Photo Credit: Associated Press

Estuaire du Saint-Laurent : Ottawa délaisse-t-il les bélugas ?

Des références à la création d’une zone de protection marine (ZPM) dans l’estuaire du fleuve Saint-Laurent, dans l’est du Canada, disparaissent du site de Pêches et Océans Canada.

Cette zone devait être créée pour protéger les bélugas et autres mammifères marins qui fréquentent le secteur. Ce projet était à l’étude depuis 15 ans.

Le directeur général de la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP), Patrick Nadeau, craint que ce projet de créer une aire marine protégée dans l’estuaire du fleuve Saint-Laurent au Québec soit maintenant abandonné par Ottawa.

La zone envisagée s’étendait sur 6000 kilomètres carrés, soit de L’Isle-aux-Coudres à Métis-sur-Mer au Québec, en passant par Cacouna, où la compagnie TransCanada souhaite implanter un port pétrolier.

Patrick Nadeau soutient que le gouvernement fédéral a modifié les mentions au projet de zone protégée sur son site Internet et aussi modifié le mandat du groupe de travail affecté à ce projet.

Sur le site de Pêches et Océans, la zone de l’Estuaire est maintenant désignée comme site d’intérêt pour la création d’une ZPM.  Pêches et Océans Canada indique qu’il s’agit d’une modification terminologique et que le projet est toujours à l’étude.

Le directeur général de la Société pour la nature et les parcs du Canada s’inquiète de ce recul possible, notamment en raison du projet de la pétrolière TransCanada à Cacouna.

« Clairement, il y a un conflit qui s’installe, commente Patrick Nadeau, le ministère de Pêches et Océans est le même ministère qui a autorisé le permis pour permettre à TransCanada d’effectuer les travaux à Cacouna. Le Ministère est carrément en conflit d’intérêts. Il a le mandat à la fois de délivrer les permis, mais aussi de protéger la zone. Malheureusement, la notion de protection semble avoir disparu. »

La raison principale de la création de cette zone est vraiment la protection des mammifères marins, rappelle M. Nadeau, et c’est une protection légale et assez musclée.
« C’est le Ministère qui poussait ce projet, c’est donc d’autant plus étrange qu’il semble aujourd’hui l’avoir abandonné », ajoute le porte-parole de la SNAP.

null
Bélugas © Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM)

Zones de protection marine au Canada

Les zones de protection marine sont des territoires marins assujettis à une réglementation en fonction des objectifs visés. Par exemple, un objectif de protection des mammifères marins peut entraîner une mesure relative à la vitesse des cargos qui traversent la zone.

Au Canada, à peine 1,3 % des zones marines sont protégées. Il devrait y en avoir 10 %, selon les engagements internationaux du pays, souligne le porte-parole de la SNAP. « On trouve incompréhensible que Pêches et Océans supprime un de ses projets alors que ce bilan est bien triste », ajoute M. Nadeau.

Professeur en écotoxicologie marine à l’Université du Québec à Rimouski, Émilien Pelletier croit qu’il faut attendre une explication valide de Pêches et Océans Canada.

M. Pelletier souligne toutefois que la zone de protection marine n’empêcherait en rien l’établissement du port pétrolier à Cacouna. « Il n’y a pas de réglementation dans une zone de protection marine qui ferait une chose pareille, mais il pourrait y avoir des mesures pour réglementer la circulation », explique le chercheur.

Il existe huit zones de protection marine au Canada, dont deux au Québec, soit celle située à l’embouchure de la rivière Manicouagan et celle du parc marin du Saguenay. La création de la ZPM de l’estuaire du fleuve Saint-Laurent viendrait compléter la protection d’une zone considérée comme la pouponnière des bélugas.

RCI avec Radio-Canada (selon un texte de Joanne Bérubé)

Catégories : Environnement, Politique
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

2 comments on “Estuaire du Saint-Laurent : Ottawa délaisse-t-il les bélugas ?
  1. Avatar Daniel Marcoux dit :

    Si vous pensez qu’il faut protéger le fragile écosystème marin du St-Laurent qui nous est légué jusqu’à la prochaine génération, il faut minimalement signé la pétition d’équiterre : http://www.cauzio.org/groupe-non-sb/non-sables-bitumineux#action, écrire à ce ministre qui fait le tour du Québec pour promouvoir son parti (il n’est peut être pas complètement brainwashé) http://www.denislebel.ca/nous-joindre

  2. C’est évident que les Cons-serviteurs de Harper se foutent de l’environnement et adorent le pétrole sale de l’Alberta, … »from coast to coast » / d’un trou d’eau à l’autre / A mari usque ad mare…