Alison Redford lors de l'annonce de sa démission comme première ministre de l'Alberta, mercredi, 19 mars. Alison Redford avait été nommée chef de son parti à l'automne de 2011 et est devenue première ministre grâce à une plateforme électorale axée sur le progressisme.

Alison Redford lors de l'annonce de sa démission comme première ministre de l'Alberta, mercredi, 19 mars. Alison Redford avait été nommée chef de son parti à l'automne de 2011 et est devenue première ministre grâce à une plateforme électorale axée sur le progressisme.
Photo Credit: PC / JASON FRANSON

Alison au pays des cow-boys démissionne comme première ministre

Merci et bonsoir : la première ministre de l’Alberta est emportée par le scandale de ses dépenses.

Les difficultés politiques d’Alison Redford ont commencé à prendre naissance au mois de février alors que les 3 millions d’Albertains apprenaient que celle-ci avait déboursé près de 45 000 dollars en frais de voyages divers pour sa participation en Afrique du Sud en décembre 2013 aux funérailles de Nelson Mandela.

Elle a fini après beaucoup de pression notamment au sein même de son parti pas remboursé ses frais de déplacement de sa propre poche. Mais le mal politique était fait et elle perdait depuis non seulement la confiance des électeurs, mais celle des députés de son propre caucus.

Un député provincial de la région de Calgar avait notamment quitté le caucus conservateur de la première ministre jeudi dernier en citant comme raison principale de son départ les inaptitudes de celle-ci à diriger les affaires du parti.

Lundi de cette semaine, c’était au tour de la ministre associée à l’Électricité et aux Énergies renouvelables de l’Alberta de démissionner.

Aide-mémoire
Un autre voyage coûteux cette fois de 16 000 $ à Toronto et à Chicago

  • On apprenait il y a un peu moins de 48 heures que la première ministre de l’Alberta a dépensé 16 000 $ pour un déplacement à Chicago, en décembre dernier, avec son assistant de l’époque, Ryan Barberio.
  • La première ministre démissionnaire a notamment dépensé 9 750 $ en frais de transport, 2 250 $ pour l’hébergement et 3 900 $ en frais de réception.
« Trop de temps a été passé au cours des dernières semaines sur les questions de loyauté, les allégeances et de caractère. Trop de gens ont été distraits de l'important travail que les gens de l'Alberta nous ont envoyés ici pour faire. Et en tant que chef de ce gouvernement et de ce parti, cela a pesé lourdement sur mon esprit. »
« Trop de temps a été passé au cours des dernières semaines sur les questions de loyauté, les allégeances et de caractère. Trop de gens ont été distraits de l’important travail que les gens de l’Alberta nous ont envoyés ici pour faire. Et en tant que chef de ce gouvernement et de ce parti, cela a pesé lourdement sur mon esprit. » © Jason Franson/Canadian Press

Alison Redford et son parti étaient au plus bas dans les sondages

Le départ d’Alison Redford était exigé depuis quelques jours par plusieurs hauts responsables de son parti qui publiquement ou en coulisse affirmaient craindre de perdre les prochaines élections provinciales normalement prévues dans deux à trois ans.

Le taux d’approbation de la première ministre Alison Redford continuait de dégringoler ces jours-ci et de se retrouver à un niveau bas inégalé.

Seulement 18 % des Albertains approuvait dans le plus récent sondage le travail de Mme Redford alors que le taux de désapprobation atteignait 75 %.

Ce sondage notait également que si une élection avait eu lieu aujourd’hui, le parti conservateur provincial ne recueillerait que 19 % de vote contre 46 % pour le Parti Wildrose, 16 % pour les libéraux et 15 % pour le NPD-Alberta.

Le saviez-vous?

  • Le parti conservateur dirige les destinées politiques de l’Alberta de manière ininterrompue depuis 43 ans.
  • Il s’agit du record de longévité de tous les temps pour un parti politique provincial au Canada.
  • Le parti conservateur est donc au pouvoir depuis 1971 et il a survécu à 11 élections.
  • Il a été précédé par le Crédit social qui lui a gouverné de façon ininterrompue pendant 36 ans!
Survol de la démocratie albertaine en 2012 lors des dernières élections provinciales.

Survol de la démocratie albertaine en 2012 lors des dernières élections provinciales.

Liens externes

La première ministre de l’Alberta, Alison Redford, démissionne – LaPresse

Alison Redford remboursera une petite portion de ses frais de déplacement – Radio-Canada

Alberta Premier Redford to resign, effective Sunday – The Globe and Mail

Catégories : International, Politique
Mots-clés : , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Un commentaire pour «Alison au pays des cow-boys démissionne comme première ministre»
  1. Avatar Etienne Lareau dit :

    Les Albertains aiment la stabilité on dirait. Verra-t-on les Wildrose diriger la province pour une trentaine d’années?