Le président américain Barack Obama, en conférence de presse, au Palais du belvédère de Varsovie, le 3 juin

Le président américain Barack Obama, en conférence de presse, au Palais du belvédère de Varsovie, le 3 juin
Photo Credit: Agencja Gazeta / Reuters

Obama tente d’influencer le Canada avec son plan pour le climat

Share

Les Américains suggèrent publiquement que le Canada aussi doit agir.

Quelques heures après que président Barack Obama ait dévoilé lundi les grandes lignes de son audacieux plan de réduction des émissions de gaz à effet des États-Unis, l’ambassadeur américain à Ottawa a exhorté le Canada à faire de même et à prendre des mesures pour lutter contre le changement climatique.

Dans son premier discours officiel depuis son entrée en fonctions en avril, le nouvel ambassadeur américain au Canada, Bruce Heyman,  a encouragé le Canada à ne pas attendre :  « Nous devons continuer à travailler ensemble vers un avenir faible en carbone, avec des choix d’énergies alternatives, avec une plus grande efficacité énergétique, et l’exploitation durable de nos réserves de pétrole et de gaz ».

Il a ensuite encouragé le Canada à se joindre aux États-Unis pour lutter contre le changement climatique : « L’abondance de l’énergie retrouvée en Amérique du Nord ne doit pas nous détourner de la nécessité d’améliorer notre efficacité énergétique et notre combat contre le changement climatique.   Ce n’est pas une tâche que nous pouvons entreprendre individuellement. »

Le nouvel ambassadeur américain au Canada, Bruce Heyman.
Le nouvel ambassadeur américain au Canada, Bruce Heyman. © Daniel Dubois and Kerry Dahlen/vanderbilt.edu

Aide-mémoire…

  • L’administration Obama a présenté lundi son plan de réduction de 30 % des émissions de dioxyde de carbone provenant des centrales électriques américaines d’ici quinze ans, par rapport à 2005.
  • Il s’agit d’une des actions les plus importantes en matière de lutte contre les changements climatiques de toute l’histoire des États-Unis.
  • Avec ce plan détaillé de plus de 600 pages, les États-Unis veulent notamment inciter avec plus d’insistance d’autres pays à agir dans la lutte contre les changements climatiques dans le cadre de négociations sur un nouveau traité international qui doivent reprendre l’an prochain.

Le fossé qui sépare la stratégie américaine et celle du Canada

Les Américains consomment énormément de charbon, beaucoup plus que le Canada, ce qui est la source d’énergie la plus polluante et de loin. Le charbon fournit maintenant un peu moins de 40 % de toute l’électricité des États-Unis alors qu’au Canada ce pourcentage n’est que de 8 % à peine.

Malgré tout, les États-Unis sont en ce moment sur la bonne voie pour atteindre leur objectif de réduction des émissions pour 2020. Les Américains sont en bien meilleure posture à ce chapitre que les Canadiens puisque notre pays risque de ne se retrouver qu’à mi-chemin par rapport à son propre objectif de réduction de gaz à effet de serre s’il ne change pas de trajectoire, notamment au niveau de son extraction de pétrole des sables bitumineux de l’Alberta. Cette extraction serait selon certains environnementalistes la plus importante source de gaz à effet de serre de tout le Canada.

Réaction du gouvernement canadien aux pressions du plan Obama

Des sources à Ottawa ont confirmé que M. Harper avait écrit au président Barack Obama le mois dernier pour lui proposer de collaborer plus étroitement sur la réglementation régissant les émissions de GES dans une tentative pour obtenir l’approbation du controversé projet de pipeline Keystone XL.

Hier, le bureau du premier ministre a refusé de confirmer qu’une lettre avait été envoyée, mais a déclaré que le gouvernement fédéral souhaitait depuis longtemps harmoniser ses politiques sur les GES avec celles de Washington.

Un porte-parole de Stephen Harper a affirmé que le Canada et les États-Unis avaient déjà intégré leurs économies dans le secteur du pétrole et du gaz, ce qui montrait l’importance pour les deux pays de continuer à travailler de concert pour réduire les émissions de GES.

Un porte-parole du ministre de l’Environnement, Joe Oliver, et des acteurs de l’industrie pétrolière ont soutenu qu’ils n’étaient pas au courant de la missive transmise par M. Harper au président américain.

Les écologistes des deux côtés de la frontière canado-américaine ont accueilli avec scepticisme l’information selon laquelle le premier ministre Stephen Harper aurait offert à la Maison-Blanche d’établir des normes communes pour les émissions de gaz à effet de serre (GES) en Amérique du Nord.

140131_vd1ex_carte-keystone_sn635-310x174Un peu d’histoire récente…

  • L’oléoduc Keystone XL doit transporter du pétrole brut de l’Alberta jusqu’au Texas et fait face à une opposition virulente de la part d’écologistes. Il est toujours à l’étude au département d’État américain.
  • Le Keystone Pipeline est un oléoduc de 2 700 km de long proposé par la compagnie TransCanada dès 2008 pour le transport d’hydrocarbures synthétiques et de bitume dilué depuis la région des sables bitumineux de l’Athabasca, dans le nord-est de l’Alberta, vers plusieurs destinations aux États-Unis, dont des raffineries en Illinois et à Cushing en Oklahoma. Le coût en est évalué à 7 milliards de dollars.
  • La décision sur Keystone incombera ultimement au président Barack Obama, qui a dit qu’il approuverait le projet seulement s’il ne fait pas croître significativement les émissions de gaz à effet de serre.

Liens externes

U.S. urges Canada to act on climate change – Globe and Mail

Obama présente un plan ambitieux de réductions des émissions de CO2 – Radio-Canada

Le plan Obama pour le climat – Le Devoir

Nos articles récents

Share
Catégories : Environnement, Politique
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*