Le ministre de la Défense, Jason Kenney, lors de l'annonce d'envoi de troupes canadiennes en Ukraine.PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE

Le ministre de la Défense, Jason Kenney, lors de l'annonce d'envoi de troupes canadiennes en Ukraine.PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE

Un an de combat contre la Russie : le Canada en fait-il trop?

Share

Cela fait un an ce printemps que le Canada mène un combat d’abord politique et économique puis maintenant militaire pour faire échec à l’offensive expansionniste de la Russie de Vladimir Poutine en Ukraine.

Le gouvernement conservateur canadien de Stephen Harper a augmenté la pression sur la Russie de manière significative la semaine dernière en annonçant que 200 soldats canadiens seront déployés à partir de cet été en Ukraine pour entraîner des militaires et des policiers de l’armée gouvernementale ukrainienne pour contrer l’agression russe.

Rappelons qu’au sommet du G20 de novembre dernier, le premier ministre canadien, Stephen Harper avait invectivé le président Poutine sur le ton d’un intimidateur de cour d’école en lui disant « Get out of Ukraine! »

Puis, en février dernier en s’adressant aux Canadiens il avait dit : « La position du Canada demeure claire : nous reconnaissons la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, et nous ne reconnaîtrons jamais l’occupation illégale par la Russie de quelque partie du pays que ce soit ».

Mais à coup de sanction économique et de déclarations tranchantes qu’il sera difficile de retrancher, le Canada en ferait-il trop?

Écoutez
Le président russe Vladimir Poutine a affirmé en Russie ces derniers jours que l'économie russe se portait bien malgré les sanctions reliées à la crise ukrainienne.
Le président russe Vladimir Poutine a affirmé en Russie ces derniers jours que l’économie russe se portait bien malgré les sanctions reliées à la crise ukrainienne. © MAXIM ZMEYEV / Reuters

Poutine au pays des merveilles?

Le président russe a affirmé le week-end dernier que l’économie russe se portait bien malgré les sanctions reliées à la crise ukrainienne.
En croire Vladimir Poutine, les pressions interventionnistes occidentales ou la chute des prix du pétrole n’ont pas arrêté la Russie. Tout juste s’est-elle vue ralentir et la situation est en bonne voix de rétablissement.

Le chef de l’État russe participait à une émission de type « Ligne directe » retransmise par plusieurs chaînes et sites Internet ou durant quatre heures ininterrompues d’échanges avec un public trié sur le volet il a répondu quelques-unes des trois millions de questions posées par Internet, téléphone ou SMS.

D’emblée, les difficultés économiques du pays ont pris le dessus avant de céder la place aux affaires internationales. Et sur tous ces sujets, Vladimir Poutine a tenu un seul rôle, celui du président rassurant.

Les citoyens ont été noyés par une avalanche de chiffres qui se veut rassurante et qui selon Vladimir Poutine indique que la situation économique est en voie de se redresser.

Émission en direct avec le president Vladimir Putin

Pour en savoir plus…

Avis de gros temps sur l’économie russe – Le Monde diplomatique

L’économie russe continuera de pâtir des sanctions en 2015 – Reuters

L’obsession ukrainienne – La Presse

Share
Catégories : Économie, International
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*