Un groupe se rencontrent à Halifax pour discuter du drapeau confédéré.

Un groupe se rencontrent à Halifax pour discuter du drapeau confédéré.
Photo Credit: ICI Radio-Canada/Rebecca Martel

Des Néo-écossais réclament l’interdiction du drapeau confédéré américain au Canada

Share

Un groupe de résidants de la Nouvelle-Écosse,  Les Citoyens de la Nouvelle-Écosse contre le suprémacisme blanc , appelle à l’interdiction, partout au Canada, de l’usage ou du déploiement à travers du drapeau confédéré qui symbolise  la guerre civile aux États-Unis.

Lors d’un événement  mercredi à Halifax, le groupe a demandé que le déploiement public du drapeau confédéré devienne un crime haineux au Canada.

La militante des droits sociaux et organisatrice de l’événement, Lynn Jones, a dit avoir été choquée de voir un drapeau confédéré peint sur un camion récemment dans sa ville natale de Truro.

Symbole du racisme

Le groupe qui a lancé une pétition est cependant réaliste. Il reconnait qu’il sera difficile d’obtenir une interdiction à l’échelle du pays.  Mais pour les manifestants, une activité comme celle de mercredi  est l’occasion d’informer les Canadiens sur le symbolisme raciste du drapeau.

Le drapeau confédéré décore certains terrains du populaire Jamboree country de Craven, en Saskatchewan.
Le drapeau confédéré décore certains terrains du populaire Jamboree country de Craven, en Saskatchewan au Canada © CBC/Jordan Bell

Le militant et professeur d’histoire à l’Université de Dalhousie Isaac Saney a dit croire qu’il était important pour les gens de comprendre l’histoire derrière ce drapeau, brandi par les troupes confédérées sur le terrain durant la guerre civile américaine.

Le drapeau n’est pas juste un symbole, il a eu un impact majeur dans la société, selon M. Saney. Ce drapeau, rappelle-t-il,  a été brandi par des partisans de l’esclavage.

« C’est un symbole universel de racisme. Cela ne fait pas de doute, et je crois qu’il n’y a pas de place pour des symboles haineux, pour des symboles de suprémacisme blanc au Canada »

Les épisodes de tensions raciales en Nouvelle-Écosse

La Nouvelle-Écosse a une importante  population noire dont une proportion est venue d’Afrique et une autre des États-Unis. Elle s’est installée à Halifax et dans les environs dès le début du 18e siècle.

La province a également une histoire de tensions raciales, ponctuée d’incidents comme le déplacement forcé des résidents noirs de leur communauté d’Africville à Halifax.  En 1961, malgré les protestations, le conseil municipal avait ordonné le déplacement des résidents  pour permettre le développement industriel de la zone. Déclarée site historique national en 1996, Africville continue de servir de symbole de l’identité culturelle noire de la  Nouvelle-Écosse.

Divers autres incidents à caractère raciste ont souvent lieu dans la province. L’un des derniers en date a eu lieu en 2010 lorsqu’un groupe de personnes avait allumé une croix devant la résidence d’un couple mixte d’un homme noir et d’une femme blanche. Le couple avait également été abreuvé d’injures à caractère raciste.

Des travailleurs municipaux de Montgomery descendent le drapeau confédéré qui flottait devant le Capitole de l'Alabama.
Des travailleurs municipaux de Montgomery descendent le drapeau confédéré qui flottait devant le Capitole de l’Alabama. © PC/Martin Swant

Des États sudistes américains se débarrassent du  drapeau conféré

Le massacre de neuf paroissiens noirs dans une église de la Caroline du Sud le mois dernier a alimenté le débat aux États-Unis sur le drapeau confédéré.  Les législateurs de cet État ont convenu de le retirer des terrains gouvernementaux.

La tuerie a ausssi conduit le gouverneur républicain de l’Alabama, Robert Bentley, à ordonner le retrait des drapeaux confédérés qui flottaient devant le siège du gouvernement de l’État  à Montgomery.

Au Mississippi, l’État sudiste américain dont l’emblème ressemble le plus au drapeau confédéré, le président de la Chambre  des représentants, Philip Gunn a proposé de le changer. En Virginie et en Georgie,  les gouvernements ont également  interdit les plaques d’immatriculation aux couleurs confédérées.

Share
Mots-clés : , , , ,
Publié dans : Immigration et Réfugiés, International, Politique, Société

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*