Des employés canadiens de cette franchise de McDonald's à Victoria se plaignent parce que leurs heures de travail diminuent pendant que celles de travailleurs étrangers temporaires philippins augmentent.

Des employés canadiens de cette franchise de McDonald's à Victoria se plaignent parce que leurs heures de travail diminuent pendant que celles de travailleurs étrangers temporaires philippins augmentent.
Photo Credit: Radio-Canada

Création d’emplois indigestes chez McDonald’s

Share

Des travailleurs des Philippines auraient été embauchés alors que des travailleurs canadiens au chômage étaient pourtant disponibles et prêts à occuper ces emplois.

Trois restaurants appartenant à la chaîne de restauration rapide McDonald’s au Canada se retrouvent sous les projecteurs des enquêteurs du gouvernement canadien. Cela se produit à la suite de révélations faites il y a quelques jours par des travailleurs de la chaîne de restaurants à une équipe de CBC/Radio-Canada.

On soupçonne ces établissements situés dans la ville côtière de Victoria en Colombie-Britannique, tout à fait à l’ouest du pays, d’avoir abusé illégalement du Programme des travailleurs étrangers temporaires.

Selon les résultats préliminaires de l’enquête des autorités gouvernementales, le franchisé aurait menti dans le formulaire visant à recevoir l’autorisation d’employer des travailleurs étrangers temporaires.

Cette embauche illégale dans trois restaurants de Victoria aurait eu lieu parce que le propriétaire estimait que les étrangers sont plus performants ou moins paresseux que les Canadiens, selon des informations qu’a obtenu le réseau national de télévision CBC qui a contribué à mettre au jour toute l’affaire.

ÉCOUTEZ NOTRE REPORTAGE

Écoutez
Kalen Christ affirme que son établissement à Victoria fait venir des travailleurs philippins, tout en coupant dans les heures de travail des employés locaux et en refusant des dizaines de demandes d'emploi provenant de Canadiens apparemment qualifiés.
Kalen Christ affirme que son établissement à Victoria fait venir des travailleurs philippins, tout en coupant dans les heures de travail des employés locaux et en refusant des dizaines de demandes d’emploi provenant de Canadiens apparemment qualifiés. © CBC

Une accusation sérieuse passible de la prison

Le ministre de l’Emploi et du Développement social et ministre du Multiculturalisme, Jason Kenney, a confirmé lundi que le propriétaire de la franchise McDonald’s de ces trois établissements pourrait faire face à une poursuite criminelle au terme de l’enquête gouvernementale.

L’Agence des services frontaliers du Canada pourrait notamment porter des accusations en vertu de la loi sur l’immigration. Selon le ministre, le propriétaire pourrait écoper d’une peine maximale de prison de cinq ans et d’une amende pouvant aller jusqu’à 100 000 $.

La compagnie McDonald’s pourrait aussi annoncer des mesures punitives. Pour le moment, elle a ouvert sa propre enquête sur le restaurateur présumé fautif et assure maintenant la gestion des restaurants ciblés par l’enquête du gouvernement.

Il appert aussi que les travailleurs des Philippines pourraient être expulsés si l’on devait confirmer qu’ils sont entrés au Canada illégalement

Le ministre fédéral de l'Emploi et du Développement social Jason Kenney menace maintenant de peines de prison les employeurs qui mentent pour profiter du Programme des travailleurs étrangers temporaires.
Le ministre fédéral de l’Emploi et du Développement social Jason Kenney menace maintenant de peines de prison les employeurs qui mentent pour profiter du Programme des travailleurs étrangers temporaires. © PC/Fred Chartrand

Le Programme des travailleurs étrangers temporaires est lui-même sous la loupe

La principale victime de cette histoire pourrait être en fin de compte le programme fédéral d’embauche de travailleurs qui demeure fortement éclaboussé par des scandales à répétition l’an dernier. L’un des cas touchait la Banque Royale du Canada, qui avait conclu une entente avec une compagnie étrangère pour qu’elle lui fournisse des travailleurs étrangers au détriment de travailleurs canadiens qui s’était vus licenciés.

Les modifications au programme et un certain resserrement des mesures de contrôle, annoncées depuis par le gouvernement canadien ne semblerait donc ne pas avoir porté fruit entièrement.

En chiffres…
Un programme pour travailleurs étrangers de plus en présent au cœur de notre économie.

  • Au Canada, comme au Québec, le nombre des « travailleurs étrangers temporaires » a connu une croissance continue depuis le début des années 1990, et une hausse nettement plus marquée ces cinq à dix dernières années.
  • Beaucoup de ces travailleurs aident les employeurs canadiens à combler des emplois saisonniers ou des postes qui exigent des compétences rares. D’autres viennent au Canada pour travailler comme aides familiales.
  • Aujourd’hui, ces travailleurs proviennent principalement des États-Unis, des Philippines, du Mexique, de la France, de l’Australie.
  • Le nombre de travailleurs étrangers temporaires au Canada qui travaillent principalement dans l’industrie touristique, la restauration et l’agriculture serait passé de 187 000 en 2001, à presque 450 000 en 2011.

Reportage de Radio-Canada – 7 avril 2014

.

Liens externes

Travailleurs étrangers temporaires : Ottawa sévit contre un McDonald’s de Victoria – Radio-Canada

Travailleurs étrangers temporaires – Gouvernement du Canada

Travailleurs étrangers: un franchisé McDonald’s de Victoria est soupçonné de mentir – Huffington Post

Temporary foreign workers have better work ethic, some employers believe – CBC

Share
Catégories : Non classé
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*