Logo du FBI

Logo du FBI
Photo Credit: AFP / MANDEL NGAN

Un fabricant de masques du Québec aide le FBI à traquer un présumé voleur de banque

Share
Images publiées par le FBI

Images publiées par le FBI

Un homme de la province du Québec qui fait partie du tout petit club mondial des créateurs de masques les plus réalistes au monde vient d’aider le FBI à relier entre eux toute une série de vols de banque commis par un seul suspect bien déguisé. Celui-ci a pu être finalement démasqué!

Ian Marier est le propriétaire de la petite boutique de St-Hubert, non loin de Montréal au nom très anglophone de « Masques Realflesh ». Il confirme avoir été mêlé de prêt à une enquête du FBI après qu’un de ses clients aux États-Unis ait aperçu des photos d’un suspect de vols de banques dans la région de Philadelphie. Ces photos avaient été publiées par les policiers qui demandaient l’aide du public pour identifier le suspect.

Le voleur portait en fait un des masques fabriqués au Québec par Ian Marier d’un réalisme surprenant. Les policiers pensaient qu’une caméra de sécurité avait bel et bien capté les traits d’un véritable visage humain.

« Ce qui était sur cette image était l’un de nos masques, » a expliqué à Radio-Canada Ian Marier. « J’ai alors contacté le FBI avec une photo de mon masque et ils ont réalisé qu’ils étaient à la recherche du mauvais visage…

Le saviez-vous?

  • Masques Realflesh conçoit des costumes haut de gamme et des masques de style hollywoodien, à la fois réaliste et surréaliste.
  • Ian Marier vante ses créations comme étant “les masques les plus réalistes dans le monde”.

Le fameux masque que portait le présumé voleur américain

Le masque est démasqué

Le masque que portait le suspect est un modèle appelé “Le Voisin” et Ian Marier l’a reconnu immédiatement parce que chacun est peint à la main et celui-ci en particulier se vent près de 1500 $ ce qui comprend la pose de cheveux qui est réalisé follicule par follicule.

« J’ai donc livré au FBI tous les renseignements dont je disposais qui se sont avérés très importants, car ce masque particulier, nous l’avions vendu à un client de Philadelphie, deux semaines avant que les vols de banque ne commencent ».

Ian Marier a ainsi pu transmettre en juillet dernier le nom et l’adresse du client qui avait commandé le masque.

Arrestation du présumé voleur américain au masque québécois

Ce ne fut pas avant le 19 octobre que la police a pu arrêter un homme portant le nom de Dion Jordan à la suite d’une poursuite à grande vitesse dans les rues de Philadelphie dans laquelle il a heurté une clôture. Il a été accusé notamment d’avoir assassiné un homme de 49 ans dont le corps avait été retrouvé deux jours plus tôt.

Il a également été accusé de trois braquages de banques, qui ont eu lieu entre juin et septembre.

À l’époque, la police décrivait le suspect de ces vols comme “un homme de race blanche dans ses 50 ou 60 ans, près de six pieds de haut, corpulent, vêtu d’une chemise bleu clair, une veste sombre avec des lunettes de soleil, et des gants de travail jaune ou beige.”

Le présumé voleur, Dion Jordan est en fait une personne de race noire de 35 ans.

masques

Sentiment doux-amer

Ian Marier affirme qu’il a toujours eu dans le dos de sa tête le fait que ses masques pourraient être utilisés à des fins malveillantes, mais il affirme que c’est la première fois que quelque chose comme ça se produit.

« Nous avons vendu des milliers de masques. Nous vendons nos masques à des gens qui font des farces, des blagues, des costumes d’Halloween haut de gamme. Voilà en gros notre entreprise, mais pour le moment, malheureusement, quelque chose de mauvais est arrivé.

Je ne veux pas que les gens utilisent nos masques pour commettre des crimes, mais maintenant c’est une preuve que nous faisons quelque chose de vraiment spectaculaire,’ » a-t-il dit.

Lien externe

Quebec mask maker helps FBI track down disguised bank robbery suspect – CBC News

Share
Catégories : Non classé
Mots-clés : , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*