Comparée à l’hémodialyse, une transplantation rénale occasionne des économies d’environ 250 000 $ par patient sur cinq ans.

Comparée à l’hémodialyse, une transplantation rénale occasionne des économies d’environ 250 000 $ par patient sur cinq ans.
Photo Credit: Cyrus McEachern / transplant.bc.ca

Dons d’organes au Canada : le cœur n’y est pas encore

Les dons d’organes traînent encore au Canada malgré des chiffres plus encourageants.

Si on se compare au reste du monde développé, on se désole encore au sein de la communauté médicale canadienne responsable des programmes de dons et de greffes d’organes.

Selon un nouveau rapport de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), les Canadiens sont certes mieux informés sur la problématique du don d’organes et il y a maintenant une meilleure coordination entre les services de santé. Cela se traduit par une hausse des dons de l’ordre de 5 % durant la seule année de 2012. Par contre, le nombre de patients sur les listes d’attentes augmente lui plus rapidement.

La situation de ceux qui attendent une transplantation de certains organes pourrait même s’aggraver sérieusement au court terme, car les experts annoncent le maintien d’une croissance importante de la demande de dons d’organes. La pénurie est particulièrement aiguë dans le domaine des maladies du rein qui sont en nette augmentation au Canada.

ÉCOUTEZ NOTRE REPORTAGE

Écoutez

Aide-mémoire

  • Au Canada, le don d’organe est régi par les provinces et il relève des ministères provinciaux de la Santé, car c’est un champ de compétence provinciale.
  • Il existe cependant certaines normes dictées par le ministère Santé Canada ainsi que par certains organismes tels que le Conseil canadien pour le don et la transplantation (CCDT) qui agissent au niveau pancanadien.
  • Il y eut notamment un tollé de protestation en 2007 lorsque Santé Canada dicta qu’il ne fallait plus que les hôpitaux canadiens acceptent les dons d’hommes ayant eu des rapports sexuels avec d’autres hommes dans les cinq années précédentes.
Une jeune militante canadienne pour le don d'organes, Hélène Campbell, avait dû subir en 2012 avec succès une double transplantation à Toronto après avoir reçu un diagnostic de fibrose pulmonaire. Son histoire avait fait le tour du pays.
Une jeune militante canadienne pour le don d’organes, Hélène Campbell, avait dû subir en 2012 avec succès une double transplantation à Toronto après avoir reçu un diagnostic de fibrose pulmonaire. Son histoire avait fait le tour du pays. © Facebook

Une comparaison internationale

Malgré une organisation mieux rodée entre les services d’urgence et le réseau de la santé, le Canada fait piètre figure en matière de don d’organes. Selon l’Organisation mondiale de la santé, le faible nombre de donneurs classe le pays au 20e rang mondial, loin derrière les États-Unis.

Pourcentages des dons d'organes dans différents pays.
Pourcentages des dons d’organes dans différents pays.

 Le saviez-vous?

Le don d’organes peut sauver beaucoup… d’argent

  • Si tous les patients bénéficiaient d’une transplantation rénale, il serait possible de réaliser des économies de l’ordre de 150 millions $ par année au Canada.
  • Le coût annuel de l’hémodialyse est d’environ 60 000 $ par patient, tandis qu’une transplantation exige un montant d’environ 29 000 $, opération et médicaments inclus.
  • 15 000 patients canadiens en 2009 ayant subi une transplantation ont permis aux systèmes de santé au pays d’économiser 800 millions $, en 2009.

Liens externes

Dons et transplantations d’organes au Canada – Gouvernement du Canada

Association Canadienne des Dons d’organes – ACDO

Santé Canada encourage le don d’organes via les médias sociaux – LaPresse

Catégories : Internet et technologies, Santé
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.