David Moroz, un des 20 000 enfants amérindiens, inuits et métis retirés de leurs familles entre 1960 et 1980 au Yukon

David Moroz, un des 20 000 enfants amérindiens, inuits et métis retirés de leurs familles entre 1960 et 1980 au Yukon
Photo Credit: Radio-Canada

20 000 enfants amérindiens, inuits et métis retirés de leurs familles entre 1960 et 1980 au Yukon

Share

Un homme de la première nation Kwanlin Dun du Yukon, retire de sa famille alors qu’il n’était qu’un poupon durant les années ’60, a passé de nombreuses années sans voir sa mère. Devenu jeune adulte, il l’a retrouvée quand il est rentré à Whitehorse.

Aujourd’hui, il veut trouver la paix, pour elle, et pour lui-même.

David Moroz et sa mère Effie Campbell. Des souvenirs douloureux
David Moroz et sa mère Effie Campbell. Des souvenirs douloureux © Radio-Canada

« Elle m’a pris sous son aile, m’a emmené dans la forêt et m’a appris tout ce que je sais aujourd’hui sur la vie dans les bois, » nous dit David Moroz.

David Moroz et son frère jumeau n’avaient pas encore un an et demi quand des agents du gouvernement territorial du Yukon les ont retirés de leur famille en 1968.

Ils faisaient partie de ces 20 000 enfants de Premières Nations, Inuits et Métis qui ont été adoptés par des familles non amérindiennes ou qui ont été placés en familles d’accueil non amérindiennes entre les années 1960 et 1980.

Les deux garçons ont été déplacés de famille d’accueil en famille d’accueil avant d’être adoptés par une famille d’origine européenne, des Blancs, en Colombie-Britannique.

David Moroz s’est enfui et a repris contact avec les siens au Yukon dans les jours qui ont suivi le suicide par pendaison de son frère. Les jumeaux n’avaient alors que 16 ans.

« J’ai eu l’impression qu’on m’arrachait un bras, c’est irremplaçable » dit-il du décès de son frère.

La mère de David Moroz, Effie Campbell, se souvient très bien des retrouvailles.

« Je pleurais de joie, je l’embrassais, je l’étreignais, je ne voulais pas le laisser aller, ne plus le toucher.»

Madame Campbell dit ne pas avoir compris ce à quoi elle s’engageait lorsqu’elle a signé les documents donnant droit aux autorités territoriales de prendre ses bébés jumeaux.

Selon les agents des services sociaux, elle avait un problème d’alcool et ne pouvait pas s’occuper convenablement de ses enfants.

« Ils m’ont dupée, » dit-elle. « Ils ne m’ont jamais dit qu’ils enverraient mes garçons loin d’ici et que je ne pourrais plus les revoir. On ne m’a rien dit. Rien. »

Bien que les retrouvailles mère-fils aient été empreintes d’amour et d’émotion, l’ajustement à la vie dans le Nord est une toute autre histoire pour David Moroz.

« De retour ici, je me sentais comme un bébé. J’ai vécu avec des Blancs toute ma vie, je n’avais plus aucun repère.  Je ne savais rien de ce que volait dire être amérindien. C’est grâce aux gens de cette communauté qu’avec le temps je suis devenu qui je suis. »

Peu à peu, la connivence s’est recréée avec sa mère.

« Durant des années, elle m’amenait en forêt et me la racontait. »

Aujourd’hui, David Moroz tente d’aider sa mère à transcender la douleur de la séparation.

« Je souhaite simplement de voir ma mère être mieux avec elle-même. Ce qui nous est arrivé n’est pas de sa faute. Nous faisons face au deuil de mon frère, son autre fils, ensemble. »

David Moroz a mis des années à documenter ses expériences personnelles, colligeant de nombreux documents gouvernementaux. Il lui a fallu des années pour arriver à apaiser sa colère.

En 1970, le Conseil des Chefs de la Colombie-Britannique – Union of B.C. Indian Chiefs – a exigé un moratoire sur les adoptions des enfants amérindiens au Canada. En Ontario, une poursuite en recours collectif est inscrite en faveur des enfants amérindiens de la province qui ont aussi subi les rafles des années ’60. La cause sera entendue en Cour divisionnaire provinciale en novembre.

Pendant ce temps à Whitehorse au Yukon, David Moroz et sa mère tentent de tourner la page, d’amorcer une partie plus paisible de leurs vies.

Share
Catégories : Autochtones, Politique, Santé, Société
Mots-clés : , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*