Journées de la culture dans une école.

Journées de la culture dans une école.
Photo Credit: Marc-Antoine Mageau - Radio-Canada

Canada : le défi des enseignants francophones en milieu minoritaire

Share

Quels sont les liens entre les programmes d’étude au sein des établissements scolaires du Canada et la construction d’une identité francophone dans un contexte minoritaire? C’est la question qu’ont explorée la Fédération des enseignantes et enseignants du Canada et la Fédération culturelle canadienne-française dans un projet conjoint réalisé dans le but de mieux refléter le contexte minoritaire francophone canadien.

En effet, la recherche universitaire sur l’identité des jeunes des communautés francophones soulève une certaine instabilité identitaire. Une instabilité qui se manifeste notamment entre l’appartenance francophone et l’interaction avec une société majoritaire sur le double plan culturel et linguistique.

Au regard des conséquences négatives que pourrait avoir une telle instabilité sur les jeunes, les deux fédérations, s’appuyant sur le fait que l’école occupe une place importante dans leur vie, ont jugé opportun de formuler des recommandations susceptibles de favoriser l’intégration d’une dimension culturelle dans les enseignements pour permettre aux élèves francophones de mieux affirmer leur identité.

Un spectacle de danse à l'école St-John's de Winnipeg
Un spectacle de danse à l’école St-John’s de Winnipeg © ICI Radio-Canada

Le document élaboré par ces fédérations dans le cadre de leur projet effectue deux constats importants: dans un contexte francophone minoritaire, les programmes d’étude qui existent au sein des écoles accordent très peu de place à l’éducation artistique et les enseignants ne sont pas dotés d’outils nécessaires pour l’intégration d’une dimension culturelle dans la transmission des connaissances aux élèves.

Dans un entretien avec Alice Chantal Tchandem, Cassandra Hallett Da Silva, la Secrétaire générale de la Fédération des enseignants et enseignantes du Canada a souligné l’urgence d’insérer des cours d’éducation artistique dans les programmes scolaires pour faciliter l’appropriation de la culture par les élèves et la construction d’une identité francophone vécue et pratiquée de manière fière et forte en contexte minoritaire.

Cassandra Hallett Da Silva Secrétaire générale de la Fédération Canadienne des enseignantes et enseignants explique le rôle de l'éducation artistique dans l'appropriation d'une identité cuturelle en contexte minoritaire francophone
Cassandra Hallett Da Silva Secrétaire générale de la Fédération Canadienne des enseignantes et enseignants © Fédération Canadienne des enseignantes et enseignants
Écoutez
Share
Catégories : Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Répondre à Gilles Talbot Annuler la réponse

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*

2 comments on “Canada : le défi des enseignants francophones en milieu minoritaire
  1. Avatar Gilles Talbot dit :

    Tout le monde ne savent pas que notre pegre syndical enseigne des moyens de mal faire paraitre nos élues qui eux ont une obligation monetaire envers leurs électeurs ont devrais demander a leurs membres une vrais co-opération c’est a dire couper dans le gras dons ils sont habitué dans bien des cas depuis des années qu’ils ne le réalisent pas eux meme. Tout les parents veulent le bien de leurs enfants et souhaite que tout le monde soit réaliste, et est la volontté de faire par eux autre meme ce qui devrais ce faire en l’intérieure de leurs place de travaille. Demande d’aumentaitions de salaire non raisonable pour les obligation qu’ils ne veulent plus. Des spécialistes pour chaque enfant qui ne sont pas doué ou retardé ont demande des spécialistes dans tout les situations. Tout le gaspille sugerer par leurs syndicats pour avoir plus de monde obligatoire signé obligatoirement Du gras que nos gouvernants ne peuvent pas controller et qu’ enseigants nosent pas toucher en disant que ce nest pas de leurs affaires Et bien oui c’est de leurs affaires c’est une de leurs responsabilitées Dans une famille bien organisé tout le monde fait des efforts pour améliorer leurs conditions de Vie Il y a des limites pour ce regarder le nombril et ne pas sugerer des économies sans avoir a envoyer un autre EXPERT pour chaque cas qui ce présente.