Marijuana thérapeutique et publicité : Des mesures musclées sont prises par Santé Canada

Marijuana thérapeutique et publicité : Des mesures musclées sont prises par Santé Canada
Photo Credit: Radio-Canada

Marijuana thérapeutique et publicité : Des mesures musclées sont prises par Santé Canada

Share

Santé Canada vient d’ordonner aux compagnies productrices de marijuana à des fins thérapeutiques de cesser de donner une si belle image de leur produit dans les publicités.

Le ministère a envoyé une lettre d’avertissement cette semaine aux producteurs commerciaux autorisés partout au pays, leur ordonnant de corriger la situation d’ici le 12 janvier 2015, faute de quoi ils devront faire face à des sanctions, allant de la suspension à la révocation de leur permis d’exploitation.

Le document standard envoyé à vingt producteurs de marijuana thérapeutique donne des paramètres précis à être respectés lors de la présentation du produit sur le web et dans les médias sociaux. Il est interdit de présenter des photos de bourgeons ou de boutons, d’inclure des hyperliens vers d’autres sites web qui font la promotion de la marijuana thérapeutique.

Ces restrictions sévères interdisent également aux producteurs d’expliquer aux consommateurs comment certaines variétés peuvent traiter différents symptômes; ils doivent s’en tenir uniquement à une information de base.

« L’information que les producteurs autorisés ont le droit de donner aux consommateurs doit se limiter à la marque de commerce, au nom, scientifique ou commun, du type de marijuana, au prix au gramme, au contenu des cannabinoïdes et des coordonnées de la compagnie productrice, » peut-on lire dans l’avis émis par Santé Canada.

Santé Canada exige aussi de la part de chacun des producteurs autorisés de marijuana à des fins thérapeutiques de maintenir un site web où les patients autorisés à se procurer ce produit peuvent y faire leurs commandes pour livraison. En juin dernier certaine s règles de publicités avaient été émises.

Des abus

Par contre, alors que des producteurs tentaient d’augmenter leurs parts de marché, presque tous les sites web ont dérogé aux règles. Certains en rajoutaient quant à l’efficacité de leur produit, d’autres mettaient en ligne des photos  tape-à-l’œil de leurs serres.

Maintenant, il est même interdit de faire de la publicité sur le goût de leur cannabis.

« La fumée est forte et elle a une goût indéniable de fleur, » peut-on lire sur un des sites web, une affirmation qui devra sûrement être retirée d’ici au 12 janvier.

imgres« Nous sommes tous délinquants d’une façon ou d’une autre, semble-t-il, » de dire Marc Wayne, président  et chef de la direction de Bedrocan Canada, une compagnie productrice de marijuana thérapeutique de Toronto et aussi président de la Canadian Medical Cannabis Industry Association (trad. : Association canadienne des producteurs de cannabis à des fins médicales).

L’interdiction d’utilisation d’images promotionnelles des bourgerons, boutons et des feuilles de marijuana s’applique également aux comptes Twitter et  Facebook et à tous les autres média sociaux, ces vecteurs étant devenus des outils promotionnels très puissants pour l’industrie.

Me Trina Fraser d’Ottawa représente les sociétés productrices de marijuana thérapeutique souligne que les règles étaient plutôt floues et qu’on s’attendait à ce que Santé Canada réagisse avec fermeté.

Un environnement juridique toujours nébuleux

« Il semble que des verbes tels traite, soulage et prévient soient maintenant interdits, » souligne-t-elle.

Me Fraser ajoute que, comme les producteurs se voient interdits de fournir des informations précises et en profondeur sur leur produit, les cliniques qui utilisent la marijuana thérapeutique devront prendre un rôle accru quand vient le temps de choisir le bon produit pour un patient. D’ici là, les sites web des producteurs connaîtront des moments de fébrilité informatique sur ce qui est permis et ce qui ne l’est pas.

L’industrie de la marijuana thérapeutique au Canada a connu un changement radical au 1er avril dernier, passant d’une activité quasi artisanale pour quelques petits producteurs au seuil d’une véritable industrie dans un nouveau créneau commercial dans lequel des producteurs à grande échelle offrent des produits précis, standardisés, à des clients approuvés médicalement, changeant complètement les habitudes du marché.

Ce nouveau système a attiré plus de 1 000 candidatures mais à ce jour, Santé Canada n’a accordé une licence de production qu’à seulement 22 d’entre eux, soulevant l’ire de centaines de producteurs en attente d’autorisation de production. D’ailleurs, plusieurs d’entre eux sont aux prises avec des investisseurs qui exigent un retour sur investissement qui se fait attendre.

À santé Canada, on affirme ne pas mettre de limite au nombre de producteurs au pays tout en élevant la barre des exigences à rencontrer, rendant ainsi le processus d’accréditation plus ardu, notamment en terme de sécurité.

Des critiques se sont fait entendre, affirmant que tout ce processus mis en place par Santé Canada est très loin d’être transparent et déjà une poursuite est entamée.

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*