Une statue de la déesse de la justice

Photo Credit: Daniel Beauparlant/Radio-Canada

Canada : coupure de 20 % sur la recherche en droit au ministère de la Justice

Share

Ottawa a retranché 1,2 million de dollars du budget de recherche du ministère fédéral de la Justice. Le ministère resserre aussi les normes de contrôle pour s’assurer que les futures études en droit correspondent davantage à l’ordre du jour gouvernemental basé sur la loi et l’ordre.

De précédentes études juridiques ont parfois « pris par surprise » certains hauts responsables, « et pourraient même être allées dans le sens contraire de la direction du gouvernement », révèle un rapport interne remis au sous-ministre William Pentney.

Ces compressions budgétaires, entrées en vigueur le 1er avril de cette année et décrites comme « une perte importante de ressources », représentent environ 20 % des dépenses en recherche, et découlent des mesures de lutte contre le déficit détaillées dans le budget fédéral de 2012.

Cette baisse du budget représente la perte de huit chercheurs en droit, recherche qui doit désormais être mieux contrôlée par les dirigeants pour assurer qu’elle soutient les politiques gouvernementales, précise le rapport.

« L’examen a confirmé qu’il y a eu des exemples de travaux non alignés sur les priorités du gouvernement fédéral ou du ministère », mentionne le document datant d’octobre 2013 et obtenu par La Presse Canadienne en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.

Le document ne cite pas d’étude s’étant inscrite en faux par rapport aux actions gouvernementales, mais un rapport ministériel de 2013 sur la confiance du public envers le système de justice a semblé s’opposer à l’ordre du jour du gouvernement conservateur.

Plutôt que de miser sur un public mieux informé, comme le recommandait le document, les troupes du gouvernement conservateur de Stephen Harper préfèrent imposer des peines plus sévères et adopter des lois plus contraignantes.

Une autre étude réalisée en 2011, sur les peines imposées aux conducteurs avec les facultés affaiblies, a révélé que des peines plus sévères pour de premières offenses n’avaient que peu d’influence sur les probabilités de récidive – une conclusion que des détracteurs ont brandie comme étant contraire à l’ordre du jour conservateur favorable aux peines minimales.

Une porte-parole du ministère fédéral de la Justice, Carole Saindon, a indiqué que plusieurs des 13 recommandations du nouveau rapport interne étaient mises en place, et qu’il y avait « un réexamen constant des plans de recherche visant à se concentrer sur les priorités du gouvernement et du ministère ».

Elle affirme toutefois que les chercheurs du ministère pourront parvenir aux conclusions qu’ils veulent. « Les études ne sont pas entreprises en vertu de ce que pourraient être les conclusions potentielles, mais plutôt pour obtenir des informations sur les priorités actuelles », a écrit Carole Saindon par courriel.

L’opposition rechigne

La député néo-démocrate de Gatineau, Françoise Boivin, à la Chambre des communes (archives)
La député néo-démocrate de Gatineau, Françoise Boivin, à la Chambre des communes (archives) © PC/Adrian Wyld

Le document fait grincer des dents la porte-parole de l’opposition néo-démocrate en matière de justice, Françoise Boivin. « Ce n’est pas un gouvernement qui croit en la recherche, ce sont des idéologues, a-t-elle dit en entrevue. Il est nécessaire d’entreprendre davantage d’études sur l’impact de leurs politiques ».

Le budget de la Justice s’établit à 662 millions de dollars pour 2014-2015. Le ministère compte près de 4600 employés, dont de nombreux avocats.

RCI et La Presse Canadienne

Share
Catégories : Politique, Société
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*