Pôle Nord: La requête de reconnaissance de souveraineté du Danemark est-elle légitime?

Pôle Nord: La requête de reconnaissance de souveraineté du Danemark est-elle légitime?
Photo Credit: John McConnico/Associated Press

Pôle Nord: La requête de reconnaissance de souveraineté du Danemark est-elle légitime?

Share

Le Pôle Nord n’est plus depuis longtemps qu’un lieu mythique où vivrait le Père Noël. C’est aujourd’hui une zone très convoitée de notre planète, essentiellement pour les richesses gazières, pétrolières et minières qu’on suppose y trouver.

Et, comme nous vous le disions hier, le Danemark croit que le Pôle Nord est sien.

En début de semaine, la nation scandinave a déposé sa réclamation de souveraineté sur le Pôle Nord au comité scientifique des Nations unies qui devra trancher, affirmant que le plateau continental du Groenland et relié à une crête sous-marine qui court le long du plancher océanique arctique jusqu’au Pôle Nord.

Le Danemark ajoute sa voix à celles de la Russie et du Canada, deux nations qui réclament aussi la reconnaissance de leur souveraineté sur le Pôle Nord.

Voici quelques précisions sur ces demandes de souveraineté sur e Pôle Nord.

imgresQu’est-ce qu’est exactement le Pôle Nord?

Le Pôle Nord se trouve dans l’Océan Arctique. C’est le point le plus au nord de l’axe de la Terre. Il diffère du Pôle Nord magnétique qui lui, est le point  errant unique sur la surface terrestre où le champ magnétique de la planète pointe vers le bas.

Le pôle est à quelque 725 kilomètres au nord du Groenland qui  est un territoire danois.

« Bien qu’il nous soit utile en nous donnant un axe nous permettant de mieux comprendre la lumière du jour et les modèles climatiques, le Pôle Nord n’est en réalité qu’un point sur les cartes, » souligne le professeur Rob Huebert de l’Université de Calgary en Alberta, un expert canadien en matière de relations circumpolaires. « Bien qu’il fasse partie de l’Arctique, ce qui, à mon sens, n’est qu’une vision de l’esprit ajoutée artificiellement dans le système. »OSCILLATION_POLE

Que croit-on pouvoir y trouver?

De plus en plus, l’Arctique s’affirme comme étant une zone intéressante pour l’exploration pétrolière et gazière. Le U.S. Geological Survey (trad.: Services géologiques des États-Unis) estimait dans un rapport de 2008  qu’il y aurait en Arctique jusqu’à 22% de ressources non encore découvertes et exploitables de la planète

De plus, le réchauffement planétaire qui s’opère, réchauffant les eaux arctiques, a rendu cette région du globe très intéressante pour la navigation commerciale.

Inuuteq Olsen, ministre pour le Groenland à l’ambassade du Danemark à Washington affirme « que nous en savons encore très peu » sur ce qui se trouve au fond de l’Arctique, sous le Pôle Nord, essentiellement parce que « les difficultés inhérentes à la recherche scientifique sous un couvert de glace sont immenses.»

Il reconnaît que « nous pourrions y trouver du pétrole, du gaz naturel, mais, « et c’est un mais puissant, car la région est encore inconnue tant sa géologie que son contenu potentiel en ressources premières.»

Que disent les lois internationales au sujet de ces réclamations de reconnaissance de souveraineté?

Les réclamations de reconnaissance de souveraineté territoriale sont régies par la Convention des Nations unies sur les lois de la mer (UNCLOS), qui précise les droits et devoirs de nations en matière d’usages des océans de la Terre le long de leurs côtes et des ressources naturelles qu’on y trouve.

Selon la Convention, toutes les nations côtières peuvent réclamer jusqu’à 200 milles marins (370 kilomètres) au-delà de leurs côtes à titre de « zone économique exclusive », ce qui sous-entend un droit sur toute ressource, vivante ou non, qui s’y trouve, des pêches au pétrole.

De plus, un pays a le droit de réclamer « un plateau continental étendu » qui s’étend au-delà de 200 milles marins.

Pour ce faire, le pays qui s’y lance doit prouver « que le fond marin au-delà des 200 milles marins est un prolongement de sa masse terrestre, » explique Elizabeth Riddell-Dixon, chercheur émérite au Bill Graham Centre for Contemporary International History de l’Université de Toronto.

Que réclame exactement le Danemark?

Le Danemark affirme que le plateau continental sous le Groenland s’étend sous le Pôle Nord. Donc, par ce vecteur, le Pôle Nord serait danois.

Les Danois ajoutent que le fond marin sous le Pôle Nord fait partie de son plateau continental étendu et non pas ce qu’on appelle de la «croûte océanique », ce qui ne peut pas être soumis à une demande de reconnaissance de souveraineté territoriale.

Dans la partie étendue d’un plateau continental, un pays n’a les droits de propriété que sur les ressources non vivantes, des ressources telles le pétrole ou le gaz naturel, et « à quelques ressources sédimentaires » souligne madame Riddell-Dixon, « des petites créatures qui ne peuvent se mouvoir d’elles-mêmes.

Quels sont les autres pays qui affirment avoir des réclamations légitimes de reconnaissance de souveraineté sur le Pôle Nord?

Les cinq nations arctiques – Danemark, États-Unis, Russie, Norvège et Canada – ont déposé des demandes de reconnaissance de souveraineté sur les zones océanes entourant le Pôle Nord.

En 2007, la Russie avait même planté un drapeau national russe d’un mètre de haut, fait de titane, sur le fond marin sous le Pôle Nord.imgres

La commission des Nations unies ne tranchera pas le débat. En fait, quand on aura déterminé scientifiquement et avec le plus de précision possible qu’une réclamation de reconnaissance de souveraineté est solide, bien documentée – ce qui risque de prendre encore une dizaine d’années – ce sera aux pays en  d’en arriver à une entente.

Quand vient le temps de résoudre une dispute frontalière maritime, la première action à entreprendre selon le droit international est de tracer une ligne entre les nations en divisant ainsi la zone disputée en deux parties. La nation qui se trouve le plus près du point géographique au cœur de la dispute verrait sans doute sa demande de souveraineté reconnue ajoute madame Riddell-Dixon.

« S’il fallait utiliser cette méthode pour résoudre la situation entre le Groenland et le Canada, il n’y aurait pas de doute possible, le Pôle Nord appartient au Groenland. »

Share
Catégories : Économie, Environnement, International, Politique, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*