Comparée à l’hémodialyse, une transplantation rénale occasionne des économies d’environ 250 000 $ par patient sur cinq ans.

Comparée à l’hémodialyse, une transplantation rénale occasionne des économies d’environ 250 000 $ par patient sur cinq ans.
Photo Credit: Cyrus McEachern / transplant.bc.ca

Dons d’organes au Canada : le cœur n’y est pas encore

Les dons d’organes traînent encore au Canada malgré des chiffres plus encourageants.

Si on se compare au reste du monde développé, on se désole encore au sein de la communauté médicale canadienne responsable des programmes de dons et de greffes d’organes.

Selon un nouveau rapport de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), les Canadiens sont certes mieux informés sur la problématique du don d’organes et il y a maintenant une meilleure coordination entre les services de santé. Cela se traduit par une hausse des dons de l’ordre de 5 % durant la seule année de 2012. Par contre, le nombre de patients sur les listes d’attentes augmente lui plus rapidement.

La situation de ceux qui attendent une transplantation de certains organes pourrait même s’aggraver sérieusement au court terme, car les experts annoncent le maintien d’une croissance importante de la demande de dons d’organes. La pénurie est particulièrement aiguë dans le domaine des maladies du rein qui sont en nette augmentation au Canada.

ÉCOUTEZ NOTRE REPORTAGE

Écoutez

Aide-mémoire

  • Au Canada, le don d’organe est régi par les provinces et il relève des ministères provinciaux de la Santé, car c’est un champ de compétence provinciale.
  • Il existe cependant certaines normes dictées par le ministère Santé Canada ainsi que par certains organismes tels que le Conseil canadien pour le don et la transplantation (CCDT) qui agissent au niveau pancanadien.
  • Il y eut notamment un tollé de protestation en 2007 lorsque Santé Canada dicta qu’il ne fallait plus que les hôpitaux canadiens acceptent les dons d’hommes ayant eu des rapports sexuels avec d’autres hommes dans les cinq années précédentes.
Une jeune militante canadienne pour le don d'organes, Hélène Campbell, avait dû subir en 2012 avec succès une double transplantation à Toronto après avoir reçu un diagnostic de fibrose pulmonaire. Son histoire avait fait le tour du pays.
Une jeune militante canadienne pour le don d’organes, Hélène Campbell, avait dû subir en 2012 avec succès une double transplantation à Toronto après avoir reçu un diagnostic de fibrose pulmonaire. Son histoire avait fait le tour du pays. © Facebook

Une comparaison internationale

Malgré une organisation mieux rodée entre les services d’urgence et le réseau de la santé, le Canada fait piètre figure en matière de don d’organes. Selon l’Organisation mondiale de la santé, le faible nombre de donneurs classe le pays au 20e rang mondial, loin derrière les États-Unis.

Pourcentages des dons d'organes dans différents pays.
Pourcentages des dons d’organes dans différents pays.

 Le saviez-vous?

Le don d’organes peut sauver beaucoup… d’argent

  • Si tous les patients bénéficiaient d’une transplantation rénale, il serait possible de réaliser des économies de l’ordre de 150 millions $ par année au Canada.
  • Le coût annuel de l’hémodialyse est d’environ 60 000 $ par patient, tandis qu’une transplantation exige un montant d’environ 29 000 $, opération et médicaments inclus.
  • 15 000 patients canadiens en 2009 ayant subi une transplantation ont permis aux systèmes de santé au pays d’économiser 800 millions $, en 2009.

Liens externes

Dons et transplantations d’organes au Canada – Gouvernement du Canada

Association Canadienne des Dons d’organes – ACDO

Santé Canada encourage le don d’organes via les médias sociaux – LaPresse

Catégories : Internet et technologies, Santé
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

5 comments on “Dons d’organes au Canada : le cœur n’y est pas encore
  1. Avatar Bergeron dit :

    Je cherche quoi faire pour faire un don d’organe à mon décès. J’ai 63 ans.
    Il y a peu d’information sur cette question.
    Faut-il faire affaire avec une bureau funéraire ?
    Y a-t-il un document qu’on peut compléter pour mettre avec mon testament et mes documents médicaux.
    Après un don d’organe, peut-on avoir les cendres de la personne ou non ?

  2. Jusqu’a quel age peut on faire un don d’organes?

  3. Avatar michel dit :

    Je suis contre les dons d’organes, je ne veux pas des morceaux d’un autre et je ne veux pas mes morceaux sur un autre, surtout un bien nantis, car je suis a peu près certain qu’on n’implantera pas mes organes sur un itinérant.

  4. Avatar Steeve Mongrain dit :

    Bonjour. Je suis contre les dons d’organes sauf pour le rein car il ouvrent à une panoplie d’irrégularités…je sus pour l’auto-guérison, la guérison de l’organe plutôt que de le remplacer. Aux malades…vous pouvez guérir mieux u’avec une transplantation qui ouvrent la porte au manque d’humanité.

  5. Avatar Jessé dit :

    Dans certains pays d’Europe, il y a un surplus d’organes, simplement en définissant tout le monde comme donneur par défaut. Ici, tout le monde est non-donneur par défaut.

    Le réel problème est qu’il n’y a aucune volonté politique dans ce domaine.