Photo Credit: CBC

Parachutiste recherché à la suite d’un saut audacieux depuis un téléphérique

Share

Il filme et met en ligne son exploit ce qui alerte les responsables de la station de ski

Non loin de Vancouver sur la côte ouest du Canada, la cabine d’un téléphérique de la station de ski de Whistler Blackcomb a été endommagée par un cascadeur qui a effectué à partir de celle-ci un saut extrême en parachute s’apparentant au « BASE jumping ».

Une enquête policière est en cours pour tenter de retrouver l’homme qui a sauté en parachute de cette cabine du téléphérique jeudi 6 février et qui a ensuite affiché ses exploits mardi sous forme de vidéo sur le populaire site YouTube.

La vidéo semble avoir été tournée à l’aide d’une caméra fixée à son casque. Une complice, qui se trouvait avec le cascadeur dans la cabine, a également été captée dans cette vidéo. Il s’agit d’une jeune femme de 23 ans qui été arrêtée par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) mercredi après-midi sur son lieu de travail. La jeune femme a initialement refusé de coopérer avec les policiers qui voulait connaître l’identité du parachutiste et vandalisme casse-cou.

Aide-mémoire…

  • Les sauts de parachute extrême se font d’un point fixe plutôt que d’un avion. Ils portent le nom de BASE jumping en anglais, BASE étant l’acronyme qui décrit les quatre types d’objets desquels les parachutistes prennent leur envol comme des falaises, des édifices ou des antennes.
La cabine du téléphérique Peak 2 Peak de Whistler Blackcomb a été endommagée par un cascadeur de fortune qui a fait un saut extrême en parachute.
La cabine du téléphérique Peak 2 Peak de Whistler Blackcomb a été endommagée par un cascadeur de fortune qui a fait un saut extrême en parachute. © YouTube

Un saut illégal de 465 mètres

L’homme serait monté à bord du téléphérique vers 15 h 45 le jeudi 6 février et a sauté de la cabine lorsque celle-ci était à 465 mètres du sol, selon un communiqué du centre de ski Whistler Blackcomb.

Dans les images de la vidéo, l’homme semble avoir atterri sans problèmes, mais malgré les efforts des patrouilleurs de Whistler Blackcomb et des agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), il n’a toujours pas été retrouvé.

Le parachutiste aurait forcé et endommagé le système de fermeture et de verrouillage de la porte de la cabine, qui est conçu pour empêcher les portes de s’ouvrir seules, selon le communiqué.

« Forcer la porte d’un téléphérique est un geste qui est pris très au sérieux par Whistler Blackcomb, et nous travaillons avec la GRC pour déposer des accusations et nous faire rembourser pour les dommages à la cabine du téléphérique Peak 2 Peak », soutient le communiqué.

La vidéo du saut illégal en parachute. Le saut est à 2 min 30 s du début

Le saviez-vous?

  • Cette vidéo qui porte le titre « McConkey ressuscité » (McConkey Reborn) paraît avoir été tournée en honneur au skieur extrême, Shane McConkey, qui a fait un saut du même point à partir d’une cabine du téléphérique Peak 2 Peak lors de son inauguration en 2008.
  • Le saut de Shane McConkey, exécuté en compagnie du parachutiste Miles Daisher, était toutefois autorisé par Whistler Blackcomb et parrainé par la compagnie de boisson énergisante Reb Bull.
  • Shane McConkey est décédé en 2009 lors d’un saut en parachute à partir d’une falaise lors du tournage d’un film en Italie.

Ils sont fous ces skieurs extrêmes!

Les policiers recommandent que des accusations d’entrave à la justice et méfait causant des dommages de plus de 5000 $ [à la cabine du téléphérique], soient portées contre la jeune femme qui accompagnait le parachutiste, a déclaré le sergent Steve Leclair de la Gendarmerie Royale du Canada.

« Nous l’avons questionnée la première fois le 6 février (le jour du saut). Elle n’a pas voulu coopérer à ce moment-là et c’est pourquoi nous recommandons des accusations d’entrave à la justice », explique-t-il. « Elle a été questionnée à nouveau hier (mercredi) et a coopéré une fois que nous lui avons présenté les preuves que nous avions en main. »

La police connaît également l’identité du parachutiste, a ajouté le sergent Leclair. Les deux individus ont un permis de conduire britanno-colombien, mais sont originaires de l’Ontario.

Autre plongeon illégal de BASE jumping effectué dans la même région il y a quelques jours

En supplément…
Lisez notre reportage de mercredi:
Chute mortelle en deltaplane : 90 secondes de terreur et cinq mois de prison

Liens externes

BASE jump leads to woman’s arrest – CBC

RCMP arrest woman allegedly involved in BASE-jump from Whistler gondola – Vancouver Sun 

BASE jump – Wikipédia

Share
Catégories : Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*