Photo Credit: Frederic Pepin

Des Amérindiens se sont dressés à nouveau en travers des trains canadiens

Share

Le principal corridor ferroviaire canadien s’est trouvé sectionné mercredi par des barricades.

La compagnie ferroviaire Canadien National a finalement pu recommencer à transporter jeudi des marchandises sur la voie ferrée reliant les deux plus grandes villes canadiennes que sont Montréal et Toronto. Les trains de passagers du transporteur national Via Rail ont eux aussi pu reprendre leur chemin après une interruption qui aura duré presque 24 heures.

Via Rail avait suspendu depuis mercredi matin son service dans les deux sens entre Toronto et Montréal de même qu’entre Toronto et Ottawa.

Ces clients de Via Rail à Toronto ont dû se rabattre sur les autocars pour aller à Ottawa ou à Montréal.  500 km séparent Montréal de Toronto.
Ces clients de Via Rail à Toronto ont dû se rabattre sur les autocars pour aller à Ottawa ou à Montréal. 500 km séparent Montréal de Toronto. © Steven Bull CBC

Les autochtones réclament une enquête

Une soixantaine de manifestants autochtones avaient bloqué la voie pendant de nombreuses heures à Marysville, entre les petites villes de Belleville et Kingston dans la province de l’Ontario.

Ces manifestants appartenaient pour la plupart à la réserve mohawk de Tyendinaga, dans le sud de l’Ontario qui voulait attirer l’attention sur les enfants amérindiens disparus mystérieusement au Canada et les femmes autochtones assassinées et dont le ou les tueurs courent toujours.

Ils réclamaient à nouveau une enquête fédérale canadienne sur la disparition ou l’assassinat de dizaines de femmes autochtones au pays au cours de la dernière décennie.

Aide-mémoire
600 femmes portées disparues ou assassinées depuis 1993

  • Selon l’Assemblée des Premières Nations, quelque 600 femmes autochtones ont été portées disparues ou assassinées au cours des deux dernières décennies.
  • L’Assemblée et d’autres groupes revendiquent depuis 2012 une commission d’enquête nationale à ce sujet, ce qu’Ottawa a toujours refusé.
  • Un rapport de 2009 de Statistique Canada révèle que les femmes autochtones sont trois fois plus susceptibles que les femmes non autochtones à déclarer être victimes de violence.
  • Elles sont aussi surreprésentées à titre de victimes d’homicides.

Le rapporteur spécial de l’ONU sur les peuples autochtones demande au Canada d’agir

L’automne dernier, le rapporteur spécial de l’ONU James Anaya a appelé le gouvernement canadien à lancer une commission d’enquête nationale sur les femmes autochtones disparues ou assassinées au pays. Au terme d’une visite de neuf jours jeudi , il estimait que le Canada « fait face à une crise quand il s’agit de la situation des peuples autochtones ».

James Anaya affirme qu’il est d’accord avec l’idée d’une commission d’enquête nationale, qui offrirait une démarche coordonnée et permettrait aux proches de ces femmes d’être entendus et permettrait de démontrer une sensibilité face aux inquiétudes soulevées par les familles et les communautés touchées par cette épidémie.

Centaines de femmes disparues ou assassinées (Mouvement Premiers Peuples)

Liens externes

Des Amérindiens bloquent la ligne de train Montréal-Toronto – Huffington Post

Femmes autochtones disparues ou assassinées – Radio-Canada

Femmes autochtones disparues – Mondialisation.ca

Représentations dans les médias des femmes autochtones disparues et assassinée – Habilo Média

Share
Catégories : Autochtones, International, Politique
Mots-clés : , , , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*