Université Dalhousie

Photo Credit: CBC

Une tuerie sans précédent évitée de justesse dans une université canadienne?

Share

Selon des documents déposés devant un tribunal, un étudiant en médecine de l’Université Dalhousie sur la côte est canadienne qui venait d’être expulsé aurait révélé à un psychiatre son intention de tuer jusqu’à 20 personnes sur le campus.

Les documents de mandats de perquisition des policiers déposés auprès de la cour provinciale de Halifax allèguent que Stephen Gregory Tynes, 30 ans, a rencontré un psychiatre le 20 août dernier.

C’est a ce moment qu’il aurait révélé son intention de tuer en autre le vice-doyen du département d’éducation médicale de premier cycle et sa fille, qui était aussi son camarade de classe.

De présumées pièces à conviction

Dans ces documents déposés en cour, les policiers révèlent qu’ils sont allés par la suite dans un appartement à Halifax et qu’ils ont saisi en autre 1 834 balles d’armes à feu, plusieurs accessoires pour armes à feu, un fusil russe SKS ainsi qu’une carabine de calibre 22. L’étudiant de 30 ans avait aussi une carte de membre d’un club de tir.

Un porte-parole provincial affirme que Stephen Tynes a été arrêté le même jour que sa rencontre avec le psychiatre et qu’il a été accusé en autre d’avoir proféré des menaces de mort et de s’être livré a un comportement menaçant dirigé contre des personnes.

Aucune de ces allégations n’a été prouvées en cour.

L'accusé Stephen Gregory Tyne
L’accusé Stephen Gregory Tyne

Aide-mémoire…
Fondée en 1818, l’Université Dalhousie est la plus grande université des Provinces maritimes et figure parmi les grandes universités canadiennes.
Elle offre à près de 15 000 étudiants un large éventail de programmes dans les trois cycles universitaires, dont des programmes de médecine et de droit.
L’institution est l’une des universités canadiennes les plus actives dans le domaine de la recherche.

La rentrée à l'Université Dalhousie
La rentrée à l’Université Dalhousie © Stéphanie Blanchet/Radio-Canada

Libéré sous condition !

Chris Hansen Tynes a comparu en cour mardi de la semaine dernière lors d’ une audience de libération sous caution et il a été libéré sous condition qu’il vive à la maison de son père.

Il ne doit pas non plus s’approcher à plus de 25 kilomètres de l’Université Dalhousie et il ne doit pas posséder d’arme.

Le 26 août, l’Université Dalhousie a renforcé sa sécurité après la libération de l’étudiant. Par mesure de sécurité, les portes de l’établissement sont surveillées et la direction a demandé à la communauté universitaire d’être aux aguets.

Un agent de sécurité ouvre la porte à une étudiante du département de médecine. Photo : CBC
Un agent de sécurité ouvre la porte à une étudiante du département de médecine. Photo : CBC

Le scandale qui avait secoué le département de médecine de l’Université

La dernière fois que l’Université Dalhousie avait défrayé la manchette des grands journaux canadiens remonte en décembre dernier.

13 étudiants de l’Université Dalhousie en quatrième année de médecine dentaire avaient alors été suspendus, car on leur reprochait d’avoir écrit sur Facebook des messages menaçants et méprisants envers les femmes.

La page Facebook s’adressant aux étudiants de sexe masculin en médecine dentaire demandait de voter pour l’étudiante avec qui ils aimeraient avoir un rapport sexuel violent (« hate sex »), et on y faisait des blagues sur l’utilisation du chloroforme sur des femmes.

Sur une autre page, on voyait une femme en bikini au-dessus de la légende: « Tirez votre coup jusqu’à ce que le stress soit évacué, ou que la femme ait perdu connaissance ».

La faculté de dentisterie de l'Université Dalhousie.
La faculté de dentisterie de l’Université Dalhousie. © CBC

Sur le même thème

Un étudiant aurait parlé d’ouvrir le feu à l’Université Dalhousie en N.-É. – Radio-Canada

Stephen Tynes, Dalhousie student, planned massacre, court documents allege – CBC 

Sécurité renforcée à l’Université Dalhousie – Radio-Canada

Share
Catégories : Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*