Une société pharmaceutique américaine poursuit le Canada qui tente de baisser le coûts d’un médicament

Share

Alexion Pharmaceuticals soutient que le gouvernement fédéral ne peut pas limiter le prix d’un médicament qui serait le plus cher au monde.

Alexion Pharmaceuticals a déposé une requête en Cour fédérale canadienne arguant l’État canadien n’a pas le pouvoir de forcer l’entreprise à baisser ses prix pour le Soliris.

La société affirme dans ses documents présentés à la cour que le prix de Soliris n’a pas changé depuis qu’il est disponible sur le marché il y a environ six ans et que la différence de prix entre les deux pays de ce médicament reflète la différence du taux de change entre les États-Unis et au Canada. Le dollar canadien rappelons-le vaut maintenant moins de trois vingt-cinq sous canadiens.

Un traitement de 12 mois avec le médicament Solaris coûte environ 700 000 $ au Canada, tandis qu’aux États-Unis il en coûte environ 669 000 $.

Le saviez-vous?
Le médicament Soliris a généré des revenus de plus de 6 milliards de dollars depuis six ans.

© Marcus Brandt

Un traitement précieux qui vaut plus que son pesant d’or

Le médicament est approuvé pour traiter deux maladies rares du sang qui affectent environ une personne sur un million.

Ces deux maladies qui sont l’hémoglobinurie paroxystique nocturne (HPN) et le syndrome hémolytique et urémique (AHUS) incitent le système immunitaire à détruire les globules rouges, provoquant une anémie, des caillots de sang, la défaillance de certains d’organes et, éventuellement, la mort.

Bien que Soliris n’offre pas de guérison, il peut arrêter l’assaut de la maladie sur les tissus et organes du corps. Comme les patients ont généralement besoin de prendre le médicament indéfiniment, il peut en coûter des dizaines de millions de dollars sur une durée de vie.

En raison du coût élevé, certains patients au Canada ne peuvent pas obtenir le médicament. Seulement certaines provinces couvrent le coût du traitement et il y a différents critères pour bénéficier de la couverture dans les différentes juridictions du pays.

Publicité de Soliris
Publicité de Soliris

Le Canada veut faire diminuer le prix

Le Conseil d’examen du Canada des médicaments brevetés conteste le coût du médicament, affirmant que son prix pourrait être considéré comme excessif et que cela coûte plus cher au Canada que partout ailleurs dans le monde.

La commission d’examen a lancé des audiences en juin dernier pour forcer Alexion à baisser son prix. Cela pourrait forcer l’entreprise à rembourser les trop payés par les patients et leurs provinces.

Alexion a donc riposté le 11 septembre par le dépôt d’une motion à la Cour fédérale, demandant à ce qu’on interdise à la commission d’examen d’aller de l’avant avec son audience – ou d’émettre une ordonnance qui affecterait le prix de Soliris.

Grande menace pour la santé des Canadiens

Amir Attaran
Amir Attaran © CBC

Amir Attaran, un professeur de l’Université d’Ottawa qui se spécialise en droit de la santé se dit choqué par le fait que Alexion tente de défier l’autorité du Canada à réglementer les prix des médicaments.

Si la cause de Alexion est couronné de succès, cela pourrait mettre fin à la capacité d’Ottawa de contrôler le coût des médicaments brevetés.

« Ceci est la plus grande menace pour les prix des médicaments au Canada jamais, » a-t-il dit jeudi.

RCI avec CBC News

Sur le même thème…

U.S. drug company sues Canada for trying to lower cost of $700K-a-year drug – CBC 

Drug company CEO to lower price of Daraprim after public outcry – CBC

Drug price regulations need overhaul to protect consumers, experts say – CBC News 

Share
Catégories : Internet et technologies, Santé
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Un commentaire pour «Une société pharmaceutique américaine poursuit le Canada qui tente de baisser le coûts d’un médicament»
  1. Avatar Serge Gravel dit :

    Je ne suis nullement étonné par ce genre de comportement. Même s’il s’agit du domaine de la santé, ce sont d’abord et avant tout des compagnies et en tant que telles elles recherchent essentiellement le maximum de profit pour leurs actionnaires… Les compagnies pharmaceutiques sont loin de faire exception à la règle. Comme elles détiennent parfois le droit de vie ou de mort d’une partie de la population, elles en profitent!!! Révoltant, bien sûr…mais il ne semble pas qu’on puisse y faire quoi que ce soit. Çà semble aller avec le système capitaliste…