Depuis 2008, chaque province et territoire au Canada, à l'exception du Nunavut, a créé des lois pour faire face à l'utilisation du téléphone cellulaire par les automobilistes.  Mais le message ne passe pas.

Depuis 2008, chaque province et territoire au Canada, à l'exception du Nunavut, a créé des lois pour faire face à l'utilisation du téléphone cellulaire par les automobilistes. Mais le message ne passe pas.
Photo Credit: CBC News

Téléphones « intelligents » et conducteurs « stupides »

Share

Après les tentatives de dissuasion, des provinces se tournent vers la répression

Cela fait 3 ans en moyenne au Canada, 6 ans au Québec et 5 en Ontario que des lois et des campagnes publicitaires tentent de convaincre les conducteurs qu’ils prennent des risques énormes en « textant ». Mais le message ne passe pas.

Ainsi, les deux provinces les plus populeuses du Canada, l’Ontario et le Québec, modifient en ce moment leurs approches envers les automobilistes qui textent en conduisant et elles passent de mesures dissuasives à des méthodes plus répressives.

Le Québec révélait ces jours-ci un projet en ce sens bien qu’aucune décision n’a été arrêtée. La province de l’Ontario a adoptée une nouvelle loi qui entre en vigueur cet automne.

Écoutez
Le ministre des Transports du Québec,  Robert Poëti.
Le ministre des Transports du Québec, Robert Poëti. © Radio-Canada

Le ministère des Transports du Québec est en pleine réflexion 

Le ministre des Transports, Robert Poëti, sait qu’il aimerait que les policiers puissent dès cet automne accorder plus de points d’inaptitude aux conducteurs qui texte, mais il ne sait pas encore combien.

Les scénarios à l’étude iraient de 4 à 6 points d’inaptitude. Il souhaite aussi une augmentation importante du montant des amendes qui indiquerait le passage à des mesures de dissuasion à des tactiques plus répressives.

Le ministre dit constater que les messages de sensibilisation aux dangers liés à l’utilisation des cellulaires au volant ne sont plus suffisants. Des discussions sont déjà en cours à la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) pour apporter des modifications rapidement au code de la sécurité routière.

En vertu des règlements de la nouvelle loi ontarienne les conducteurs surpris à texter recevront non plus une amende simple de 155 $, mais bien une amende pouvant atteindre de 280 $ à 1000 $ ainsi que trois points d’inaptitude sur leur permis de conduire en prime.

Punitions-canada-1Le saviez-vous?
Selon un sondage effectué par la Société de l’assurance automobile du Québec en 2013

  • 99 % des Québécois estiment qu’écrire ou lire un message texte en conduisant est assez ou très dangereux.
  • Malgré tout, près de 20 % d’entre eux n’arrivent pas à surmonter cette envie d’exister ou de communiquer par l’entremise d’un texto lorsqu’ils occupent la place du conducteur dans une voiture.
  • La moitié des automobilistes dit également parler au téléphone en conduisant.
  • Chaque jour, les Canadiens échangent près de 270 millions de messages textes, soit près de 1,9 milliard par semaine.
  • Il existe une application mobile « Mode conduite » qui bloque les textos et les appels entrants lorsque vous conduisez et qui envoie aussi automatiquement un message de type « accusé de réception » à la personne qui tente de joindre le conducteur. Téléchargez l’application
    null
    © Shutterstock/Sean Locke Photography

Liens externes

« Ne textez jamais en voiture », rappelle Amélie Croteau – Radio-Canada

Québec veut éradiquer le texto au volant – Le Devoir

Texting while driving could cost you $1,000 under new Ontario law – Metro-News 

Nos articles récents

Share
Catégories : Internet et technologies, Politique, Société
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*