Huit ans après avoir signifié son intention de réglementer le secteur du pétrole et du gaz, responsable de la plus forte hausse des émissions, le gouvernement fédéral a reporté à maintes reprises la mise en oeuvre des règlements visant l'industrie.

Huit ans après avoir signifié son intention de réglementer le secteur du pétrole et du gaz, responsable de la plus forte hausse des émissions, le gouvernement fédéral a reporté à maintes reprises la mise en oeuvre des règlements visant l'industrie.
Photo Credit: IS / iStock

Combat des GES : le Canada n’a même pas de plan d’attaque

Share

Le gouvernement fait ce qui lui plaît et des usines polluent comme dans le bon vieux temps.

La nouvelle commissaire à l’environnement et au développement durable du Canada a déposé son premier rapport d’étape. À la lecture des propos de la commissaire Julie Gelfand, les mots qui surgissent en tête pour décrire le rôle du gouvernement canadien dans le dossier des GES sont : immobiliste et stagnation.

D’ici 2020, le Canada n’arrivera même pas à réduire ses émissions de gaz au niveau réduit qu’il s’était fixé il y a tout juste deux ans parceque le gouvernement conservateur de Stephen Harper n’a mëme pas de plan global selon la commissaire.

Heureusement qu’il y a aussi des provinces au Canada

Le gouvernement central n’est pas le seul à avoir son mot à dire et à pouvoir influencer les stratégies de réduction des gaz à effet de serre. Parfois en réaction même à l’immobilisme du gouvernement central, des initiatives provinciales partout au Canada souvent étonnantes se multiplient pour prendre la relève là où Ottawa trébuche.

Écoutez

Plusieurs initiatives toutes récentes pour aider au nettoyage du ciel canadien

null

Saskpower, une entreprise génératrice d’électricité, a lancé dans la province de la Saskatchewan un système de captage de carbone ce qui va lui permettre dès la première année d’opération de réduire la pollution équivalant à deux cent cinquante mille voitures. L’ampleur de cette initiative est unique au monde pour le moment.

Gaz d'échappement

La province de l’Ontario, dans un programme quant à lui unique au Canada, vient d’annoncer qu’elle a réduit de 36 % en quelques années seulement la pollution crée par plus de 9 millions de véhicules et camions. Toutes les voitures du sud de l’Ontario qui ont plus de sept ans doivent être analysées par des garages certifiés tous les deux ans.

Ces jours derniers toujours, un groupe de pression environnemental bien connu a remporté beaucoup de Canadiens à sa cause avec son idée d’insérer dans la Charte canadienne des droits et libertés, qui a inspiré tant de nations dans le monde, une nouvelle clause sur le droit des citoyens d’ici d’avoir un environnement sain.

Aide-mémoire…

Du déjà vu pour les Canadiens et du déjà écrit pour un commissaire à l’environnement

  • En 2012, le précédent commissaire à l’environnement du Canada concluait qu’au rythme où le Canada révisait sa réglementation environnementale, il n’arriverait jamais à diminuer de 17 % en 2020 ses émissions de GES par rapport aux niveaux de 2005, tel qu’établi dans le cadre de l’accord de Copenhague.
  • Le commissaire recommandait explicitement que le Canada serre la vis au secteur pétrolier, deuxième source de GES au pays et secteur en pleine expansion dans l’ouest du Canada.
  • Le gouvernement avait accepté d’appliquer toutes les recommandations faites par le commissaire…

Liens externes

La commissaire à l’environnement dit qu’Ottawa n’en fait pas assez – Radio-Canada 

Que rien ne bouge – Le Devoir 

L’écologiste Nicolas Hulot en croisade au Canada – Le Point

Nos articles récents

Share
Mots-clés : , , , , , , , , ,
Publié dans : Économie, Environnement, International, Politique

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*