les changements climatiques menacent à long terme les populations d'ours blancs.

Les changements climatiques menacent à long terme les populations d'ours blancs.
Photo Credit: Istock

La survie de l’ours blanc dans le monde dépendrait des Canadiens

Share

Le Canada juge que l’ours polaire est en difficulté, mais non en danger

L’ours blanc, ne compterait plus que de 30 000 à 25 000 individus à travers le monde, dont plus des deux tiers habitent au Canada .L’avenir d’une bonne partie cette espèce remarquable dans le monde semble donc dépendre grandement de l’attitude du Canada à son égard.

Heureusement, le Canada vient tout juste de renouveler il y a 10 jours un accord international signé il y a 40 ans avec d’autres pays nordiques pour protéger ces ours sur son territoire. Mais plusieurs reprochent au Canada de ne pas prendre au sérieux la principale menace à la survie de cette espèce : le réchauffement climatique.

Écoutez
Selon les responsables du Service canadien de la faune, l'Accord sur la conservation de l'ours blanc, conclu en 1973 avec les États-Unis, la Norvège, la Russie et le Danemark, semble avoir donné de bons résultats jusqu'à maintenant. Mais les opinions sont un peu moins roses lorsque vous frappez à la porte des experts qui ne sont pas fonctionnaires.
Selon les responsables du Service canadien de la faune, l’Accord sur la conservation de l’ours blanc, conclu en 1973 avec les États-Unis, la Norvège, la Russie et le Danemark, semble avoir donné de bons résultats jusqu’à maintenant. Mais les opinions sont un peu moins roses lorsque vous frappez à la porte des experts qui ne sont pas fonctionnaires. © PC/JONATHAN HAYWARD

Un ours qui ne fait pas le poids face aux changements climatiques et au commerce

Beaucoup de scientifiques s’accordent pour dire que la santé de l’ours blanc au même titre que les grenouilles dans les pays plus chauds est un baromètre naturel de la santé de notre planète.

Ils reconnaissent que le réchauffement climatique fragilise l’habitat naturel de l’ours polaire. D’autres soutiennent que la plus grande menace provient de la chasse.

Le gouvernement américains estimait récemment que 3200 produits dérivés de la chasse à l’ours polaire sont exportés commercialement chaque année dans le monde. Une peau d’ours se vend, en moyenne, entre 2000 $ et 5000 $ pendant que les plus beaux spécimens peuvent valoir jusqu’à 12 000 $.

Les Russes, de leur côté, avancent que la flambée des prix des peaux d’ours polaire faisait en sorte qu’une peau pouvait valoir jusqu’à 50 000 $ sur son territoire. Une situation qui encourage le braconnage, selon les autorités russes.

Aide-mémoire…

La capitale mondiale des ours polaire est au Canada

  • Située presque au centre géographique du Canada à 1500 kilomètres au nord de Winnipeg, la ville de Churchill est surnommée la capitale mondiale de l’ours polaire.
  • Elle est devenue un terrain propice pour les biologistes, les climatologues et les touristes qui viennent chaque année observer et étudier ces ours.
  • Chaque année, des milliers de touristes se déplacent à Churchill, pour observer à bord de véhicule haut sur roue des ours polaires.
  • Les contacts entre les ours et les humains de la région sont de plus en plus fréquents alors que la banquise et la zone de chasse naturelle des ours blancs se rétrécissent.

Les ours blancs à Churchill au Manitoba (en anglais)

Share
Catégories : Non classé
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “La survie de l’ours blanc dans le monde dépendrait des Canadiens
  1. Avatar gerald dit :

    juste a les déménager en antartique, il as de plus en plus de glace

  2. Avatar camille boisvert dit :

    si la survie de l’ours polaire est entre les mains des canadiens, j’aimerais qu’on assume.

    ça devrait un dossier national fumant, dont on entend régulièrement parler.

    ça me dérange de voir la banquise s’effondrer sous eux et de savoir qu’ils souffrent et meurent de faim.

    ne vous gênez pas à leur allouer un budget à même celui de la défense nationale. pour une fois, je serai fière de notre défense nationale ! ils sont canadiens.