l'homme.
L’augmentation des exportations d’armes canadiennes vers certains pays soulève des doutes sur le niveau d’engagement du Canada envers les droits de l’homme. © CBC

Seulement des armes et pas d’équipement lourds

L’analyse de La Presse Canadienne porte sur 10 années d’exportations d’armement constitué de fusils et de munitions, ainsi que d’obusiers, de mortiers, de lance-flammes, de grenades et de torpilles.

Mais ces statistiques ne révèlent rien au sujet des exportations concernant des véhicules, des appareils aériens et des technologies militaires de pointe dont les ventes atteindraient les milliards de dollars.

Le saviez-vous?
Principaux pays exportateurs d’armes de 2001 à 2005 

  1. Russie : 31 % des exportations d’armes dans le monde
  2. États-Unis : 30 %
  3. France : 9 %
  4. Allemagne : 6 %
  5. Royaume-Uni : 4 %
  6. Ukraine : 2 %
  7. Canada : 2 %
  8. Pays-Bas : 2 %
  9. Italie : 2 %
  10. Suède : 2 %

Une question morale mais non légale

L’exportation d’armes canadiennes est tout à fait légale, et le secteur canadien de fabrication d’armes destinées à l’exportation est très important depuis presque 100 ans, depuis les débuts donc de la Première Guerre mondiale.

En 2006, avec une majorité d’États, le Canada a voté pour une résolution des Nations unies visant à entamer l’élaboration d’un Traité international sur le commerce des armes (TCA).

Bien qu’il soit l’un des premiers États à avoir fourni des rapports annuels sur ses exportations militaires, au cours des dernières années, il a parfois négligé de les produire.

En 2011, le Canada a proposé d’inclure dans le traité un libellé selon lequel il serait reconnu que les armes de petit calibre peuvent être utilisées de façon légitime par des civils. Il a aussi proposé que soient exclues du champ d’application du traité les armes de chasse et les armes utilisées à des fins sportives et récréatives.

Quatorze États se sont depuis opposés à la proposition du Canada sous prétexte qu’il n’existe aucune distinction reconnue au niveau international entre les armes de petit calibre civiles et militaires. De plus, pour plusieurs États, toutes les armes à feu constituent une menace si elles tombent en de mauvaises mains.

Certains analystes soutiennent cependant que l’augmentation récente des ventes soulève des doutes par rapport au niveau d’engagement de la politique étrangère du Canada envers les droits de l’homme et sur le régime réglementaire du gouvernement en matière d’exportation d’armes.

Le ministre canadien des Affaires étrangères John Baird en conférence de presse à Ottawa à la fin novembre.
Le ministre canadien des Affaires étrangères John Baird en conférence de presse à Ottawa à la fin novembre.

Le gouvernement répond par la bouche de son ministre des Affaires étrangères

Dans un courriel, John Baird, le ministère des Affaires étrangères affirme scruter à la loupe l’ensemble des exportations canadiennes d’armes afin de s’assurer qu’elles « ne contribuent à aucun conflit national ou régional ni à l’instabilité » ou qu’elles « ne sont pas utilisées pour violer les droits de l’homme ».

Un peu d’histoire…

  • À la fin de 1918, le Canada avait produit 2900 avions de combat et d’entraînement, et environ 30 hydravions pour les besoins de l’Angleterre en guerre avec l’Allemagne.
  • Entre les deux guerres, le Canada n’a pas rangé ses outils. Il était prêt lorsque l’Angleterre l’a de nouveau appelé à l’aide en 1939.
  • Le Canada a alors assemblé 16 000 avions militaires, dont 10 000 ont été envoyés en Angleterre. Les autres sont partis aux États-Unis ou sont demeurés au Canada, afin d’être utilisés pour l’entraînement des pilotes.
Share
Catégories : Économie, International, Politique
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*