Photo: Air Canada

75 ans d’aviation sur fond de presque 150 ans d’histoire nationale

Share

Les Canadiens soulignent mercredi le 148e anniversaire de leur nation, mais leur capacité de survoler d’un trait leur grand pays date depuis moitié moins longtemps.

Au mois de septembre dernier par exemple, le musée canadien de l’aviation soulignait l’anniversaire du premier vol civil transcanadien avec passagers en 1939.

Plus récemment, nous célébrions ce printemps un autre 75e anniversaire, celui de la création du Programme d’entraînement aérien du Commonwealth britannique qui a mené a participation massive et déterminante de centaines de pilotes militaires canadiens au combat aérien au-dessus du ciel de l’Angleterre et de celui de l’Atlantique Nord.

Écoutez
Itinéraire du premier vol civil avec passagers entre Montréal et Vancouver en 1939. Le trajet prenait alors 15 heures.
L’itinéraire du premier vol civil avec passagers entre Montréal et Vancouver en 1939. Le trajet prenait alors 15 heures.

Notre histoire de l’aviation est étroitement liée à celle de notre histoire militaire

Le savoir-faire du Canada dans la construction d’avions remonte en fait à la Première Guerre mondiale.

En lien politique étroit avec le Royaume-Uni et pressé par les nécessités de la guerre, le Canada a alors réalisé des progrès remarquables dans le domaine de l’aviation.

À la fin de 1918, il avait produit 2900 avions de combat et d’entraînement, et environ 30 hydravions.

Entre les deux guerres, notre pays n’a pas rangé ses outils. Il était prêt lorsque l’Angleterre l’a de nouveau appelé à l’aide en 1939.

Le Canada a alors assemblé 16 000 avions militaires, dont 10 000 ont été envoyés en Angleterre. Les autres sont partis aux États-Unis ou sont demeurés au Canada, afin d’être utilisés pour l’entraînement des pilotes.

Memorial University Libraries
L’aéroport de Gander en 1944. © Memorial University Libraries

Aide-mémoire…

Gander au Canada, au premier rang des aéroports dans le monde

  • Un aéroport canadien, celui de Gander, qui se trouve à l’extrême est du Canada, sur l’île de Terre-Neuve, en plein océan Atlantique, a la distinction d’avoir été le premier aéroport à être le plus grand du monde.
  • Au milieu des années 1930, à l’époque des premiers vols transatlantiques, on effectuait la traversée à bord d’avions amphibies.
  • Vu leur faible rayon d’action, ces appareils devaient absolument décoller des côtes d’Angleterre.
  • Après plusieurs heures, il leur fallait atterrir à Terre-Neuve, la terre la plus proche de l’autre côté de l’océan.
  • On faisait le plein d’essence, puis les passagers redécollaient vers Boston ou New York, un trajet de trois à cinq heures. C’est ainsi qu’est né, sur l’île de Terre-Neuve, l’aéroport de Gander.
  • L’aéroport de Gander est resté à l’avant-scène durant toute la Seconde Guerre mondiale, car il disposait de quatre pistes asphaltées. Il était le principal point de départ, vers l’Europe, des milliers d’avions militaires construits en Amérique du Nord.
    L'aéroport de Gander le 11 septembre 2001
    L’aéroport de Gander le 11 septembre 2001 © Wikipédia

Avec la collaboration de Karine Morin à Winnipeg

Pour en savoir plus

Parcourez le Canada en avion – RCI

Pour l’amour du ciel – Radio-Canada

À vos marques! Prêts? Volez! – Musée canadien de l’aviation

Share
Mots-clés : , , , , ,
Publié dans : Histoire

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*