Pasaport canadiens
Photo Credit: CBC

Nouveaux passeports canadiens délivrés par un système vulnérable aux fraudeurs

Share

Depuis mai dernier, les employés d’Immigration Canada ont signalé plus de 500 problèmes survenus lors de la production des nouveaux passeports.

À l’heure où le gouvernement canadien de Stephen Harper met sans cesse les citoyens en garde contre la menace terroriste et qu’il dit resserrer les contrôles aux frontières, le passeport canadien risque d’être déjoué plus facilement par des malfaiteurs.

Selon une enquête de Radio-Canada, la nouvelle approche informatique en vigueur depuis ce printemps qui permet aux citoyens d’obtenir un passeport serait remplie de failles.

Des documents internes du gouvernement feraient ainsi état de nombreuses failles dans le nouveau système de production de passeports, lancé en mai dernier. Selon ces informations, ce dernier est vulnérable à la fraude, mais aussi aux erreurs.

Aide-mémoire…
Depuis 2013, c’est Immigration Canada qui est responsable du programme des passeports du Canada.
Auparavant, Passeport Canada était un organisme qui relevait du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international.
Chaque année, cinq millions de passeports sont produits au Canada pour une population de 35 millions de Canadiens.

Des erreurs qui mettent en péril la sécurité du passeport canadien et les citoyens

Durant plusieurs semaines, il était notamment possible pour des employés d’Immigration Canada de changer la photographie d’un passeport même après que ce dernier eut été approuvé.

Aussi, des renseignements essentiels n’apparaissaient pas toujours dans la base de données. Par exemple : le nom des personnes qui ont souvent déclaré leur passeport perdu ou volé et les preuves de citoyenneté jugées douteuses.

Dave Charland, ex-agent du SCRS

Dave Charland, ex-agent du SCRS

Selon un ancien agent du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), Dave Charland, « Certains passeports pourraient être délivrés à des personnes qui, normalement, n’auraient pas dû obtenir leur passeport.  Ça ouvre la porte toute grande à des organisations criminelles pour recruter, en fait, des employés de Passeport Canada pour modifier les informations sur certains passeports », avance-t-il.

« Ainsi, on peut penser que certains groupes radicaux, par exemple, pourraient profiter de ces réseaux-là criminels pour la confection de faux papiers.  On peut s’imaginer une personne qui voudrait partir en voyage aux États-Unis et qui arriverait au poste frontalier. Cette personne-là doit montrer son passeport aux autorités et ces autorités-là vont vérifier que les informations présentes au passeport correspondent aux informations, qui sont indiquées dans la base de données de Passeport Canada », illustre-t-il. « Alors si cette information-là ne correspond pas », poursuit-il, « vous pouvez être certain que la personne ne sera pas autorisée à entrer aux États-Unis. Elle va être rencontrée, questionnée longuement par les agents frontaliers. Alors, on peut s’imaginer que ça causerait des problèmes et un stress important à un Canadien ou une Canadienne, qui n’aurait absolument rien à se reprocher. »

Lisez : Un passeport qui pèserait lourd dans le coffre à outils des malfaiteurs – RCI

Ce kiosque automatisé à Vancouver vérifie les passeports des croisiéristes partant en Alaska.
Ce kiosque automatisé à Vancouver vérifie les passeports des croisiéristes partant en Alaska. © ICI Radio-Canada

Pressions pour aller de l’avant avec un système non complètement testé

Selon des documents internes, les employés d’Immigration Canada ont subi d’importantes pressions pour lancer la production de passeports à partir de ce système, même si la majorité des tests pour en vérifier le bon fonctionnement n’avaient pas été complétés.

Dans un courriel, le ministre de l’Immigration, Chris Alexander nie que la sécurité des passeports ait été compromise.

« Le passeport canadien est, et restera, l’un des documents de voyage les plus sûrs au monde » a déclaré Nancy Caron une porte-parole du gouvernement dans un courriel.

Le saviez-vous?
Selon une enquête du quotidien montréalais La Presse en 2013, le nombre de passeports canadiens volés ou perdus a augmenté de façon fulgurante depuis 10 ans.
On note une augmentation de plus de 400 % entre 2003 et 2012, selon des documents obtenus par le quotidien en vertu de la Loi sur l’accès à l’information. Le nombre de passeports perdus ou volés est ainsi passé de 12 134 à 65 892.

null

Sur le même thème…

Des passeports canadiens produits à partir d’un système vulnérable à la fraude – Radio-Canada 

Canadian passports exposed to security risks under new processing system – CBC 

Un passeport qui pèserait lourd dans le coffre à outils des malfaiteurs – RCI

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, International
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*