Le premier ministre canadien, Stephen Harper, a rencontré son homologue indien mercredi matin à Ottawa.  Photo :  PC/Sean Kilpatrick

Le premier ministre canadien, Stephen Harper, a rencontré son homologue indien mercredi matin à Ottawa. Photo : PC/Sean Kilpatrick

Nouvelle relation énergétique avec l’Inde : notre uranium pour leur nucléaire

Share

C’est la première fois qu’un premier ministre de l’Inde visite le Canada en 42 ans, une visite qui s’effectue surtout sous le signe de l’énergie nucléaire.

Cette visite du nouveau premier ministre Narendra Modi surgit un peu plus de deux ans après le passage un peu timide en Inde de Stephen Harper qui était parti lancer des pourparlers pour amener ce pays dont la croissance est phénoménale à signer un accord de libre-échange avec nous.

Les responsables diplomatiques des deux pays enrobent la visite historique aujourd’hui de Narendra Modi de beaucoup fleurs, mais il s’agit dans les faits d’un mariage de raison dont le coeur est nucléaire.

Le premier ministre Narendra Modi veut surtout plus d’uranium canadien pour nourrir ses réacteurs.

Le Canada a décidé en 2013 de reprendre à petite échelle ses exportations d’uranium vers ce pays, mais l’Inde a besoin de beaucoup plus.

Écoutez
 Une mine d'uranium canadienne (archives)
Une mine d’uranium canadienne. La province de la Saskatchewan dans la région des Prairies est le haut lieu de l’extraction de l’uranium au Canada. Plusieurs provinces canadiennes ont banni par contre l’extraction de l’uranium, un métal radioactif. © AFP/David Boily

Une occasion d’affaire qu’il ne faut par rater selon le premier ministre du Canada

Stephen Harper parlait à Ottawa cette semaine de l’Inde comme d’un « partenaire naturel » pour le Canada dans une nouvelle économie mondiale. Il n’a pas tord.

Le Fonds monétaire international affirme que d’ici 2016, la croissance du PIB de l’Inde dépassera celle de la Chine et qu’elle deviendra l’économie qui connaitra la plus forte croissance dans le monde.

Or, les échanges économiques entre l’Inde, cinquième économie mondiale, et le Canada, 11e économie mondiale, reste pourtant minuscules. Nous n’exportons vers l’Inde que 5 milliards de dollars par année.

Un peu d’histoire…

Les relations étaient tendues avec l’Inde il n’y a pas si longtemps.

  • Le Canada et l’Inde entretenaient au début des années 1960 des relations beaucoup plus serrées frappées du sceau de la confiance réelle.
  • Mais la situation s’est détériorée entre les deux pays lorsque l’Inde a été accusée de tester une arme nucléaire en 1974, puis à nouveau en 1998, en utilisant la technologie Candu fournis par le Canada.
  • Aujourd’hui, les relations commerciales reprennent lentement : le commerce bilatéral a augmenté à 6 milliards de dollars, en hausse de 47 pour cent depuis 2010, lorsque ce commerce était d’environ 4,09 milliards de dollars.
    C’est sur le site de à Chalk River, au bord de la rivière Otawa, que fut construite à partir de 1945 la grande pile à eau lourde qui fut à l’origine du développement par le Canada des réacteurs CANDU qui ont été vendu en Inde.

    C’est sur le site de à Chalk River, au bord de la rivière Otawa, que fut construite à partir de 1945 la grande pile à eau lourde qui fut à l’origine du développement par le Canada des réacteurs CANDU qui ont été vendu en Inde.

Campagne contre l’exploitation et l’exportation de l’uranium

Alors que le nouveau premier ministre de l’Inde effectue une grande visite de plusieurs jours au Canada cette semaine pour finaliser des ententes avec le Canada sur l’exportation d’uranium canadien dans son pays, une centaine de spécialistes internationaux sont réunis au même moment au Québec pour débattre des dangers de l’industrie nucléaire.

C’est l’ancien premier ministre du Japon, qui était en poste lors de la catastrophe de Fukushima en 2012, qui a même prononcé le discours d’ouverture de ce Sommet mondial de l’uranium où il lançait un vibrant appel à la fin du nucléaire.

Le saviez-vous?
Narendra Modi a été élu à la tête du deuxième pays le plus peuplé de la planète depuis à peine un an.

  • Figure controversée dans son pays, l’homme n’est pas accueilli partout au Canada comme le héros du développement économique décrit par certains.
  • Le porte-parole de l’Organisation mondiale sikh au Canada Balpreet Singh a indiqué cette semaine que M. Modi devait s’expliquer sur les nombreuses attaques perpétrées à l’endroit des minorités chrétiennes et musulmanes en Inde.
    Le premier ministre indien, Narendra Modi chaleureusement accueilli à sa descente d'avion au Canada.
    Le premier ministre indien, Narendra Modi chaleureusement accueilli à sa descente d’avion au Canada. © Chris Wattie / Reuters

Pour en savoir plus…

Le premier ministre de l’Inde en visite au Canada – RCI

Visite du premier ministre de l’Inde : divisions à Toronto – Radio-Canada

Narendra Modi visit: Why India matters to Canada – CBC News 

Share
Catégories : Économie, Immigration et Réfugiés, International, Politique
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*